Lisbonne, une capitale nommée désir
Destinations

Lisbonne, une capitale nommée désir


Lisbonne connaît un véritable succès touristique, notamment grâce à sa vie gay. Découvrez cinq raisons de vous y rendre et quelques bonnes adresses…

Tout ceux qui découvrent Lisbonne en tombent amoureux. Sa gastronomie, son architecture, sa vie nocturne et ses mecs n’y sont évidemment pas étrangers. A Lisbonne, on échappe vite au brouhaha de la circulation ; on s’émerveille de la beauté pittoresque de la ville qui rappelle la grandeur passée du Portugal ; on oublie où l’on est le temps d’un fado ou d’un verre sur le port. Lisbonne, c’est à la fois l’effervescence d’une grande capitale européenne et la douceur d’une ville qui sait prendre le temps de  vivre.

tetu-lisbonne-4

Le tramway n° 28

Cliché à souhait mais tellement typique et hors du temps qu’il est impossible (vraiment impossible) de visiter Lisbonne sans emprunter la ligne 28 du tramway. Cette ligne est toujours desservie par d’anciens wagons jaunes (des remodelados datant des années 30) tandis que beaucoup d’autres lignes ont été modernisées. Pour seulement 2,85€, vous sillonnerez la ville depuis la Plaça Martim Moniz jusqu’à Campo Ourique. La ligne traverse de nombreux sites importants où vous pourrez vous arrêter comme bon vous semble : château de San Jorge, quartier de l’Alfama et du Barrio Alto, Cathédrale (Sé) de Lisbonne… Le tramway est tellement populaire – aussi bien chez les touristes que chez les Lisboètes – qu’il vaut mieux éviter les heures d’affluence si vous voulez en profiter paisiblement.

tetu-lisbonne-3

Les belvédères

Que serait Lisbonne sans son tramway et ses belvédères ? La ville aux sept collines (comme Rome) s’arpente de long en large mais aussi de bas en haut. Certaines cotes sont tellement pentues que des funiculaires y ont été installés pour permettre aux marcheurs fatigués (ou fainéants) d’atteindre leurs sommets. Il n’est donc pas étonnant que la ville soit parcourue de dizaines de belvédères (ou miradouros) offrant une vue imprenable. L’un des plus romantiques est le miradouro de Santa Luzia. Il est situé sur la ligne de tranway 28, en contre-bas du château San Jorge. Il offre une vue très colorée sur la ville, ses azulejos n’y sont probablement pas étrangers. Autre miradouro d’importance : celui de Graça, situé près du couvent du même nom. C’est le belvédère idéal pour profiter du coucher de soleil.

tetu-lisbonne-2

L’Alfama

Lisbonne compte de nombreux quartiers, chacun avec son atmosphère singulière. Mais s’il ne fallait en visiter qu’un seul, ce serait sans conteste le quartier de l’Alfama. C’est l’un des plus vieux quartiers de la capitale portugaise, qui a été épargné – comme le Barrio Alto et Belém – par le tremblement de terre de 1755 qui ravagea presque entièrement la ville. De fait, on y trouve quelques-uns des plus beaux sites touristiques de la ville : le château de San Jorge (édifié à partir du Ve siècle par les Wisigoths puis par les Maures) ; la Cathédrale (Sé) de Lisbonne (construite au XIIe siècle à l’emplacement d’une ancienne mosquée) ; le musée du fado… Ce qui fait le charme de l’Alfama, c’est aussi son relief escarpé parcouru de nombreux escaliers et étroites ruelles. La fameuse ligne 28 du tramway dessert ce quartier qui offre à tout instant des points de vue admirables sur la ville. Il faut le découvrir à pied et s’y perdre. Avec un peu de chance, peut-être tomberez-vous sur le miradouro das Portas do Sol, un havre de paix ou vous pourrez manger du poulpe ou du poisson grillé. Testé et maintes fois approuvé.

tetu-lisbonne-5

Le fado

Que de clichés me direz-vous ! Mais il y a toujours une part de vérité dans un cliché.  Le fado (tout comme le tramway) est une institution à Lisbonne. C’est LA ville qui a vu naître ce chant si particulier. Il évoque le fameux saudade, un mot sans équivalent en français et qu’on pourrait traduire par une sorte de mélancolie empreinte de nostalgie. Le fado serait apparu au début des années 1800 et aurait d’abord été un chant de marins avant d’être également repris par toutes les classes sociales. Ce chant évoque des thèmes tristes et nostalgiques tels que l’exil, l’amour inaccompli , les morts, les difficultés de la vie… Les voix – aussi bien féminines que masculines – sont puissantes et accompagnées de la guitare classique et de la guitare portugaise (plus petite et à douze cordes). La plus grande chanteuse de fado est sans conteste Amalia Rodrigues, à écouter sans modération.

tetu-lisbonne-1
Crédit photo : Instagram/Trumps

Le Barrio Alto et le Principe Real

Fêtards, fêtardes ! C’est ici que vous trouverez l’ambiance qui siéra à vos envies nocturnes. En effet, le Barrio Alto est l’un des hauts lieux de la nuit lisboète. Tout comme l’Alfama, c’est un entrelacs de petites ruelles étroites. Les bars y sont petits. Il n’est donc pas rare que les noctambules débordent dans les rues pour boire leur verre, c’est presque une obligation qui donne tout son charme et son effervescence à ce petit quartier prisé par la jeunesse de la ville. La communauté gay se retrouve dans des bars et des clubs situés à l’intersection de la rua da Barroca et la travessa da Espera (Sétimo CéuBar Espaço 40e1Purex Clube…).

Depuis quelques années, un autre quartier est devenu un haut lieu de la vie gay de Lisbonne : le Principe Real. C’est là que se trouvent la plupart des bars/clubs et des magasins dédiés à la communauté LGBT (Woof LXWoof X, Construction, Trumps…). Moins typique et ancien que le Barrio Alto, le Principe Real n’en reste pas moins un quartier agréable. Visitez le jardin qui porte le même nom, il s’y passe toujours quelques chose.

Crédit photo de couverture : Instagram/Trumps

  • Jota

    Lisboa te ama …
    Venez a Lisbonne

ads