En Australie, des centres de fertilité exclusivement LGBTI
Actualité

En Australie, des centres de fertilité exclusivement LGBTI


En Australie, des centres de fertilité réservés aux personnes LGBTI ouvrent leurs portes, alors que le pays n’a toujours pas légalisé le « mariage pour tous »…

Conservation des gamètes pour les personnes trans, procréation médicalement assistée pour les couples de femmes, gestation pour autrui pour les hommes… Pour la première fois en Australie, des centres de fertilité spécialement dédiés aux personnes LGBTI ouvrent leurs portes dans quatre États du pays : la Nouvelle-Galles du Sud, le Queensland, le Victoria et l’Australie Méridionale.

Cette initiative novatrice lancée le 14 avril se nomme Rainbow Fertility, et s’impose comme le tout premier service de fertilité exclusivement dédié aux personnes LGBTI en Australie. Celle-ci concerne cinq grandes villes du pays, à savoir Sydney, Melbourne, mais aussi Adelaïde, Brisbane et Gold Coast.

Accompagner les personnes LGBTI dans leur projet parental

L’objectif de ce service est notamment de palier « la confusion et l’incompréhension des autres, parfois même des professionnels de santé » dont sont victimes les personnes LGBTI durant leur projet parental, en assurant un suivi « sans jugement » :

Avec une vaste expérience dans la FIV, le don de gamètes, et les services de substitution, nous ne définissons pas comment une famille devrait être,  mais nous nous concentrons pour aider les gens à créer la leur. (…) vous serez traités avec compassion, soin et compréhension à chaque étape.

Ce service novateur est lancée par City Fertility Centre, l’un des plus importants organismes privés australiens spécialisé dans la fécondation in vitro.

En effet, bien que les conseils et les services des cliniques City Fertility soient déjà ouverts aux personnes LGBTI, la grande nouveauté de cette initiative est de proposer un service autonome répondant spécifiquement aux besoins LGBTI.

« Refléter la réalité du monde dans lequel nous vivons »

D’après Adnan Catakovik, le PDG de City Fertility Centre, l’ouverture de centres Rainbow Fertility illustre ainsi l’acceptation progressive des familles homoparentales en Australie :

La parentalité pour les couples de même sexe est devenue quelque chose de plus reconnu par notre communauté, et ce nouveau service reconnaît cela également. A Rainbow Fertility, nous croyons en l’égalité de traitement pour les personnes, et l’accès aux mêmes possibilités. Nous voulons simplement refléter la réalité du monde dans lequel nous vivons.

australie centres de fertilite
Adnan Catakovik – PDG de City Fertility Centre

Il est même souligné que les membres du personnel de Rainbow Fertility ont pris le temps « d’assister à des séminaires et à des évènements LGBTI pour avoir une meilleure compréhension » des enjeux et des défis rencontrés par les femmes lesbiennes, par les hommes gays, mais aussi par les personnes trans ou intersexuées.

PMA pour les femmes, GPA pour les hommes

Plus précisément, les cliniques Rainbow Fertility proposent aux couples de femmes le don de gamète, la conservation de leurs ovocytes, la fécondation in vitro et l’insémination artificielle. Les couples d’hommes peuvent aussi conserver leurs gamètes mais surtout bénéficier de la gestation pour autrui, ou de la maternité de substitution (c’est-à-dire que la mère porteuse est biologiquement la mère de l’enfant qu’elle porte) ; cela s’adresse également aux hommes homosexuels célibataires.

Enfin, les personnes trans peuvent suivre un traitement de fertilité précédant ou suivant leur transition hormonale, et conserver leurs gamètes. Concernant les personnes intersexuées, chaque individu présentant des besoins spécifiques, les cliniques Rainbow Fertility proposent des solutions personnalisées.

Et pendant ce temps-là, toujours pas de « mariage pour tous »…

Rainbow Fertility marque donc un grand pas en avant pour un pays qui n’a pourtant pas légaliser l’ouverture du mariage aux couples de même sexe.

Et ce malgré le soutien du Royal Australian and New Zealand College of Psychiatrists (RANZCP), une organisation médicale soulignant que l’état mental des personnes LGBT en Australie est au plus bas à cause de la discrimination et de la marginalisation dont elles sont victimes. Un problème de santé pouvant être réduit par l’ouverture du mariage aux couples de même sexe.

Plus récemment, c’est même un leader de l’industrie des télécommunications, Telstra, qui dénonçait la pression exercée par l’Église catholique australienne contre la légalisation du mariage pour tous.

À l’inverse des autres pays, l’acceptation des couples de même sexe en Australie semble plutôt emprunter le chemin de la parentalité que celui du mariage.

ads