Actualité

"PD" n'est pas une insulte homophobe pour le Conseil de prud'hommes


Le Conseil de prud’hommes de Paris considère que traiter un employé de « PD » dans un salon de coiffure n’est pas une insulte homophobe.

La décision du Conseil de prud’hommes de Paris est tellement ahurissante qu’on à peine à y croire. En effet, la juridiction a jugé que :

En se plaçant dans le contexte du milieu de la coiffure, le Conseil considère que le terme « PD » employé par la manager ne peut être retenu comme propos homophobe, car il est reconnu que les salons de coiffure emploient régulièrement des personnes homosexuelles notamment dans les salons de coiffure féminins, sans que cela ne pose de problèmes.

Le Conseil avait été saisi par un coiffeur parisien dans le cadre d’un licenciement abusif. En effet, ce dernier avait été licencié car il ne s’était pas présenté à son travail un jour où il était malade. Le patronne du salon lui ayant annoncé le lendemain la rupture de sa période d’essai pour « insuffisance professionnelle ».

Cependant, lors de son absence l’employé avait reçu un sms de sa patronne qui ne lui était pas destiné. Celle-ci s’exprimait en ces termes :

Je ne (le) garde pas. Je ne le sens pas ce mec. C’est un PD, ils font tous des tours de pute.

Le caractère homophobe des propos non-retenu

Le Conseil de prud’hommes avait donc également été saisi pour propos discriminatoire à caractère homophobe. Cependant, dans cette affaire, les conseillers prud’homaux n’ont pas retenu le caractère homophobe des propos tenus par la patronne mais seulement le caractère abusif du licenciement, condamnant l’employeur à 5000 euros de dommages et intérêts sur ce seul motif.

Dès le début de l’affaire, le Défenseur des droits avait été saisi par l’employé abusivement licencié afin d’enquêter sur la discrimination dont il avait fait l’objet par son employeur. Ce dernier avait assuré que ce licenciement n’était pas lié à l’homosexualité de l’employé.

En somme, le Conseil considère que l’homophobie peut être justifiée à l’encontre d’un individu suivant l’emploi qu’il exerce. « Vous êtes coiffeur donc vous êtes homosexuel » ou encore « vous êtes homosexuel donc on peut vous traiter de ‘PD' »… Avec ces syllogismes douteux dignes d’Eugène Ionesco, on ose imaginer ce qu’un employeur se permettrait de dire à des employés noirs, arabes, transsexuels, handicapés…

La victime a fait appel de la décision du Conseil de prud’hommes et a de nouveau saisi le Défenseur des droits.

  • benji

    Qui défendra publiquement l’usage du mot « pédé » ? La remise en cause publique de ce jugement peut aider à marginaliser l’usage du mot « pédé ». Les mots sont précèdent la pensée dans les cours d’école et sur les stades… Bravo au coiffeur qui n’a pas eu peur de qui qui il aime à son boulot et qui devrait peut-être changer d’avocat 🙂

  • Franck Rougeron

    C’est aberrant.

  • momom

    Je pense qu’on rêve, ou alors, faute de frappe du secrétariat des prud’hommes ?

  • waladoox

    si ils estiment que le mots PD n’est pas une insulte le fait d’estimer que tous les homosexuels font des « tours de pute » la par contre ce n’est toujours pas discriminatoire ?

ads