L’homme Carven : énergique et urbain
Objets du désir

L’homme Carven : énergique et urbain


A l’occasion de la présentation de sa collection automne-hiver 2016/17, nous avons rencontré Barnabé Hardy, directeur artistique de la mode homme pour Carven depuis un an. Il nous explique ici sa vision du style masculin et son processus créatif. L’homme Carven s’enveloppe ainsi d’une collection chaleureuse et réconfortante, animée d’un esprit ludique avec une pointe de nostalgie. Le style fin-70s début-80s inspire sans influencer, apportant aussi bien une silhouette loose et décontractée que des clins d’œil vers des matières (éponge, nylon craquelé, velours côtelé) ou des techniques (flocage, broderie, tissage). Un vestiaire playful, terme récurrent dans l’ADN de la marque, dans lequel chacun peut trouver des éléments à mixer selon l’humeur et l’occasion. (photos : Rainer Torrado).

 

8755©Rainer_Torrado

TÊTU : Au lendemain de la présentation de ta deuxième collection pour la maison se dégage un vestiaire masculin. Penses-tu que la mode homme soit compatible avec la notion de tendances ?

Barnabé Hardy : Il n’y a plus réellement de vraies tendances fortes dans le paysage de la Mode, encore moins dans la mode masculine. Je crois davantage aux « tribus », aux mouvements sociaux qui « deviennent à la mode », la culture du hip-hop, du rap… ou encore la culture et le mode de vie autour du skate-board.

J’aime et je revendique la notion de liberté dans la mode ; qui était d’ailleurs le point de départ de cette collection hiver pour Carven : « Don’t be afraid of your freedom ». J’aime l’idée de jouer avec sa garde robe et de ne pas être contraint d’un certain uniforme que les tendances peuvent nous imposer. À chacun de créer son propre look, son propre univers, sa propre identité… c’est cela qui m’intéresse et m’inspire.

Il demeure le mystère des thèmes, des inspirations ou des stylismes identiques d’une marque à une autre la même saison, que je n’ai jamais pu expliquer. Si ce n’est que nous, créatifs, avons peut-être de précieuses antennes pour sentir et prévoir tout cela…

 

 

8940©Rainer_Torrado

TÊTU : Quels sont donc les nouveaux classiques Carven par Barnabé Hardy ?

Barnabé Hardy : Le duffle-coat et la denim jacket revisités, mais aussi le bombers ainsi que les chaussures hybrides de ma première collection printemps-été 2016 pour la maison, mélange de chaussures d’escalade, de sneakers et de chaussure de golf. Il y a aussi la petite bourse/banane à porter en bandoulière ou à la taille, en veau velours cognac un peu « hippie » la saison dernière et proposée pour l’hiver prochain dans une nouvelle version, en vinyle craquelé.

Et puis, il y a de nombreuses signatures que je veux faire perdurer dans les vêtements. Des détails comme des tricotages uniques pour des bord-côtes de blousons ou de pulls, mais aussi des lacets multicolores inspirés des cordes d’escalade, installés depuis la première collection également.

 

8840©Rainer_Torrado

TÊTU : Quelle place les accessoires occupent-ils dans la silhouette que tu imagines ? Privilégies-tu la fonction ou la forme dans leur processus de création ?

Barnabé Hardy : L’accessoire tient une place fondamentale et essentielle dans la silhouette de l’Homme Carven. Une tenue nécessite un savant dosage afin d’équilibrer et dynamiser les mélanges de matières. L’accessoirisation en revanche permet d’être un peu plus playful.

Pour la saison précédente (été 2016), j’ai d’abord commencé par dessiner la chaussure hybride avant les vêtements de la collection. Je voulais que cette chaussure soit le pilier solide d’une nouvelle silhouette en mouvement.

J’aime l’idée des accessoires multi-fonctions, le sac weekender qui sert aussi de sac de sport et sur lequel on peut poser sa tête lors de longs voyages. C’est pour cela que je privilégie des matières rondes, matelassées et chaudes pour que ces sacs soient comme des coussins, au même titre que certaines parkas matelassées surpiquées qui semblent être des sacs de couchage.

Un sac doit être léger et résistant. Contrairement au vestiaire féminin, je ne crois pas à la fonction unique d’un accessoire pour l’homme.

 

8752©Rainer_Torrado

 

TÊTU : Trois adjectifs pour qualifier le caractère de l’homme Carven ?

Barnabé Hardy : Urbain, Cool, Énergique.

TÊTU : Existe-t-il encore un tabou dans la manière qu’ont les hommes de s’habiller ?

Barnabé Hardy : Aucun tabou, encore une fois, je revendique la liberté dans le vêtement et la façon de créer son look. Tout est question de dosage, de personnalité et surtout la façon dont on assume tout cela !
« Don’t be afraid of your freedom ».

 

 

8836©Rainer_Torrado

TÊTU : Comment recharges-tu les batteries et comment nourris-tu ton inspiration entre deux collections ?

Barnabé Hardy : Je pars en vacances au soleil, mais dans trois semaines, car je dois dès la semaine prochaine enchaîner sur la sélection des tissus pour l’été 2017.

Pour recharger mes batteries, je fais beaucoup sport et j’aime m’évader à la campagne pour retrouver des activités basiques, mais nourrissantes et réconfortantes comme la cuisine et le jardinage. Je viens de me découvrir une nouvelle passion : la culture des plantes grasses et succulentes !

Je trouve mon inspiration un peu partout, tout le temps… dans la rue, les musées et galeries d’arts, les voyages, les films… partout et tout le temps.

 

Retrouvez l’ensemble des collections Carven sur carven.com

 

 

 

ads