Actualité

"Louis(e)" et son héroïne trans, applaudies par les audiences et les internautes


La série Louis(e) centrée sur une héroïne trans et diffusée hier soir sur TF1 fut le programme le plus regardé de la soirée, et le plus commenté sur Twitter.

C’est une mise en lumière qui a rempli son contrat. Hier soir, TF1 diffusait les deux premiers épisodes de la série Louis(e) dans laquelle son héroïne, une femme trans, tente de renouer avec ses enfants en s’installant juste en face de leur maison où son ex-compagne vit désormais avec Adrien. Soit une fiction sur l’intégration des personnes trans diffusée en prime time sur la plus grande chaîne d’Europe.

Si le sujet du genre et de la transidentité est largement médiatisé depuis quelques années (avec la couverture « I Am Caitlyn » de Vanity Fair en tête de gondole), il reste encore flou pour de nombreuses personnes qui ont pu découvrir grâce à cette série accessible et grand public l’existence, la vie familiale, et surtout certaines difficultés (coming-out, rejet, agression, papiers d’identité non conforme au genre vécu…) rencontrées par les personnes trans dans la vie quotidienne.

Plus de 4 millions de téléspectateurs

Ce sont au total 4.576.000 de téléspectateurs qui se sont laissés séduire par cette fiction en deux épisodes selon les chiffres de Médiamétrie. Et même 4.3 millions qui sont restés devant leur poste de télé jusqu’à 23h05, soit la fin du deuxième épisode, ce qui fait de Louis(e) le programme télévisuel le plus regardé hier en France, devant les épisodes de la série Castle et une rediffusion d’Indiana Joness et le Royaume du Crâne de Cristal sur M6. TF1, régulièrement n°1 des audiences, a donc conforté son rôle de leader tout en donnant de la visibilité aux personnes trans.

Leader à la télévision et sur Twitter

Une volonté qui a été saluée par de nombreux Twittos, jusqu’à hisser #Louise comme hashtag le plus utilisé sur Twitter en France hier soir. Beaucoup de tweets applaudissent ainsi une série émouvante qui vient changer les mentalités, même si quelques-uns déplorent le choix du casting : une femme cisgenre – Claire Nebout – pour interpréter le rôle de Louise (et non pas une actrice trans ou un homme cis comme dans Transparent dont s’inspire la série), et d’autres écueils transphobes redoutés.

« On est plus proche du conte de fées »

« Cette comédie est plus proche du conte de fées que d’une fiction réaliste sur la transidentité », temporise également Anne-Gaëlle Duvochel, présidente du groupe d’études sur la transidentité citée par La Parisienne. « Le cas de Louise est idyllique : elle est cultivée, médecin, solide, épanouie… une transsexuelle parfaite ! Ce film renforce l’idée que pour avoir une chance de s’intégrer et être admise, il ne faut pas être dérangeante. »

Beaucoup d’internautes réclament la suite de la série produite par TF1 après le succès d’audience de ce double-pilote. D’autres ont imaginé la réaction de Christine Boutin ou de la Manif pour tous – qui combattent ardemment la soi-disant « théorie du genre » – devant la grand-messe de la première chaîne :

Les deux premiers épisodes de Louis(e) sont disponibles en replay sur tf1.fr

 

Couverture : Crédits photo TF1

  • Ji Pé

    Je n’ai pas aimé. Autant les acteurs (Nebout, Noguerra, Tinivelli) sont tous excellents dans d’autres circonstances, autant là… je ne les ai pas trouvés convaincants. J’ai même souvent trouvé leur jeu assez caricatural (Nebout qui, dès qu’elle veut nous rappeler qu’elle incarne une transsexuelle, se met à dandiner du cul en se passant la main dans les cheveux comme le ferait une drag queen sur un podium… bof! On est à des années lumière de la performance de Jared Leto dans « Dallas Buyeur Club »). Quant au scénario, il est assez bateau, tellement rempli de clichés qu’on en devine de suite où et comment cela va se terminer…. sans trop de psychologie. Plein de bons sentiments, certes… mais pas crédible pour 2 sous (le gamin qui comprends et accepte mieux que les adultes à la fin de l’épisode… ok, c’est bon pour la super morale de l’histoire. Mais même si je ne nie pas que les enfants puissent avoir une intuition parfois plus développée que les adultes, j’en ai jamais vu qui l’expriment de façon aussi claire). Quant au ton en général de la série… ça oscille sans arrêt entre drame et comédie sans parvenir à choisir. Et c’est sans doute cela le problème : Les situations comiques ou cocasses ne le sont pas suffisamment. Quant aux situations dramatiques, on n’y croit pas une seconde. Même les acteurs semblent ne pas trop savoir s’ils doivent jouer dans la « comédie » ou dans le « drame ». Bref.. sans moi.

    • Lila

      pour moi tout ce que tu dis sont les points négatifs de la série même si (moi) j’ai aimée! 😉

  • Stephanie Martin

    Transgenre moi-même, j’ai bien vu les clichés (Claire Nebout surjoue vraiment trop !), et les erreurs d’un scénario assez téléphoné. Passons aussi sur Louise tondant la pelouse en… talons aiguilles ! Dans la vraie vie, une transgenre met des bottes pour passer la tondeuse. Ben oui. Comme tout le monde 😉 Il n’en reste pas moins qu’il y a des scènes justes dans cette série (?), et que le taux d’écoute et l’accueil du public montre que combattre les préjugés passe aussi par la visibilité, fiction télévisée y comprise. Pour ça, malgré les limites du traitement (le second épisode était meilleur), merci à TF1.

ads