VIDÉOS -
Culture

VIDÉOS - "120 battements par minute" : une bande annonce et un extrait saisissants


En lice pour la Palme d’Or, ce film retrace l’histoire d’Act Up-Paris, une association de lutte contre le Sida et fondée en 1989. Une bande annonce poignante ainsi qu’un premier extrait ont été dévoilés.

« Bonjour tout le monde, nous sommes Act Up-Paris et nous sommes venus vous donner un cours de prévention sur le Sida parce que l’État français est incapable de vous informer ». Le ton est donné dès les premières secondes de la bande annonce émouvante de 120 battements par minute. La vidéo s’ouvre en nous plongeant directement dans une classe de lycéens où les militants d’Act Up-Paris débarquent sans prévenir pour tenter de délivrer quelques notions de prévention aux élèves pour ne pas contracter le VIH.

120 battements par minute nous plonge dans la dure période des années 90, une décennie pendant laquelle des milliers de personnes, des homosexuels pour la plupart, infectées par le virus, continuaient de mourir dans l’indifférence générale. Une période que les militants de l’association Act Up-Paris ont refusé de vivre comme une fatalité, multipliant les actions coups de poing – impossible d’oublier la capote rose géante enfilée sur l’obélisque de la place de la Concorde à Paris en 1993 – rythmées par des slogans provocateurs – à l’instar du magistral « Des molécules pour qu’on s’encule ! » – pour tenter de réveiller les esprits et ainsi mener une lutte contre le fléau à la hauteur des enjeux.

Le propos du film, réalisé par Robin Campillo, est très justement mis en valeur dans cette bande annonce d’un peu moins de deux minutes où les multiples difficultés auxquels se heurtent les activistes sont nommées, entre l’inaction des pouvoirs publics, l’indifférence des médias sur l’accès aux soins, l’ignorance affolante du peuple mais aussi et surtout, l’opacité totale de la part d’un laboratoire pharmaceutique préférant ses intérêts commerciaux à la survie des malades. Outre ces combats, la bande annonce suggère également l’histoire d’amour entre Nathan, un militant de l’association et Sean, l’activiste séropositif révolté fraîchement débarqué, incarné par l’acteur argentin Nahuel Perez Biscayart.

Un premier extrait coup de poing

Melton Pharm a décidé d’orchestrer une pénurie de traitements afin de faire parler de sa nouvelle molécule et d’amplifier l’effet d’annonce. On va augmenter la pression et on obtiendra de toute façon les médicaments pour les gens qui en ont besoin

Ces mots résonnent encore aujourd’hui avec douleur. Ils sont ceux d’une militante d’Act Up-Paris, campée par la formidable Adèle Haenel, actrice engagée que l’on a pu voir dans Les Combattants (2014) ou encore dans Suzanne (2014). Dans la bande annonce, elle promet d’intervenir auprès du laboratoire pharmaceutique en question pour offrir un traitement aux malades du Sida, refusant de laisser des intérêts financiers dicter le droit de vie ou de mort des patients.

C’est justement ce volet de la lutte d’Act Up-Paris que l’on découvre dans le premier extrait d’une minute mis en ligne récemment. On retrouve la jeune Sophie (militante de l’association interprétée par Adèle Haenel), regard noir, démarche révoltée, suivie de près par une poignée de militants de l’association dans le siège de Melton Pharm.

Au signal, les militants, équipés de leur pancarte « Assassins », aspergent les baies vitrés de faux sang et dénoncent la culpabilité du laboratoire au rythme du slogan « Melton Pharm assassin, t’as du sang sur les mains ». Une action coup de poing signée Act Up. Une parmi tant d’autres menée durant cette décennie mortifère et qui aura participé à lever l’ignorance et l’inaction concernant la lutte contre le Sida. Voici l’extrait :

Projeté à Cannes, festival dans lequel il est présenté en sélection officielle, samedi 20 mai, 120 battements par minute, de Robin Campillo, avec Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois ou encore Adèle Haenel, débarque dans les salles le 23 août 2017.

 

Couverture : Capture d’écran YouTube – 120 battements par minute, de Robin Campillo

 

À LIRE AUSSI :

 

Plus gay le festival de Cannes en 2017

EXCLUSIVITÉ TÊTU : Tous les films en compétition de la Queer Palm au Festival de Cannes

 

  • Melos

    J’irai voir ce film dès que possible !

ads