Biélorussie Walter Summer nus

Rencontre avec l’artiste gay Walter Summer et ses nus masculins photographiés depuis la dernière dictature d’Europe : la Biélorussie.

TÊTU a interviewé Walter Summer, un artiste-photographe qui s’évertue à sublimer la beauté masculine en livrant des nus bruts et authentiques, photographiés dans les décors méconnus de la Biélorussie. Nous en avons profité pour l’interroger sur les conditions de vie des personnes LGBT au sein de ce régime autoritaire souvent considéré comme la dernière dictature d’Europe, et étroitement lié à la Russie. Il nous a expliqué son art, mais il nous a aussi livré son parcours et raconté les difficultés qu’il avait rencontré au motif qu’il aime les hommes.

Est-ce que tu peux te présenter à nos lecteurs ? Nous expliquer ton parcours et tes précédents projets ?

Je m’appelle Walter Summer. Je suis un photographe biéorusse. Je me vois comme un « poète de la beauté masculine » parce que selon moi, les photographies sont de la poésie pour les yeux. C’est pourquoi je place mes modèles dans des circonstances irréalistes. Dans mes photographies, il y a toujours un élément de conte de fée. Ces images naissent dans ma tête et ensuite, elles ne me laissent pas fermer l’œil jusqu’à ce que je les fasse sortir. C’est comme ça que j’obtiens mes photos.

Biélorussie Walter Summer nus

Tu photographies des hommes dans des paysages naturels ou urbains. Quelle est ton approche créative ?

Je tire mon inspiration de deux choses : les modèles et le lieu. Si les deux fonctionnent, c’est une super source d’inspiration. Parfois je trouve des endroits qui me conviennent parfaitement. J’ai visualisé ces lieux dans mes rêves longtemps auparavant. Certains parlent de « lieux », mais moi j’appelle ça des « scènes ». J’ai trouvé la plupart de ces paysages accidentellement, c’était une inspiration. Pour les modèles, c’est autre chose. Pour moi la première impression est importante. Au cours de la première heure, je saisi le principal trait de caractère chez un mec. Alors je peux visualiser son histoire. Dans tous les cas, c’est la vue le plus important pour moi. La photographie c’est l’émotion. Cela n’a pas d’importance de savoir comment l’image a été éditée ou quel appareil photo a été utilisé. Ce qui est important ce sont les émotions que ressent le modèle. Ce qui est important ce sont les émotions que moi je veux investir dans chaque histoire.

Ta dernière histoire s’appelle « Milk ». Que raconte-t-elle ?

« Milk » c’est l’histoire d’un type qui vit une vie ennuyeuse dans son vieux et pauvre appartement. Personne n’est là, il vit seul, il n’a personne. Et il hésite. C’est pourquoi il se rend nu dans sa cuisine et voit du lait. Moi je déteste le lait depuis que je suis gamin. Je suis sûr que le lait c’est la boisson des enfants et des personnes âgées trop fragiles. Les enfants ne connaissent encore rien à la vie et les vieux ne peuvent plus rien voir. Quant aux jeunes, ils boivent du café, du coca, des boissons énergisantes, des cocktails… C’est pourquoi j’ai placé du lait dans les mains de mon protagoniste. C’est blanc et insipide. Pour moi c’est le symbole d’une vie sans saveur. Le soleil brille derrière la fenêtre de son sombre appartement, et il regarde la vraie vie qui s’y déroule.

Biélorussie Walter Summer nus

Ton objectif est-il uniquement esthétique ? Où il y a un message derrière ?

Des hommes nus en photographie c’est magnifique mais ce n’est pas le plus important. Ce n’est pas l’objectif. Je pense que les gens portent des vêtements comme s’il s’agissait d’un masque. Les gens cachent leur âme derrière leurs tenues. Et c’est normal, chaque habit est une image. Mais je m’intéresse à révéler ces émotions. Essayer de retirer le t-shirt du mec pour les voir totalement différemment. Ça marche à tous les niveaux. Si mon modèle pose à l’extérieur, il est nu à l’intérieur. Je prends des photos candides et j’essaie de transmettre des émotions sincères. Pour moi, mes photos sont des « portraits nus ».

Aujourd’hui tu t’adresses à un média gay. Quel est le quotidien des personnes LGBT en Biélorussie ? A quel degré l’homosexualité y est réprimée ?

L’homosexualité est punie par la loi en Biélorussie. C’est impossible de vivre ouvertement sa sexualité dans notre pays. C’est dangereux même. Ça peut être dangereux pour ta vie et pour ta carrière professionnelle. Un homme que je connais personnellement est mort récemment à l’hôpital après une bagarre contre des gens homophobes. Son meurtrier n’a même pas été jeté en prison.

Biélorussie Walter Summer nus

Toi-même as-tu déjà été persécuté ?

Il y a 18 mois, j’ai été renvoyé de mon boulot parce que je suis gay. Quelqu’un a trouvé mon profil sur un site de rencontre avec toutes les informations concernant mon orientation sexuelle, en a fait une capture d’écran et l’a envoyé à la direction de mon entreprise. Ça a fait un énorme scandale et j’ai été congédié sans indemnité des départ. Bien-sûr les documents pointaient du doigt une autre raison de licenciement, mais tout le monde a dit que j’avais été viré à cause de ma sexualité. Et j’ai vu tellement de gens appuyer la décision de mon licenciement… Ils ne veulent pas d’un gay autour d’eux. Personne ne m’a protégé, personne ne m’a soutenu, personne n’a pris mon parti. J’ai même été menacé : on m’a conseillé de ne pas rentrer dormir chez moi. Depuis, je n’utilise plus les réseaux sociaux, seulement Instagram. Et surtout je ne montre plus mon visage. Je ne le peux plus pour cette raison, c’est nécessaire pour rester en sécurité.

Voici brièvement ce que c’est d’être gay en Biélorussie. Si tu déclares ouvertement ta sexualité ici, tu perds ton confort et tu perds ta sécurité.

Qu’est-ce que tu as prévu de faire toi aujourd’hui en tant que photographe ? Quel est ton prochain projet ?

Ça fait longtemps que je fais de la photographie d’art, je me sens un peu à l’étroit dans ce genre aujourd’hui. Maintenant j’ai envie de passer à la mode. Je travaille avec des designers et des stylistes pour faire un nouveau shooting. Je bosse actuellement sur trois nouvelles histoires. Il y aura de nouveaux lieux, de nouveaux personnages, et de nouveaux modèles. J’adore photographier de nouveaux visages. Je ne peux pas t’en dire plus, mais j’essaie de trouver des gars différents. Il y a beaucoup de sportifs dans mes photos mais j’essaie de travailler avec des modèles plus androgynes et c’est très intéressant. Je vais continuer à chercher de nouvelles formes.

Des nus à voir et à revoir sur son site internet et son compte Instagram.

Biélorussie Walter Summer nus Biélorussie Walter Summer nus Biélorussie Walter Summer nus Biélorussie Walter Summer nus Biélorussie Walter Summer nus Biélorussie Walter Summer nus Biélorussie Walter Summer nus


  • samourai

    Un pays qui est une plaie pour les droits de l homme,Heureusement encore des gens résistants,courageux ,bref des Héros. Bravo Mr Walter Summer.

  • onox

    J’aime beaucoup le deuxième, dans le champ (sauf peut-être le piercing), il a une ressemblance avec Theo James