Les Out d'or, premier gala français pour récompenser la visibilité LGBT
Actualité

Les Out d'or, premier gala français pour récompenser la visibilité LGBT


Pour lutter contre l’homophobie et récompenser les médias traitant de sujets LGBT, l’Association des journalistes LGBT (AJL) organise en juin un gala et une remise de prix. Objectif : encourager la prise de parole queer et la visibilité des homos.

L’annonce a été faite sobrement par l’AJL, le 16 mai, vieille de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, à travers un article de Libération et un message sur leur site, rien de plus. Pourtant l’enjeu est de taille : en 2016, les actes homophobes ont progressé de 19,5% et il est plus qu’urgent que les médias arrivent à donner une réelle visibilité aux personnes LGBT dans leurs sujets.

Une première en France

Les Out d’or auront lieu le 29 juin 2017. « Ça faisait longtemps qu’on pensait à organiser les Out d’or, et d’en faire un gala. C’est plus valorisant et plus positif », nous informe Mathieu Brancourt, membre de l’AJL qui a aidé à la préparation des Out d’or. « Notre objectif est de faire émerger les questions LGBT dans les médias traditionnels et de récompenser ceux qui ont aidé à la visibilité de la communauté. On veut récompenser les meilleures initiatives des médias sur ces sujets. »

Neuf prix seront attribués pendant la cérémonie. Quatre seront décernés pour les reportages parus dans médias classiques, les journaux et magazines, mais aussi pour les sujets produits par des YouTubeurs et pour ceux diffusés sur les réseaux sociaux. Quatre autres récompenses seront décernées aux personnalités ayant le plus œuvré pour la visibilité LGBT, dans la culture ou dans les entreprises. Enfin, un prix sera aussi accordé à la personnalité de l’année, qui sera désignée par un vote ouvert à tous.

Les Out d’or seront une première en France et prennent exemple sur le GLAAD Media Award, un gala américain organisé chaque année depuis 1990 par la Gay and lesbian alliance against defamation (Alliance des gay et lesbiennes contre la diffamation). « On voulait vraiment organiser quelque chose de dynamique et positif à la manière du GLAAD ».

Pour animer la soirée et décerner les prix, deux maîtresses de cérémonie ont été choisies : la journaliste Marie Labory et l’humoriste Shirley Souagnon. Les parrains et marraines des Out d’or doivent être annoncés prochainement.

« On a assisté à une vraie prise de conscience mais il reste encore beaucoup de boulot »

Créé en 2013, pendant les Manifs pour tous et une résurgence de l’homophobie en France, l’AJL se félicite du chemin parcouru en quatre ans : « on a assisté à une vraie prise de conscience à ce moment-là, surtout du côté des médias : la parole homophobe existe toujours. »Pour lutter contre sa propagation et aider les journalistes à traiter les sujets LGBT le mieux possible, l’AJL distribue un kit aux médias français et leur propose de signer une charte adoptée aujourd’hui par près de 50 rédactions. Mais de grands quotidiens nationaux manquent toujours à l’appel…

« Le Monde et Libération ont signé, mais il nous manque toujours de grands groupes télé et radio. Le Figaro nous a aussi accusé de vouloir rééduquer les journalistes et de former un lobby gay », soupire Mathieu Brancourt. « C’est encore très difficile aujourd’hui de se faire écouter et prendre au sérieux. Il y a eu une amélioration chez certains médias, mais il y a encore beaucoup de rédactions où rien n’a changé, même avec la signature de la charte. On a encore beaucoup de boulot devant nous. » Il reste néanmoins positif : « On a réussi à faire bouger les esprits et à se faire reconnaître comme un interlocuteur légitime. On compte aussi beaucoup sur les médias ‘nouvelle génération’ pour continuer le combat. » Avec en ligne de mire, les médias qui légitiment les paroles homophobes. « Cyril Hanouna est un exemple parfait de ce qu’on essaie de combattre. L’AJL a fait un référencement pendant un mois de toutes les blagues homophobes de son émission, et les résultats sont sans équivoque. Il se sert de Matthieu Delormeau comme de sa caution LGBT. C’est inacceptable. »

Avec les Out d’or qui ont vocation à revoir le jour chaque année, l’AJL escompte « faire le bilan de chaque année écoulée ». « On continuera à faire de la vigie et à interpeller les médias aussi longtemps qu’il le faudra. »

Rendez-vous le 29 juin 2017 pour la première édition !

 

Couverture : Marche des fiertés LGBT de Toulouse en 2011 – crédit photo Guillaume Paumier/Flickr

 

Retrouvez TÊTU en kiosque :

« Make America Gay Again » : au sommaire du magazine TÊTU n°214

ads