Pourchassés pour un photomontage gay impliquant le roi du Cambodge
Actualité

Pourchassés pour un photomontage gay impliquant le roi du Cambodge


Trois individus ont la police cambodgienne aux trousses. Ils sont accusés d’avoir fait apparaître le roi Norodom Sihamoni, 63 ans, dans un porno gay.

« Ils ont travaillé en groupe » spécifie le porte-parole du Ministère de l’Intérieur du Cambodge, Khieu Sopheak, cité par Cambodia Daily. Depuis hier, ce général est sur les dents. Le 25 décembre 2016, une photo gênante a commencé à circuler sur Facebook. On y voit l’actuel roi du Cambodge – Norodom Sihamoni, 63 ans, non marié et sans enfant – dans une photographie pornographique gay. « Le roi du Cambodge est gay » renchérit le photomontage.

L’homosexualité est légale au Cambodge ; le défunt père du roi actuel s’était même prononcé en faveur du mariage pour tous en 2004, admiratif devant les unions d’hommes et de femmes à San Francisco, bien qu’aucune loi n’ait été appliquée. Mais la législation condamne les « insultes au roi », très respecté dans le pays.

« Le roi représente la nation toute entière. Insulter le roi c’est insulter toute la nation » a indiqué le général Sopheak. Des mandats d’arrêts circuleraient d’ores et déjà contre trois suspects dont un résidant en Thaïlande, où la photo a également circulé. Le ministère cambodgien de l’Intérieur envisage ainsi de demander l’aide du gouvernement thaïlandais pour arrêter les internautes; une vraie affaire d’Etat.

Pour autant, le général Sopheak avouait dans une précédente interview qu’il ignorait de quelle manière les prévenus seraient punis.

En Thaïlande, pays voisin, les crimes de lèse majesté conduisent à plusieurs années derrières les barreaux; en 2015, un homme de 58 ans a même été condamné à 25 ans de prison pour des publications sur Facebook. Mais au Cambodge les condamnations sont rares et les peines vont d’une amende à six mois d’emprisonnement contre les insultes faites au roi qui « règne mais n’exerce pas le pouvoir » en vertu de la constitution cambodgienne.

Norodom Sihamoni est un ancien danseur qui est monté sur le trône en 2004, après l’abdication de son père. Pendant une vingtaine d’année avant son règne, il a enseigné la danse classique à Paris.

 

© U.S. Embassy Phnom Penh/Flickr

  • Jean

    Oh là là ! « Il a enseigné la danse classique pendant 20 ans ». Je vois vraiment pas ce que cette dernière précision veut essayer de nous faire comprendre.

    L’article aurait pu se terminer par « Il aime beaucoup la blanquette de veau » ou bien « Il parle couramment cinq langues, dont le français, et le tchèque ».

    Mais alors là, avec « Il a enseigné la danse classique pendant 20 ans », je ne vois pas…

ads