Médecin, avocat… Quels avantages à se tourner vers un professionnel LGBT-friendly ?
Santé/Forme

Médecin, avocat… Quels avantages à se tourner vers un professionnel LGBT-friendly ?


Pas facile de déballer sa vie privée chez un avocat ou un médecin, d’autant plus quand on est LGBT. Face à une forte demande, des réseaux de professionnels friendly se sont organisés.

À la recherche d’un médecin gay-friendly…”. Combien de fois a-t-on pu lire ce type de bouteille à la mer sur Facebook ou Twitter et ce, encore aujourd’hui. Médecin, avocat, huissier, expert comptable, notaire… Nombreux sont les LGBT qui souhaitent consulter l’un de ces professionnels tout en étant certains qu’ils seront accueillis et traités avec bienveillance. Un phénomène dont a pris conscience Stéphane Cola, fondateur du réseau des avocats gay-friendly en 2013, contacté par TÊTU :

Ces professionnels entrent très souvent dans l’intimité des gens et on se doit d’être transparents avec eux. On a identifié qu’il y avait une vraie utilité à essayer de constituer une liste de professionnels dont on est sûr par avance qu’ils seront bienveillant à notre égard et qu’en même temps, ils sont compétents et expérimentés sur des sujets qui nous concernent.

Fort de ce constat, Stéphane Cola s’est employé à lancer le premier réseau d’avocat friendly de France. “Ça a immédiatement fonctionné, on a tout de suite senti qu’il y avait un réel besoin”, atteste celui qui a ensuite lancé le même réseau pour les professions médicales (medecin-gay-friendly.fr) fin 2013, puis pour les notaires courant 2014 (notaires-gay-friendly.fr). Car au delà d’une crainte de tomber sur un LGBTphobe, le fait d’avoir accès à ces réseaux friendly assure également de consulter un professionnel qui bénéficie d’une expérience solide en terme de traitement des spécificités liées aux LGBT. Cela vaut tout particulièrement pour le milieu médical mais aussi dans le domaine juridique. C’est ce qu’a analysé Me Florent Berdeaux, avocat au barreau de Paris. Il est parmi les premiers à s’être inscrit sur le site d’avocats gay-friendly :

Il est certain qu’il y a une sensibilité que d’autres confrères ne vont pas avoir. Il y a une compétence spécifique mais qui n’est pas uniquement juridique. Elle est plus dans la connaissance de la situation sociale et dans l’écoute. Au même titre qu’une personne qui se tourne vers un médecin gay-friendly, même si son pépin n’a rien à voir avec sa sexualité. Il m’arrive parfois de monter tout un dossier qui n’a rien à voir avec la sexualité. C’est juste une garantie d’écoute.

À lire aussi : Quelle prise en charge des patients gays par la médecine générale ?

Manque de généralistes

Aujourd’hui, pour vous diriger vers des professionnels friendly, les sites de Stéphane Cola apparaissent comme les plus fiables que vous trouverez. Les professionnels qui y sont répertoriés sont tous passés par un entretien afin de vérifier la sincérité de leur démarche. « On ne fait pas de démarchage. Le réseau se complète avec des gens qui font acte de candidature spontanément. On échange puis ils prennent le temps de réfléchir, et nous aussi de notre côté », assure Stéphane Cola.

Actuellement, le réseau compte 130 avocats, 350 professionnels du médical et une centaine de notaires. Seulement, sur les 350 professionnels de la santé, le site fait face à un manque criant de généralistes.

Ce qui nous manque surtout, ce sont des médecins généralistes. Nous en avons un nombre très insuffisant. Il arrive qu’il n’y en ait qu’un seul sur un département, voire aucun. D’autant que quand vous allez voir votre notaire, vous êtes prêts à faire des kilomètres. Ce qui est beaucoup moins le cas pour le médecin… Il faut qu’il soit quasiment en bas de chez vous.

Dès lors, s’il s’interdit toute prospection, Stéphane Cola lance toutefois un appel à tous les généralistes qui souhaiteraient rejoindre son réseau :

C’est une question de santé publique. J’ai reçu un exemple très révélateur : un jeune de 17 ans qui a eu une relation sexuelle non protégée a attrapé une infection à l’anus. Il n’a pas osé en parler avec son médecin de famille ni ses parents. Il s’est auto-médicalisé, résultat il s’est retrouvé avec terrible infection qui lui a valu trois opérations.  S’il était tombé sur nous, c’était trois jours d’antibiotique et réglé.

Les réseaux de professionnels LGBT-friendly :

L’association des médecins gay-friendly

Avocat-gay-friendly

Notaire-gay-friendly

Médecin-gay-friendly

 

Crédit illustration couverture : Sylvain Jean

 

Retrouvez TÊTU en kiosque :

« Promenons-nous… » : Au sommaire du numéro de l’été 2017 de TÊTU !

ads