Actualité

"Baisers cachés" : deux lycéens gays sur France 2 pour la première fois


Mercredi soir, pour la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, France 2 organise une soirée spéciale. Au programme, le film Baisers Cachés, suivi d’un débat en direct et d’un documentaire primé, Les Invisibles.

MISE A JOUR du 18/05/2017 : Le téléfilm est disponible en replay ici (sur le site de France télévisions) et le débat qui a suivi ici (jusqu’au 23 mai 21017).

C’est la première fois que France 2 diffuse, en prime time, un film dont les personnages principaux sont LGBT et qu’elle a en plus produit. La chaîne a vu les choses en grand : Baisers Cachés, réalisé par Didier Bivel et porté par Patrick Timsit, poids lourd des comédies françaises, mais aussi Bruno Putzoulou, Barbara Schulz, et Catherine Jacob, a été primé l’année dernière au festival de Louchon et a remporté un franc succès en Suisse, où il a été diffusé l’année dernière. Les deux jeunes acteurs principaux, Bérenger Anceaux et Jules Houplain, font leurs premiers pas de comédiens avec ce film, où ils jouent des lycéens d’une petite ville dont la romance va être bousculée par l’homophobie de leurs amis et familles.

Le film marque bien l’ambition de France 2 de faire une plus grande place aux questions de sexualité chez les jeunes, mais surtout faire la lumière sur l’homophobie : au delà des coups et des menaces reçus par les personnages, Baisers Cachés montre aussi l’homophobie « ordinaire », beaucoup plus insidieuse et faite de petites remarques et de regards. Une place importante est aussi réservée au traitement du harcèlement en ligne, avec notamment la publication d’une photo sur les réseaux sociaux où l’on voit Nathan, le personnage joué par Bérenger Anceaux, embrasser un autre garçon et qui va être le point de départ des attaques contre lui.

De la fiction aux témoignages des jeunes et moins jeunes

Le traitement original de l’homophobie chez les jeunes, qui sort des clichés habituels à la télévision française, apporte une vraie bouffée d’air et permet au film de se distinguer des autres, tout en étant très réaliste : les remarques que Nathan entend à longueur de journée sont celles que beaucoup de gens ont pu recevoir, les rires sur son passage aussi.

France 2 entend marquer le coup cette année. Après le film, suivra un débat présenté par Julian Bugier sur le thème « Homophobie, le combat continue », en présence de Patrick Timsit, de jeunes homosexuels et de représentants des associations Le Refuge et SOS Homophobie. Enfin, le documentaire Les Invisibles sera diffusé à la suite du débat, à 23h35. Récompensé par le César du meilleur film documentaire en 2013, Les Invisibles, réalisé par Sébastien Lifshitz, raconte les histoires d’homosexuels nés dans l’entre-deux-guerres, à une époque où ils étaient rejetés et toujours considérés comme des malades mentaux par la majorité de la population.

 

Retrouvez TÊTU en kiosque

« Make America Gay Again » : au sommaire du magazine TÊTU n°214

  • Mika Capta Broadway

    Vous étiez peut être petite mais ce n’est pas la première fois que France 2 diffuse un téléfilm où les personnages principaux sont gays : Juste une Question d’Amour / Un Amour à Taire / Clara Sheller (2 saisons)…

  • Laurent Lapaille

    Ils sont trop mignon ces p’tits bonhommes… Et quel courage pour porter un tel sujet sur leurs épaules aux yeux du monde qui les attends dehors… Vivement leurs prochains films…

  • JaYz-58

    Je l’ai déjà vu ce film et sur youtube… Pour ceux qui ne l’aurait pas vu, ça valait le coup sur France 2. Merci pour cette seule chaine d’avoir pensé à la journée mondial contre l’homophobie et d’avoir diffusé ce film.

  • Erwan Cam

    un très beau film, hier soir, qui reflète bien la réalité. De ce que vive les Gays comme moi, à la différence que je n’ai plus de famille, grand-parents, parents, soeurs, cousins. Et j’ai 44 ans. Ce que les pères voient c’est d’abord dans leur esprit, deux hommes qui ont du sexe et l’acte sexuel. Mais, cela remet peut être leur virilité en question ou le fait que eux mêmes sont des gays refoulés. Le mariage pour tous est officiel, l’on démocratise les relations de tous sexes. Nous avons la chance en France et en Europe d’avoir des associations LBGT ou le nid, qui reçoivent des homos (filles ou garçons) rejetés par leur famille, à la rue. J’ai autours de moi, des parents dont les deux garçons, les deux filles ou garçon et fille sont homos. Et les deux, et cela se passe bien. Il y a l’acceptation difficile de la famille, mais les week-ends, tout le monde vient en famille. Moi, j’ai 44 ans, divorcé d’une femme et avec deux enfants, mais ai toujours été homo mais suis passé aux femmes masculines ou garçons manqués, car à mon époque, nous n’avions pas Facebook et les sites de rencontres. J’avais un copain durant deux ans et nous avions en projet de nous marrier. Lui accepté par mes enfants, mais mes parents m’ont dit, tu viens avec tes enfants mais sans ton marri. Lol. Donc bye bye. Enfin et pour terminer, l’homophobie n’a jamais été aussi intense, depuis les manifestations des cathos intégristes. Nous avons opposé aux personnes dîtes gays, mais normales pour elles, des lois qui sont votées et nous dirons, une justice sociale. Le mariage de gens qui s’aiment. L’union de deux personnes, quelque soit leur sexe. N’oublions pas non plus, les gays qui se suicident en asie, dans les pays arabes ou les gays, tués ou exterminés dans le monde. Bonne nuit

  • Genesis

    J’ai trouvé que ce film était une succession de clichés qui, au final, lui donne une dimension de propagande. C’est dommage, le sujet de fond est intéressant mais il mérite d’être traité avec davantage de subtilité.

  • la ratonade de Nathan et le visage me rappelle celui de Wilfried cet hollandais gay tabassé sur paris et son compagnon

  • Ok mais ne pas supprimer son historique, qu’on soit gay, hétéro, superhéros ou la tête d’une invasion alien, c’est toujours l’idée la stupide qui soit et quelqu’un qui laisse traîner son historique mérite tout ce qui lui arrive.

  • Melos

    J’essaierai de le regarder en replay

ads