La polémique
Actualité

La polémique "Serge Aurier" vue par le Petit Journal


Le Petit Journal, comme à son habitude, sait tourner l’actualité en dérision. La récente affaire d’homophobie qui secoue (trop doucement ?) le milieu du football professionnel ces derniers jours n’échappe pas à la règle.

Pour rappel, Serge Aurier, joueur du PSG, a récemment été interviewé en ligne par des internautes. L’un lui demande si : « Laurent Blanc fait souvent la folle ou pas ? « . Serge Aurier répond : « C’est une fiotte ». Et puis loin dans l’interview : « Laurent Blanc, il suce Zlatan ou pas ? ». Et Serge Aurier de répondre : « Hé il lui prend les couilles mon frère. Il prend tout cousin. ».

Certains se sont élevés contre ce nouveau dérapage homophobe dans le milieu du sport en général et du foot en particulier, et contre les réactions timorées de certains médias, comme en témoigne la tribune de l’association Les Dégommeuses parue hier dans Libération.

Le Petit Journal, quant à lui, nous livre une vidéo où il tourne en dérision les clichés qui ont cours dans le milieu du foot. Ils savent mieux que personne identifier et mettre en lumière des comportements pour en dénoncer l’hypocrisie ou l’ambivalence. On peut donc voir, dans cette vidéo d’à peine 2 minutes, Eric et Quentin se défendre de n’avoir aucun problème avec l’homosexualité mais déclarant « moi j’aime pas les fiottes », « encore moins les tarlouzes » et « le foot c’est pas un sport de tapettes ». Le tout sous fond de douches communes, d’accolades suggestives et de glorification de la virilité des joueurs de foot.

A l’issue, on se dit que tout cela est ambiguë et qu’il serait grand temps que le milieu du football fasse son examen de conscience et permette notamment à ces joueurs de pouvoir exprimer sans honte ni retenue leur orientation. Ce milieu ne devrait, pas plus qu’un autre, rester hermétique aux mouvements d’émancipation qui parcourent la société. Aujourd’hui encore, aucun joueur professionnel en activité dans le championnat de France n’a fait son coming-out.

 

ads