Culture

"The village" : un clip bouleversant sur le parcours d'un jeune ado trans


Le chanteur-compositeur américain Wrabel a écrit le morceau « The village » en réaction à la politique transphobe de Donald Trump.

« Dans la nature, un troupeau attaque n’importe quel oiseau qui est plus coloré que les autres parce qu’être différent est considéré comme une menace ». C’est avec cette phrase que s’ouvre le clip « The village » de Wrabel. À l’image, un jeune garçon trans qui tente de bander sa poitrine dans la salle de bain familiale. Son père l’interrompt, le visage fermé et le regard réprobateur. Le décor est planté : la transidentité de ce jeune homme est bien loin d’être acceptée au sein de sa famille. De son domicile à son école, la vidéo suit le parcours chaotique de ce jeune garçon qui doit à la fois apprendre à s’accepter tel qu’il est tout en affrontant les jugements et le rejet de ceux qui l’entourent. Le clip filme ce double processus avec une tendresse non feinte et une pudeur émouvante.

Une chanson en réaction à la transphobie de Donald Trump

Cette ballade, au sens musical du terme, est signée de l’auteur-compositeur queer Wrabel. Il l’a écrite le 23 février dernier, au lendemain de l’abrogation, par Donald Trump, de la directive adoptée sous Obama pour assurer aux étudiants trans la possibilité d’utiliser les toilettes qui correspondent à leur identité de genre vécu. Quant à la vidéo, il l’a publiée quelques jours seulement après les trois tweets, du même Donald Trump, annonçant que les trans ne pourraient plus servir « de quelque façon que ce soit » dans l’armée américaine.

À LIRE AUSSI :

Trump détricote les protections pour les LGBT adoptées sous Obama

Trump interdit catégoriquement aux personnes trans de servir dans l’armée

Sur son compte Instagram, le chanteur explique qu’il voulait écrire cette chanson pour que celles et ceux qui sont discriminés entendent que le problème ne vient pas d’eux mais de ceux qui les discriminent. Il ajoute :

Cet homme [Donald Trump, NDLR] doit arrêter de dire et de faire ce qu’il dit et fait. Il donne au « village » la permission d’être haineux, de regarder ceux qui sont différents comme un problème.

to my trans friends out there . my heart breaks for you . this man does not speak for all of us . this man does not speak for me . he is evil . spewing hate and dangerous discrimination . i pray that his words do not settle into your heads and hearts . you are valid and beautiful . you are brave and courageous and strong . stronger than him . i am with you and so many are with you . if there is a god out there, he or she or they or it loves you . and he or she or they or it HATES what is happening rite now . this isn't about politics this is about HUMANITY . this is about PEOPLE . i am so sorry . i truly am . it feels like i don't know what to do to help and i can feel powerless about it . i can just offer my heart and my words and my promise that i will do what i can and i will fight and yell and kick and scream and work and express myself all in the name of love and in the name of inclusion and celebration of you and of all people . we are all just that . people . all of my love to all of you . #TransRightsAreHumanRights

A post shared by wrabel . rā-bəl (@wrabel) on

Puis, il revient sur sa propre histoire :

J’ai fait mon coming-out vers 23 ans. J’ai grandi dans une famille catholique. Dans une église de Los Angeles, ils m’ont dit que j’étais contre-nature. Je ne peux cependant pas prétendre savoir ce qu’être trans implique au quotidien, tout ce que je peux faire c’est tenter de relayer vos sentiments et vos luttes.

i wrote this song on february 23rd. the day after trump took away federal protections for trans students in public schools. today i release the video, just days after he tweeted to ban trans people from serving in the military. i just wanted to write a simple song letting anyone that feels like an outsider know that the problem isn't you, it's them. it’s the village. not in an aggressive us vs. them way, but just because you are the minority… just because people whisper freak when u walk down the hall… all of these things… it's so hard out there… i know it is. these things aren't pointing towards something wrong with YOU they're pointing to a humongous problem with the majority… the them. two of my biggest supporters are trans teenagers. i've had the chance to meet their families. to get to know them. to hear about their struggles and dreams. hi. if you guys are reading this, i need to say thank you. thank you for being YOU. thank you for being honest and courageous and bold and vulnerable and transparent and true. you inspire me to be myself. you inspire me to be fearless in my self expression. my heart breaks for you. what this man is saying and doing. it has to stop. he is giving the village permission to hate. to look at those who are different as wrong and lesser than. i don't know how else to raise my voice than in a song. and so, i wrote a song for you. i came out as gay at around 23. i grew up in the church. i came out into a church in los angeles that called it "same sex attraction". it was wrong. i was wrong. it was evil. i was evil. "unnatural" they called it. "unnatural" they called me. i can't pretend like i know what it's like to be trans. to feel those feelings and know those struggles. all i can do is try to speak up and try to relate. there’s nothing wrong with you, there's something wrong with the village. video link in bio . with all of my love .

A post shared by wrabel . rā-bəl (@wrabel) on

Au-delà des personnes trans, « The village » résonne comme un hymne à l’adresse de tous celles et ceux qui sont stigmatisés. « There’s nothing wrong with you » (Il n’y a pas de problème avec toi/vous) peut-on entendre à plusieurs reprises. « The village » est donc un morceau pour tous les oiseaux colorés, qu’ils aient été rejetés du nid familial ou raillés pour leurs couleurs… Étoffez votre plumage, déployez vos ailes et soyez fièr·e·s de vos couleurs arc-en-ciel, vous dit Wrabel.

We could be beautiful, son EP sorti en mai dernier, compte cinq morceaux dont le très touchant et recommandé « Bloodstain ».

ads