Actualité

"Je t'aime etc": dans la nouvelle émission sur l'amour, les couples de même sexe inexistants


Lorsqu’on a appris que France 2 lançait de nouvelles émissions d’après-midi, incarnées par des animatrices « modernes », on s’est dit chouette, ça va renouveler le genre. Mais, au bout de 3 jours de diffusion, un constat s’impose…

https://twitter.com/France2tv/status/902114381693153280

 

Je t’aime… etc….. (ou pas)

Quand : Lundi 28 aout, 15h, France 2

Émission : « Je t’aime… etc.»

Présentatrice : Daphné Burki

Ça commencait à vrai dire plutôt mal. Dans le générique, uniquement des couples hétéros (comme l’a remarqué Fabien Randanne sur 20minutes.fr). 5 couples hétéros. Il y a un couple mixte avec un garçon noir, et un couple de personnes âgées. Mais pas de couple de même sexe.

Au sommaire de première édition cette émission sur l’amour : Des sujets, des reportages, des discussions…  Résultat :Point de gay, ni de couple gay, ni de bi, ni de trans, ni de lesbienne. Mais ce n’est que le jour 1 comme dirait Louane.

Quand : Mardi 29 aout, 15h, France 2

Émission : « Je t’aime… etc.»

Présentatrice : Daphné Burki

Un exemple de couple qui s’est formé jeune : deux hétéros. Une chanson d’amour : une chanson d’Elvis Presley. À table : des chroniqueuses. En illustration : des reportages, des couples hétéros (people ou non).

L’exception : « UNE QUEEN », comme le présente Daphné Burki (au féminin, donc), en la personne du journaliste Salvatore Viviano (NDLR : qu’on adore !). Il est venu en talons. Il évoque « un mec », à la 10ème minute. Il présentera sa chronique JTM toutes les semaines : « Je suis votre Anne Sophie Lapix mais en plus belle », annonce t-il en introduction. Le contenu : 4 couples hétéros en illustration. Et juste un « Je t’aime » lancé (sans raison) à Justin Trudeau.

À 32’30, lorsque Salvatore Viviano réagit au sujet « ce qu’ils font après l’amour », il lance en rigolant : « Moi, j’appelle un taxi !». Daphné Burki, gênée aux entournures, enchaîne : « C’est propre à Salvatore Viviano, [qui], autour de cette table, n’est pas forcément dans la norme »… Alors que les autres chroniqueurs peuvent par exemple crier « teampipi » et « teamcaca », le seul gay est traité comme le rigolo marginal. Qu’il assume ce qu’il est force le respect, c’est le seul exemple gay un peu fier et flamboyant de l’émission. Mais qu’il soit ramené à son étrangeté est un peu malaisant. Le chroniqueur hétéro-cliché Alexandre qui passe son temps à dire qu’il est sublime et à montrer ses abdos ne nous semblait pas non plus dans la norme, mais soit…

Reste que le discours autour de la table, sur la cellulite par exemple, reste très inclusif et basé sur l’ouverture « aucun jugement, aucune morale » selon les mots de la présentatrice. Cool, on attend donc les couples gays, les couples avec des personnes trans, les couples bis, dont les orientations sexuelles ou identités de genres ne seraient pas les SUJETS de l’émission, mais qui pourraient parler d’amour, de leurs rencontres, de leurs plaisirs, de leurs bonheurs… CHICHE ?

Quand : Mercredi 30 aout, 15h, France 2

Émission : « Je t’aime… etc.»

Présentatrice : Daphné Burki

3eme émission : On parle des célibataires.  De comment booster sa libido. Des liens entre amour et amitié… Une chanson pour débuter, comme tous les jours : « Love Fool » des Cardigans. Mais on est mercredi : « vous pouvez regarder cette émission avec vos enfants, on fera attention à toutes les sensibilités ». Quelque chose nous dit qu’on ne va pas encore voir de couples gays s’embrasser ou se tenir la main. Résultat : Des couples hétéros, des couples hétéros, des couples hétéros…

Mais à 8’20, on retient notre souffle : Janane Boudili demande s’il est possible davoir une amitié amoureuse avec sa meilleure amie. « C’est encore plus compliqué dans ma tête », semble t-elle s’excuser… « Oui ça sous-tend quelque chose d’un peu homosexuel… Le meilleur ami c’est un peu nous-même, on se reconnait soi, en l’autre », répond la psy Caroline. (Alerte cliché : les homosexuels sont forcément narcissiques, et la bisexualité n’existe pas). « Ici on ne dit pas ce qui est bien ou pas bien », rajoute Burki. Manquerait plus que ça…

Salvatore intervient : « J’ai des sex-friends en ce moment, je couche avec… ». Mais toujours pas de couple homo, ni d’histoire d’amour gay…

On a même le droit à un faux mariage : le gay de l’émission, aka Salvatore, avec Caroline Diament. Pourquoi Salvatore ne prend pas plutôt le chroniqueur Alexandre sous son bras, puisqu’il vient de le draguer et de lui donner son 06 ? Ou Caroline Diament, Janane Boudili, Daphné Burki ou l’une des deux psys ? C’était l’occasion de montrer l’homosexualité en dehors des clichés habituels. Mais peut-être que nous sommes dans le « ETC » du titre de l’émission…

On commence quand, nous ?

Quand : Lundi 28 août, 13h50, France 2

Emission : « Ça commence aujourd’hui », sur les « couples qui se sont rencontrés trop jeunes »

Présentatrice : Faustine Bollaert

« On va parler d’amour avec un grand A », annonce Faustine Bollaert, la présentatrice récemment passée sur France 2. Mais on va parler d’un seul style d’amour, surtout, avec Faustine. Estelle, Estelle et Christelle sont trois femmes cisgenres en couple hétérosexuels. En exemple « People », la « belle histoire » racontée par Jean-Philippe Doux, on cite l’histoire (certes fabuleuse) de Macha Méryl et Michel Legrand. Dernier couple : Puppy et Manon, sont jeunes, ensembles depuis 5 ans, hétéros. Ouf, le garçon est noir, ça fait 1 point diversité.

Quand : Jeudi 31 août, 13h50, France 2

Emission : « Ça commence aujourd’hui », sur « mon couple à l’épreuve de la chirurgie esthétique »

Présentatrice : Faustine Bollaert

Mardi 29 et mercredi 30 août, l’émission ne parle plus d’amour mais de victimes de violences ou de naissance sous X. À nouveau, aucun témoin ne parle de son « compagnon », aucune invitée de son « amoureuse ». Les LGBT sont invisibles quand le sujet n’est pas le couple.

OUF : Jeudi 31 août, William et Alain, en couple avec Alain depuis 22 ans, mais « en couple à trois » avec la chirurgie esthétique.


France Télévisions a annoncé régulièrement que la diversité était une de ses missions de service public. Mission accomplie ?

Conclusion

Les deux émissions sont très sympathiques, pas de procès d’intention. Elles sont nouvelles, diffusées l’après-midi devant un public en majorité âgé… et hétéro. C’est l’heure où il ne faut pas choquer les annonceurs, car France 2 engrange beaucoup de revenus publicitaires en journée. Et ne pas faire fuir les téléspectatrices considérées comme « responsables des achats ». Mais on parle bien de sexe, alors pourquoi ne pas parler davantage d’amour homo ? On penche pour un vieux réflexe : l’hétéro-centrisme. À quelques exceptions près, tout tourne autour des hétéros cisgenres blancs… Les équipes ne sont certainement pas homophobes, ce n’est pas le propos, mais quand il s’agit de parler d’amour, « on » pense d’abord à l’amour hétéro, celui qu’on nous présent comme majoritaire est devenu le référent commun, à tel point qu’on en oublie (même lorsqu’on est LGBT), de considérer SPONTANEMENT toutes les autres formes de couples, et de les inclure sans hiérarchie, dans nos façons de penser (ou de parler d’amourS)…

Daphné Burki est connue pour son engagement : on l’a vue souvent dans la Nouvelle édition sur Canal+ aborder l’homophobie; elle est même venue remettre un prix à la cérémonie des OUT D’OR qui récompense les initiatives et reportages sur les LGBT. On aimerait juste, en 2017, exister dans les émissions qui parlent d’amour. Pas comme objets d’étude (quoique, il reste plein de choses à dire sur les histoires d’amour homosexuelles et leurs spécificités), mais surtout comme témoins, sujets. Et pas seulement autour du 1er décembre quand on parlera de la Journée mondiale contre le sida, autour du 17 mai, Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et de la transphobie, ou pendant le mois des fiertés. Les LGBT aussi ont des choses à dire sur l’amour… toute l’année !

Alors on a posé une question sur le twitter à @JTMETC :

… On attend la réponse avec impatience !

 

 

À LIRE AUSSI :

« Nous devons dire Stop à l’humour homophobe ou transphobe »

Ruquier, Dechavanne, Cordula : Les Grosses Têtes en roue libre transphobe

ads