Morgan Ouatta [Secret Story 5] a porté plainte pour agression homophobe car
Actualité

Morgan Ouatta [Secret Story 5] a porté plainte pour agression homophobe car "il faut dénoncer"


Morgan Ouatta, ancien candidat de Secret Story, a porté plainte contre la violente agression à caractère homophobe qu’il a subie avec son copain à Paris. Il raconte…

Samedi 2 septembre. Le visage balafré et le t-shirt couvert de sang, Morgan Ouatta sort son smartphone pour se photographier. À la violence qu’il vient de subir, le jeune homme rétorque une bouche en cœur et les doigts façon peace & love. Le selfie n’a rien d’anodin. Son compagnon et lui viennent d’être agressés en plein Paris, alors qu’ils traversaient le pont d’Austerlitz pour se rendre en soirée. Sur la structure bordée de boîtes de nuit, une altercation démarre avec un autre groupe « à cause d’une histoire de bouteille renversée ». « Petit pédé », « tafiole » et « tapette » fusent très vite contre Morgan et surtout contre son petit-copain mais laissent indemnes leurs autres six amis. « C’était très clairement ciblé contre mon mec et moi », là-dessus, Morgan est catégorique.

Soudain, un des mecs attrape mon copain par la veste. Je le pousse et il donne un coup de poing à mon copain. Mais un des mecs attrape une bouteille cassée et commence à me frapper avec.

Morgan se relève grâce à l’aide de son copain et les deux hommes courent à toute vitesse et apeurés en direction de la gare. « On attendait les secours et ça nous paraissait interminables. Soudain j’ai réalisé que je saignais au cou et j’ai failli tomber dans les pommes. »

Des points de suture au cou et à l’arcade

Pris en charge par la police et le samu, les deux hommes sont emmenés aux urgences. Ils ne ressortent de l’hôpital qu’au petit matin : Morgan a été recousu au cou et à l’arcade; il a récolté 7 points de sutures et 6 jours d’ITT, mais doit encore réaliser de nouveaux examens médicaux. Six jours après l’agression, il éprouve encore certaines douleurs mais commence à aller mieux, tant sur le plan physique que moral. « Ça été très dur de réaliser que j’aurais pu y passer, car à quelques centimètres, ils touchaient ma gorge. » D’abord cloîtré chez lui, le jeune homme commence à sortir; la venue d’une amie américaine le pousser à profiter des monuments parisiens et à entamer des démarches contre ses agresseurs. « J’ai porté plainte aujourd’hui. Ça a été très dur d’en reparler à la police; bizarrement je me sentais humilié d’avoir vécu cette situation… » La honte de la victime est classique. Et surtout de voir l’histoire se répéter : quelques mois avant de participer à la cinquième saison de Secret Story pour cacher l’affirmation « Je suis pom pom boy » à ses colocataires, Morgan vivait une agression homophobe en boite de nuit, mais sa plainte avait été perdue par la police.

« Si mon passage à Secret Story peut sensibiliser là-dessus, alors tant mieux »

« Cette fois-ci je suis tombé sur quelqu’un de très compréhensif et de très gentil », raconte-t-il confiant. Le caractère homophobe de l’agression a été retenu et les agresseurs sont recherchés par les forces de l’ordre. Il est probable que ces derniers se soient déjà reconnus à travers le tweet largement partagé de son agression.

J’ai immédiatement réagi sur Twitter car ça nous montre que [la violence homophobe] ça existe en vrai. Je ne dis pas que j’ai une notoriété, mais si j’ai une voix qui peut servir à dénoncer ça alors tant mieux. Si mon passage à Secret Story peut sensibiliser sur ça, alors tant mieux.

Après l’émission, Morgan n’a ni arrêté le cheerleading ni la coiffure, qu’il a exercée pendant un certain temps sur les navires de croisières. Il n’était revenu à Paris que cet été, avec l’objectif de reprendre une formation coiffure en octobre. Lui qui a été toujours été fierce et lui-même devant les caméras de TF1 a reçu de nombreux soutiens d’anonymes et de quelques personnalités, à l’instar de l’adjoint à la mairie de Paris Ian Brossat – déjà victime de l’homophobie en ligne -, de la comédienne Anne-Sophie Girard ou de l’animateur télé ouvertement gay Christophe Beaugrand :

« Je n’ai pas fais ça pour faire le buzz mais pour que les gens aient le courage de dénoncer ce genre d’actes. Il faut porter plainte, il faut dénoncer, il ne faut pas se laisser faire », serine le jeune homme.

De l’importance de faire de la prévention à l’école

Comme beaucoup, Morgan a connu les insultes et les brimades lorsqu’il était collégien puis lycéen, et croit d’autant plus en l’importance de la pédagogie dès le plus jeune âge : « J’ai souvenir qu’on abordait ça très brièvement lors des cours d’éducation sexuelle, mais il est super important de faire plus de prévention dans les écoles. »

De son côté, son compagnon s’est sorti de l’altercation avec quelques points de suture à l’arcade et profite actuellement d’un cadre reposant loin de Paris. « Il me donne beaucoup de courage, il me donne de la force. Il m’a écrit une lettre magnifique suite à ça… On n’avait pas besoin de ça, mais ça nous a rendus encore plus fort et déterminés. »

Surtout, contre ses agresseurs, Morgan croit au karma : « j’attends avec impatience le retour de bâton. »

 

À LIRE AUSSI :

Vidéo : Deux mille personnes défilent à Amsterdam pour soutenir un couple homo

Toute une ville se lève pour condamner une agression homophobe

  • benji

    1 agression en France, ce n’est pas beaucoup ! Quelle proportion de victimes portent plainte ? Quelle proportion de plaignants la médiatise ? Quelle proportion de couples qui se prennent régulièrement la main dans la rue se sont fait agresser verbalement ou physiquement au moins 1 fois ? Tous ?

ads