Le métro new-yorkais immortalise un couple gay
Actualité

Le métro new-yorkais immortalise un couple gay


Thor et Patrick se sont mariés il y a trois ans. Et depuis hier, leur effigie embellit les couloirs du métro new-yorkais grâce à une oeuvre commandée par les pouvoirs publics.

Plus gay le métro en 2017 ? C’est ce que laisse penser la nouvelle galerie qui sillonne la Grosse Pomme en cette nouvelle année. La station de métro située au croisement de la 72ème rue et de la 2nde avenue, planifiée depuis plus d’un siècle et en travaux depuis les années 1970, a ouvert ses portes au 1er janvier 2017. A cette occasion, trois artistes ont été commissionnés par la ville de New-York pour habiller les murs blancs de ces tunnels souterrains et de trois autres stations de l’Upper East Side : le peintre américain Chuck Close, la sculptrice new-yorkaise Sarah Sze, l’artiste sud-coréenne Jean Shin et le plasticien brésilien Vik Muniz.

Ce derniers a opté pour une trentaine de « Perfect strangers » représentés sur des panneaux de mosaïques de verre à taille humaine. Parmi ces parfaits étrangers, une fillette et sa mère avec une poussette sous le bras, de jeunes adolescents sortant du terrain de foot ou encore un couple gay plus si anonyme que ça. Thor Stockman, 60 ans, et son époux Patrick Kellogg sont mariés depuis trois ans et demi et auraient été photographiés en se tenant la main à Brooklyn en 2013.

couple gay métro new-yorkais
Patrick Kellogg (à gauche) et Thor Stockman (à droite) – © out.com

« Que ce ne soit ni rare ni exceptionnel »

« Ce sont simplement des gens qu’on s’attendrait à voir » a expliqué Vik Muniz dont la démarche est de représenter des usagers de tous les jours, « on s’attend à croiser des hommes qui se tiennent la main. »

Interrogé par l’Associated Press, Thor Stockman s’est réjoui de cette oeuvre. « C’est comme gagner à la loterie » s’est-il exclamé auprès de l’agence de presse américaine. « Une partie de moi voudrait que ce ne soit ni rare ni exceptionnel » a-t-il pourtant indiqué, conscient de la singularité d’une telle figure sur le mobilier urbain, même six ans après la légalisation du mariage pour tous dans l’état de New-York en 2011.

Son époux est également ravi que leur image ne ravive pas les stéréotypes gays classiques, comme il s’en est exprimé au New York Post :

Nos amis étaient heureux qu’un couple gay apparaisse sur les murs de New York City. Mais ils étaient encore plus content que cette représentation gay ne soit pas incroyablement belle ou mince.

couple gay métro new-yorkais
Thor Stockman posant à côté de la mosaïque – © Thor Stockman/Facebook

Une première à New-York

Selon Jonathan David Katz, expert en histoire de l’art queer interrogé par le journal, la mosaïque représente un véritable tournant à New York. Elle serait en effet la première oeuvre d’art publique permanente de la ville représentant le mouvement LGBT de manière non-politique mais quotidienne, et inscrivant donc l’homosexualité dans le tissu urbain ordinaire.

En France, une campagne de prévention contre le sida mettant en scène des couples d’hommes et affichée sur des abribus avaient subi les foudres des conservateurs au mois de novembre. Bien que sponsorisée par le ministère de la santé, elle avait même été censurées par les maires LR d’Aulnay-sous-Bois et d’Angers. L’argument engagé était la protection de la jeunesse. A New-York, aucune protestation de ce type ne s’est encore élevée contre Thor et Patrick.

 

Couverture : Vik Muniz

ads