Marche des fiertés de Paris : Valérie Pécresse supprime le char Île-de-France
Actualité

Marche des fiertés de Paris : Valérie Pécresse supprime le char Île-de-France


La Marche des fiertés de Paris ne verra pas défiler le traditionnel char de la région Île-de-France car Valérie Pécresse a décidé de réduire le budget de l’évènement.

« La Marche des Fiertés s’est vu retirer la possibilité d’avoir un char de la Région Île-de-France, malgré le dépôt d’un amendement écologiste demandant seulement 7000 euros » s’exclame le groupe Europe Ecologie Les Verts.

Mercredi 15 juin, quelques jours seulement après la tuerie homophobe d’Orlando, la présidente du Conseil régional d’Île-de-France a effectivement annoncé que la région ne subventionnerait plus de char pour la Marche des fiertés de Paris comme le rapporte L’Express ; un évènement célébrant pourtant la tolérance et la diversité dans les rues de la capitale.

Un « signal très négatif lourd de symboles »

Comme le déplore le groupe écologiste, Valérie Pécresse renonce ainsi à « la marque de l’institution régionale » et à « la fierté d’apposer le logo de la Région sur un char » qui est pourtant « un symbole fort ». Une décision contradictoire avec la déclaration de la femme politique, laquelle a défendu le maintien des subventions accordées à la Marche des fiertés car l’évènement est « devenu un symbole de la lutte contre l’homophobie ». Ne serait-ce donc pas un beau message que de voir défiler, comme chaque année, les couleurs de la région aux milieux des chars festifs et associatifs ? Apparemment pas…

Marche des fiertés de Paris char Île-de-France
Crédit photo Commission LGBT Europe Ecologie Les Verts

Valérie Pécresse soulignait également le 15 juin que ce type de manifestation est toujours interdit dans certains pays, et que c’était aussi pour cette raison qu’il fallait maintenir ces subventions, bien qu’elle ne partage pas les mêmes « points de vue politiques », sans en préciser les contours.

D’après le groupe EELV, cette suppression est ainsi « un signal très négatif (et) lourd de symboles » au lendemain de la tuerie qui a endeuillé les États-Unis. Il marque effectivement un manque de solidarité de la région avec la communauté LGBT.

La pression de la Manif pour tous ?

Le budget alloué par la région à la Marche des fiertés de Paris passe ainsi de 30 000 à 25 000 euros, une réduction de 17% dénoncée par le député socialiste Carlos Da Silva. Selon lui, cette amputation du budget en faveur de la visibilité LGBT « tient au fait que dans les rangs de la majorité du Conseil régional, on trouve des membres de la Manif pour tous ». Mouvance politique qui d’après Mounir Satouri, patron du groupe EELV, aurait d’ailleurs rapporté « 60 000 voix » à la candidate lors des dernières élections régionales.

Il y a quelques mois, Valérie Pécresse nommait d’ailleurs une élue opposée au « mariage pour tous » – et même fervent soutien de Sens Commun, émanation politique de la Manif pour tous – au poste de présidente de la commission famille du Conseil régional. A croire que la région s’obstine dans une direction bien peu inclusive…

Pour en savoir plus :





Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

  • waladoox

    Dommage d’instrumentaliser des évènements tragiques avec des phrases comme : « Mercredi 15 juin, quelques jours seulement après la tuerie homophobe d’Orlando ». Si maintenant tout fait et geste doit se mesurer a l’aune de cette atrocité tout débat et clos d’office et surtout que les deux affaires n’ont rien a voir.
    On peux déplorer cette décision de la région sans faire appel a l’horreur et essayer de trouver des arguments plus efficaces et réfléchis.

    Après que la région qui fait des économies sur tout en face aussi la et pourquoi en ferrait elle partout et pas là ? Je ne susi pas sur qu’un char au couleur de la région Ile de France soit vraiment un élément crucial.

  • Paul Laurent

    les réductions de budget il va falloir s’y faire. A mon avis, c’est le lot commun des années à venir. Si l’actuelle majorité avait géré les choses un peu moins mal nous n’en serions pas là. La dérive des finances des collectivités locales est à son comble, dans les villes de gauche surtout, il va bien falloir freiner les dépenses. Dommage, tout ce qui arrive est la faute de la gauche.

    • samourai

      Surtout après plus de 15 ans de gestion de droite.

ads