Act Up condamnée face à La Manif pour tous : le web en émoi
Actualité

Act Up condamnée face à La Manif pour tous : le web en émoi


Act Up a été condamnée pour injure publique à l’encontre de La Manif pour tous. Cette décision suscite l’incompréhension sur le web.

Mercredi 3 novembre, l’ancienne présidente d’Act Up, Laure Pora, a été condamnée par la Cour d’appel de Paris pour « injure publique » à l’encontre de La Manif pour tous. Elle devra lui verser 800 euros d’amende ainsi que 1.500 euros pour frais de justice.

Le 4 août 2013, des militants d’Act Up-Paris avaient mené une action contre les locaux de la fondation Lejeune, laquelle soutient la recherche sur la trisomie tout en luttant contre l’avortement. Des préservatifs remplis de faux sang avaient été jetés sur la façade de la fondation et des affiches, portant le logo de La Manif pour tous et barrés de slogans tels que « shame », « homophobes » ou « La Manif pour tous, homophobe », avaient également été placardés sur cet immeuble du XVe arrondissement.

La fondation Lejeune, sa chargée de communication – Ludovine de la Rochère – et La Manif pour tous portent plainte pour injure publique. En première instance, la plainte avait été jugée irrecevable pour un problème de procédure. Cependant, c’est une toute autre interprétation qu’en ont donné les juges de seconde instance puisque la Cour d’appel de Paris a condamné Laure Pora en sa qualité de représentante légale d’Act Up pour injure publique à l’encontre de La Manif pour tous.

L’avocat des plaignants, Maître Henri de Beauregard, s’est félicité de la décision, affirmant que « qualifier La Manif pour tous d’homophobe est une infraction pénale ». De son côté, l’avocate de la défense, Karine Géromini, dénonce une décision « particulièrement injuste ». Et d’ajouter : « Pour moi, il n’y a pas d’injure ». A l’époque de l’action menée contre la fondation Lejeune, Laure Pora avait expliqué : « Il n’y a pas d’attaque personnelle. On attaque l’idée de légitimation de la parole homophobe ».

Les pléonasmes pleuvent sur Twitter

La condamnation de l’ancienne présidente d’Act Up semble aller à l’encontre de la jurisprudence qui avait résulté du cas Jean-Pierre Michel. En effet, ce sénateur en charge du projet de loi mariage pour tous avait été relaxé suite à la plainte en diffamation de La Manif pour tous pour avoir déclaré que l’association se rendait coupable de « la pire des homophobies ». Une affaire que les internautes n’ont pas manqué de rappeler, notamment sur Twitter où le hashtag  se répand depuis hier en signe de protestation face à une décision que d’aucuns jugent incompréhensible.

Et de nombreux utilisateurs de Twitter de manier l’humour à grand renfort de lapalissades et de pléonasmes pour dénoncer l’homophobie de La Manif pour tous.

En 2013, Elisabeth Ronzier, ancienne présidente de SOS homophobie, était interrogée par France TV Info sur la potentielle homophobie de La Manif pour tous. Cette dernière ne pouvait concevoir que se battre contre l’égalité des droits de certains citoyens en raison de leur orientation sexuelle n’était pas assimilable à une forme de discrimination :

S’opposer au projet de loi est une forme d’homophobie parfois inconsciente. Vouloir maintenir une distinction entre les individus en raison de leur orientation sexuelle, c’est vouloir maintenir les personnes homosexuelles dans un statut inférieur puisque c’est les priver de certains droits. Evidemment, ce n’est pas la même chose que quand on va dans la rue pour casser la figure d’un gay ou d’une lesbienne, mais c’est aussi une forme d’homophobie.

Le même jour, la Cour d’appel de Paris rendait un autre jugement qui condamnait Christine Boutin pour « incitation à la haine » après avoir déclaré que « l’homosexualité est une abomination ».

 

Crédit photo : Facebook/Act Up

 

Pour en savoir plus :





Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

ads