Dans
Buzz/People

Dans "Smile", Jay-Z, le mari de Beyoncé chante (avec) sa mère lesbienne


« J’ai crié des larmes de joie quand tu es tombée amoureuse / Peu importe que ça soit d’il ou d’elle », rappe l’artiste de 47 ans dans son dernier album 4:44.

C’est un disque porté par un titre au croisement du reportage et de la confession. Un genre d’objet musical non identifié pondu par celui qui règne en maître sur l’industrie du rap US. 4:44 n’est pas qu’un album, c’est le journal intime du Jay-Z, époux infidèle (4h44 serait l’heure à laquelle il a rédigé une lettre d’excuse à Beyoncé au sujet de son adultère présumé), père, fils et frère. La chanson éponyme est un patchwork instrumental et vidéo, entrecoupé de grosses productions léchées à d’autres vidéos mal cadrés, format smartphone, floues et décontextualisées. Le résultat est désarticulé, brut et captivant. Dans « Smile », l’artiste chante sa mère lesbienne, Gloria Carter, et ses années de placard (sur un sample de Love’s in Need of Love Today de Stevie Wonder).

Maman a eu quatre enfants mais elle est lesbienne / Longtemps à prétendre qu’elle est une comédienne / À se cacher dans le placard pour se soigner / La honte de la société et la douleur étaient trop lourdes à porter / J’ai crié des larmes de joie quand tu es tombée amoureuse / Peu importe que ça soit de lui ou d’elle.

Un coming-out devenu chanson

« Je n’ai jamais eu honte de moi, mais dans ma famille, on ne parlait pas de ce genre de choses », a plus tard expliqué Gloria Carter au micro D’Usse Friday. Celle qui a élevé seule ses quatre enfants y a confié que lorsqu’elle a appris son homosexualité à son fils, ce dernier a pleuré en imaginant les années de dissimulation qu’elle s’était imposée, mais que cette même discussion l’avait aussi encouragé à composer « Smile ». « Quand ma mère a entendu la chanson pour la première fois, elle était du genre « je ne le sens pas du tout », confie de son côté le producteur à Rap Radar, mais je lui ai dit : « C’est tellement important. Tellement de gens dans le monde cachent des choses de ce genre, ça va t’aider. » […] Je suis tellement heureux de la personne qu’elle est devenue… C’est l’une des chansons dont je suis le plus fier », confie l’artiste aux vingt-et-un Grammy Awards.

La chanson « Smile », douce et rythmée, entrecoupée de poussées de voix de Stevie Wonder, se termine d’ailleurs par un slam de la mère de Jay-Z; un hymne à la tolérance glissée à la fin du titre, écrit et récité par Gloria Carter en personne, intitulé Living in the shadow :

Vivre dans l’ombre

Tu peux imaginer quel genre de vie c’est ?

Dans l’ombre, les gens te voient heureux et libre

Parce que c’est que tu veux qu’ils voient

Vivre deux vies, heureux, mais pas libre

Tu vis dans l’ombre de la peur que quelqu’un blesse ta famille ou la personnes que tu aimes

Le monde change et ils disent qu’il est temps d’être libre

Mais tu vis avec la peur d’être moi

Vivre dans l’ombre semble être un lieu sûr

Pas de mal pour eux, pas de mal pour moi

Mais la vie est courte, et il est temps d’être libre

Aimes qui tu aimes, car la vie n’est pas garantie

Souris.

Héraut du mariage pour tous

Jay-Z incarne cette génération de rappeurs qui n’a pas les pieds englués dans l’homophobie accolée au machisme ambiant. En 2012, trois avant l’ouverture du mariage pour tous à l’échelle des États-Unis, il qualifiait pour CNN le mariage exclusivement hétéro « comme quelque chose qui retient le pays en arrière » et affirmait que ça n’était « pas différent que de faire de la discrimination contre les Noirs. C’est de la discrimination, purement et simplement. »

Pour la réalisation de l’album 4:44, le rappeur et producteur s’est entouré de Damian Marley, fils du célèbre reggaeman du même nom, ainsi que du rappeur Frank Ocean, qui confiait l’année dernière ses amours passés avec les hommes et qui rabattait récemment le caquet des homophobes par un t-shirt explicite en plein concert.

4:44 est disponible en exclusivité sur Tidal, la plateforme de streaming musical du patron du rap américain, depuis la fin juin, mais celui-ci a tout de même dévoilé la chanson titre de l’album sur YouTube :

À LIRE AUSSI :

Pink délivre un discours puissant à sa fille « qui se croit moche » car elle « ressemble à un garçon » (Vidéo)

Hyacinthe, le rappeur hétéro qui place une galoche gay dans son clip

Le rappeur gay Milan Christopher « break the internet » avec un photoshoot explosif

ads