Malte, 15ème pays en Europe à ouvrir le mariage aux personnes de même sexe
Actualité

Malte, 15ème pays en Europe à ouvrir le mariage aux personnes de même sexe


Fedelazzjonijiet Malta ! La République méditerranéenne de Malte a adopté le mariage pour toutes et tous. Cela fait de Malte le 15ème pays européen à ouvrir le mariage aux personnes de même sexe, deux semaines après l’Allemagne.

La présidente Marie-Louise Coleiro Preca va pouvoir promulguer la loi après son vote cet après-midi en Commission des lois. Adopté la semaine passée par le Parlement à une quasi unanimité, la loi a rencontré une très faible opposition. Une grande fête est prévue ce soir à La Valette pour célébrer ce nouveau pas vers l’égalité des droits, devant l’Auberge de Castille, le bureau du Premier ministre maltais. Cette fête sera diffusée en direct sur la chaîne maltaise Tvm ou sur le Facebook de MaltaGov.

Edward Zammit Lewis, homme politique Maltais du parti Social-Démocrate a été l’un des premiers à réagir sur Twitter.

Ce vote intervient trois ans à peine après l’adoption de l’union civile pour tous les couples. Dans ce pays longtemps gouverné par les conservateurs, l’arrivée au pouvoir des travaillistes en 2013 a permis une évolution rapide des droits des LGBT. Le mois dernier, Jospeh Muscat, le Premier ministre travailliste avait déclaré à la BBC : «Malte souhaite poursuivre son leadership en matière de droits LGBT et de libertés individuelles afin d’être un modèle pour le reste du monde». En 2016, l’île avait été le premier pays en Europe à interdire les thérapies dites de « conversion » ou de « guérison » pour les LGBT (nous en parlions ici) et à permettre aux personnes trans de changer librement de genre en passant devant un notaire.

En décembre 2016 la ministre maltaise des Libertés civiles, Helena Dalli s’était entretenue avec TÊTU au sujet des droits LGBT :

Nous avons été élus à la suite d’un gouvernement conservateur et l’égalité des droits faisait partie du manifeste soumis à notre électorat. C’était quelque chose de très attendu car pendant de nombreuses années rien n’a été fait dans ce domaine. Nous avons introduit la loi autorisant le divorce pour les couples hétérosexuels il y a de cela cinq ans, à travers un référendum. Imaginez qu’il y a encore cinq an, on ne pouvait pas divorcer à Malte. Les droits civiques et les libertés individuelles faisaient partie de notre manifeste et nous avons commencé à travailler dessus dès notre arrivée au pouvoir. Par exemple, il y avait cette personne trans qui avait saisi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour réclamer le droit d’épouser son partenaire. Elle avait déjà fait une chirurgie de réassignation sexuelle. Le tribunal puis la Cour constitutionnelle lui avait reconnu ce droit mais le gouvernement ne voulait pas légiférer de manière à lui octroyer ce droit donc elle n’a eu d’autres choix que de saisir la CEDH. On ne pouvait accepter cela, qu’un de nos concitoyens doive aller devant la CEDH pour obtenir des droits si évidents. Lors de ma première réunion de cabinet, j’ai présenté un mémo disant que nous devions atteindre un accord non-judiciaire avec cette personne car c’était de notre responsabilité de lui offrir ce droit. Ce que nous avons fait. Elle a pu se marier et je suis heureuse d’annoncer qu’elle a été acceptée dans le processus d’adoption d’un enfant. En fait, nous avons envoyé un signal disant qu’on ne laisserait personne se voir refuser ses droits les plus élémentaires.

« En 5 ans, Malte est passé de l’interdiction du divorce à l’union civile »

 

 

Retrouvez encore plus d’infos et de reportages dans le numéro d’été de TÊTU en kiosque !

« Promenons-nous… » : Au sommaire du numéro de l’été 2017 de TÊTU !

ads