Marches des fiertés : Le Mans ouvre le bal avec succès
Actualité

Marches des fiertés : Le Mans ouvre le bal avec succès


Plus de mille personnes ont assisté à la 7ème édition de la Pride du Mans le week-end du 13 mai, un chiffre record. Michel Mayet, président de l’association Homogène à l’origine de la Culture Pride du Mans, revient avec nous sur cette édition.

TÊTU : 1000 personnes ont défilé cette année… C’est un record ! Est-ce une fierté pour vous ? 

Michel Mayet : Notre premier succès c’est d’avoir réussi à organiser la Marche malgré le plan Vigipirate : le circuit a dû être raccourci, parce que nous avons défilé dans l’hyper centre commerçant du Mans. Nous avons aussi dû respecter certaines conditions de sécurité, comme la limitation des voitures qui défilaient : un seul véhicule léger sonorisé avait le droit de circuler avec nous. Une autre victoire pour nous, c’est de rassembler toujours plus de monde, mais surtout de mobiliser les jeunes. Avant, la Pride du Mans avait lieu en juillet, mais depuis deux ans nous avons choisi le mois de mai pour que les lycéens puissent participer. Et ça marche ! En 2014 nous étions 200 personnes, en 2015 600 personnes, en 2016 800 personnes, et cette année, nous étions plus de 1.000.

Pourquoi est-ce important ?

Le Mans est une ville très symbolique : c’est la première ville de France où les commerces et la mairie ont mis en place une charte d’accueil LGBT friendly pour que la clientèle soit assurée d’être accueillie avec bienveillance dès 2002 ! C’est aussi grâce à ces commerces que nous pouvons organiser la Pride : nous avons une cinquantaine d’établissements partenaires qui nous ont apporté un soutien financier. Grâce à eux, nous pouvons offrir une visibilité et des références.

Qu’entendez-vous par références ?

Nous voulons montrer à tous les habitants du Mans et de la Sarthe qu’à côté d’eux, il y aussi des LGBT comme eux, qui ont une maison, un travail…  Je pense que c’est important parce qu’il parait qu’il y aussi des personnes LGBT dans la Sarthe ! (rires)

Y a-t-il eu des prises de parole ? Des messages particuliers à faire passer ?

Il y a eu énormément de prises de parole ! Nous demandons une PMA pour toutes, ainsi qu’une loi sur la GPA et la reconnaissance de la filiation à la naissance. Nous avons aussi évoqué les camps de concentration pour homosexuels en Tchétchénie, et la hausse des agressions homophobes de manière générale. Nous nous sommes arrêtés sur la situation des transsexuels, et sur les possibles améliorations du processus de changement d’identité. Nous avons également organisé un kiss-in contre les discriminations, ainsi qu’une minute de silence pour toutes les victimes du SIDA.

Des personnalités sont-elles venues ?

Bien sûr ! Il y avait la présidente du département de l’Orne, venue exprès parce qu’il n’y a pas de Pride à Alençon, la secrétaire départementale de l’union CFDT, le directeur adjoint du planning familial, qui est notre partenaire en matière de dépistage et d’accompagnement, et aussi le président de l’association SOS homophobie. Et nous avons reçu les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence, venues de Paris, qui sont là tous les ans !

Pouvez-vous me parler du slogan : « homo ou hétéros tous égaux – ces différences font la richesse du monde » ?

On est sur un message de tolérance, de lutte contre les discriminations et de lutte pour l’égalité des droits. Nous avons aussi voulu faire quelque chose de symbolique : dans le vieux Mans, il y un tunnel avec six voûtes de pierre très emblématique, parce qu’il réunit les deux côtés de la ville. La mairie l’a éclairé aux couleurs du drapeau arc-en-ciel tout le week-end.

Emmanuel Macron a été investi à la présidence de la République dimanche… Qu’attendez-vous de lui ?

Il s’est déclaré aux côtés des personnes LGBT et a dit qu’il était favorable à la PMA pour toutes les femmes. On attend certains progrès au niveau de nos droits, mais surtout qu’il se tienne à nos côtés et qu’il nous mentionne, parce que c’est insupportable de voir les politiques faire comme si nous n’existions pas. Je salue néanmoins le fait que François Hollande ait convié le conjoint de Xavier Jugelé à prendre la parole le jour de l’hommage national qui lui était rendu.

Est-ce que vous allez continuer à organiser des événements cet été ?  

Bien sûr ! Dès ce vendredi, nous organisons la projection de l’exposition Les Couples de la république, d’Olivier Ciappa, en présence de l’artiste.

 

Retrouvez TÊTU en kiosques :

« Make America Gay Again » : au sommaire du magazine TÊTU n°214

ads