Le mois des fiertés a connu une explosion des agressions homophobes en France
Actualité

Le mois des fiertés a connu une explosion des agressions homophobes en France


Parmi les cinq agressions relayées médiatiquement en un mois, trois ont vu les victimes témoigner publiquement. Un nombre significatif qui n’a rien d’anecdotique…

Paris, Pau, Lyon, Saint-Dié-des-Vosges et Pont-Saint-Esprit. Cinq agressions de gays ont été signalées depuis la fin du mois du mai dans cinq villes différentes. Ce chiffre impressionnant ne relève ni d’un hasard, ni de cas isolés. L’association SOS Homophobie fait le constat d’une augmentation des témoignages qu’elle reçoit. Joël Deumier, président de l’association, avance les chiffres à TÊTU :

Nous avons constaté une grosse augmentation en mai avec + 22% d’appels par rapport à l’année dernière. Et en juin, alors qu’il reste encore quatre créneaux d’appels, nous avons comptabilisé 77 appels, pour 58 en avril et 71 en mai.

Parmi les appels déjà enregistrés pour le mois de juin, neuf concernaient des agressions physiques et douze des cas d’insultes.

Trois jours, trois agressions

La dernière agression en date s’est passée à Saint-Dié-des-Vosges. Le jeudi 22 juin, vers 21 heures, un homme de 20 ans est pris à parti par deux hommes à bord d’une voiture. Vitres ouvertes, ils s’arrêtent à sa hauteur et lui lancent plusieurs insultes homophobes. Puis, ils descendent de leur véhicule et s’en prennent physiquement au jeune piéton. L’intervention de passants entraîne rapidement la fuite des agresseurs. Le jeune homme, le visage déformé par les coups, est immédiatement transporté à l’hôpital. Il y subit une intervention chirurgicale réparatrice. Les médecins lui ont délivré 21 jours d’incapacité temporaire de travail (ITT). Le parquet a d’ores et déjà engagé des poursuites. Le conducteur, seul agresseur déjà identifié, sera jugé le 11 juillet 2017 pour violences en réunion. La circonstance aggravante du caractère homophobe de l’agression n’a, pour l’instant, pas été évoqué par le parquet.

La veille c’est un couple qui a été violemment attaqué à Lyon. Vers 2h30, alors que Boris et Alfredo ont quitté la fête de la Musique et se dirigent chez eux, main dans la main, ils sont apostrophés par deux hommes et une femme. Insultes et coups pleuvent, jusqu’à l’intervention d’une brigade de police. Boris s’en tire avec le tibia fracturé et 45 jours d’ITT. Le couple s’est rapidement mis en lien avec un avocat et a décidé de témoigner « pour créer une prise de conscience. »

Le même jour, un certain Basile tweete « Si vous voulez savoir à quoi peut ressembler l’homophobie » avec deux photos, l’une d’un t-shirt tâché de sang, l’autre d’une paire de lunettes cassées. La veille, Basile et son compagnon ont été agressés aux abords de l’Hôtel de ville à Paris alors qu’ils passaient une soirée entre amis. Basile a déposé plainte pour agression en bande à caractère homophobe et a témoigné sur TÊTU. Les agresseurs n’ont, pour l’instant, pas été interpellés.

Enquêter sur le caractère homophobe

Au début du mois, le jeudi 8 juin, un couple de gardois qui promenaient leur chien a également été agressé par un groupe d’individus. Malgré l’intervention d’un agent de sécurité qui se trouvait à proximité des lieux, Marc Gibelin, l’une des deux victimes, s’est retrouvé avec le nez fracturé et l’os frontal fêlé. Une enquête est en cours pour déterminer si le motif de cette agression était homophobe.

Marc Gibelin Agression homophobe Gard
Marc Gibelin et son compagnon ©Mikael Anisset

Fin mai, le dimanche 28, un quadragénaire a été lui aussi roué de coups à Pau. Il est toujours hospitalisé en soins intensifs. Comme pour l’agression dans le Gard, l’enquête ne permet pas encore de dire si la victime était ciblée précisément pour son homosexualité. Seule certitude, la première insulte à fuser fut « pédé ». Alors que le Palois tente d’entamer le dialogue, son agresseur dégaine un unique coup de poing qui le fait chuter. Sa tête percute le bord d’un trottoir, il est alors inconscient. Au vu de son état de santé, son témoignage n’a toujours pas été récolté par les enquêteurs.

Mai et juin, des mois de visibilité LGBT

Même si, au regard de ces témoignages et des chiffres de SOS Homophobie, cette année semble donc plus violente que la précédente, Joël Deumier l’affirme : « Mai et juin sont très souvent des mois où l’on a davantage d’appels que les autres. »

La raison ? « Ce sont des mois de forte visibilité LGBT à Paris et en régions. Notamment avec l’Idahot [Journée mondiale de lutte contre les LGBTphobies, ndlr] ou la Marche des fiertés. »

Or, cette forte visibilité est à double tranchant selon le président de l’association :

D’un côté, la visibilité permet une certaine libération de la parole des victimes ; de l’autre elle engendre des réactions plus violentes et plus nombreuses de la part des adversaires des droits LGBT.

Autre source d’explication à cette escalade de violences, l’année électorale en cours : « Ce long cycle électoral que nous venons de vivre a engendré un regain de la visibilité des discours conservateurs. À chaque fois que cela se produit, qu’il y a un débat public qui s’installe sur des thématiques qui touchent les LGBT, nous observons ce même phénomène. »

Pour SOS Homophobie, l’un des moyens de lutter contre ces violences reste le recours en justice. L’association va d’ailleurs se constituer partie civile pour le procès lié à la séquestration et au viol du militant LGBT Zak Ostmane, à Marseille, en mars dernier.

 Retrouvez le nouveau TÊTU en kiosque !

« Promenons-nous… » : Au sommaire du numéro de l’été 2017 de TÊTU !

ads