Le patron du football anglais propose un coming-out collectif
Actualité

Le patron du football anglais propose un coming-out collectif


Greg Clarke propose que les joueurs fassent un coming-out collectif afin de lutter contre la stigmatisation dont ils pourraient être victime. Une idée saluée par les associations qui restent vigilantes sur une telle pratique.

Rares sont les footballeurs professionnels à avoir fait leur coming-out durant leur carrière. En Angleterre, seul Justin Fashanu l’a fait en 1990. Il s’est suicidé en 1998 suite à une campagne d’homophobie marquée par le rejet massif de ses pairs ainsi que par un scandale sexuel largement attisé par la presse.

Greg Clarke, le nouveau patron de la Fédération anglaise de football (FA) depuis août 2016, veut justement s’attaquer à la difficulté que représente le coming-out dans un milieu particulièrement sexiste et homophobe. Alors que l’année dernière, le président de la FA, Greg Dyke, « ne [recommandait] pas » aux joueurs de faire leur coming-out en raison des insultes et intimidations dont ils pourraient faire l’objet, son successeur propose, quant à lui, un coming-out collectif. Il s’en est expliqué dans les colonnes du Times :

Ma proposition, c’est que, si un certain nombre de joueurs de haut niveau veulent rendre publique leur homosexualité, pourquoi ne le synchroniserions-nous pas ? Afin qu’une personne ne le fasse pas toute seule. La Premier League (première division), la Ligue professionnelle et la FA pourraient le faire en début de saison. A ce moment-là, tout le monde se dit que c’est la bonne saison pour son club, les spectateurs sont contents, le soleil brille.

Greg Clarke explique avoir rencontré plusieurs sportifs, dont des joueurs de football, ayant fait révéler leur homosexualité afin d’échanger avec eux sur la meilleure manière d’aider ceux qui souhaiteraient faire leur coming-out mais qui auraient peur des réactions des supporters mais surtout de leurs pairs. « Il y a eu un sondage disant que les gens soutiendraient des joueurs homosexuels de leur équipe, bien sûr, mais je m’inquiète de ce que serait leur réaction face aux joueurs homosexuels de l’équipe adverse – je ne dis pas qu’ils feraient quelque chose de méchant, mais je dis qu’il faut bien préparer la chose », a-t-il déclaré.

En effet, les insultes à caractère homophobe sur et hors du terrain sont fréquentes dans le milieu du football comme en témoignent les condamnations infligées par la FIFA à plusieurs équipes.

L’association Stonewall s’est réjouie de « l’approche » constructive proposée par le patron de la FA. Cependant, elle tient à rester vigilante pour éviter tout dérapage : « Il est important que cela ne devienne pas un cirque médiatique, dans lequel on chercherait à deviner qui sont les joueurs homosexuels ou bisexuels ». Une idée, semble-t-il, partagée par Greg Clarke : « Je ne veux pas m’inscrire dans un processus qui dise : ‘Vous devez faire votre coming out.’ Ce ne serait pas juste ».

Crédit photo : Facebook / EFL

  • Geraldine Ballet

    S’il le font, même collectivement, il sera insultés et conspués car ils représenteront quoiqu’il arrive une poignée de joueurs. Ronaldo (que beaucoup soupçonnent d’être homosexuel même s’il ne l’a jamais confirmé) s’est fait traiter de PD en plein match par un joueur et a été accueilli par des chants homophobes.

ads