Drag, Club-kids, DJ : À la rencontre de 10 artistes français qui agitent la nuit LGBTQ
Culture

Drag, Club-kids, DJ : À la rencontre de 10 artistes français qui agitent la nuit LGBTQ


La nuit, tous ces chats sont queers. Ils déambulent et performent, provoquent et (dés)organisent parfois des soirées. Ce sont des papillons qui virevoltent, nous étonnent, nous proposent de nouvelles esthétiques, dansent et s’amusent, surtout ! Leurs propos sont parfois (ou souvent) politiques, la démarche toujours artistique, quasi-situationniste.

Comment se décrivent-ils/elles, et quels sont les projets à venir qui les animent ? Nous avons demandé à 10 artistes qui agitent la nuit LGBTQ de tomber leurs plus beaux masques.

 

Tiggy Thorn

Tiggy c’est un exutoire qui me permet de m’amuser artistiquement et visuellement avec mon corps et mon genre. C’est un personnage gender fluid que je façonne à rebours des diktats de la société par rapport à la masculinité ou la féminité. Je me préoccupe de ce que je trouve esthétique, cool ou drôle, de ce qui me plait vraiment sans chercher à rentrer dans les clous. C’est un moyen d’expression.

Le gros projet actuel et qui va être amené à continuer dans le futur : la Kindergarten, nouvelle soirée clubbing que je co-organise à Paris ! Soirée totalement inspirée du mouvement Clubkid originel fin eighties à New York, tant au niveau de la musique que de l’ambiance et du respect de l’autre : le principe de base étant de créer un espace de fête safe pour chacun·e. Sinon beaucoup de petits projets ici et là qui occupent très bien mon esprit !

Son compte Instagram : instagram.com/tiggythorn

 

Mirage

Mon drag est inspiré par les Magical Girls de l’animation japonaise, mais aussi par les jeux vidéos et en particulier les jeux de rôles. Je pense que Mirage est en quelque sorte mon héroïne, mon armure lumineuse que je revêt pour « affronter les forces du mal » du milieu de la nuit, sachant pertinemment qu’élusive et éphémère elle s’évaporera au lever du jour.

En septembre, mes sœurs Sativa Blaze, Trashenda Banks et moi même reprenons notre Show Drag appelé la « Drag Me! » que nous faisons renaître dans le célèbre bar Queer/Lesbien/Trans/Féministre La Mutinerie, avec cette fois plus de Queens sur scène !

Son compte Instagram : instagram.com/sheismirage

À LIRE AUSSI

Quand les drag-queens arpentent le pavé contre le sida

 

Ryûq Qiddo

Mon personnage est une beauté monstrueuse a plusieurs visages, parfois glam, souvent butch mais jamais conforme. « Feeling like a woman looking like a man » comme le dit si bien Grace Jones, ou l’inverse, peu importe. Ryûq est là pour surprendre, émerveiller ou horrifier, tout est une question de point de vue, l’important étant qu’elle ne laisse pas indifférent.

Pour septembre je n’ai pas un agenda très chargé. Je m’installe tranquillement dans ma nouvelle ville qu’est Amsterdam et je me laisse quelques semaines pour devenir incontournable chez les folles des Pays-Bas. J’ai cependant toujours quelques projets à Paris dont une pièce de théâtre dans laquelle je vais jouer en drag d’ici quelques mois mais je ne pense pas être autorisé à en dire plus pour le moment…

Son compte Instagram : instagram.com/ryuq.qiddo

À LIRE AUSSI

Instaguys : Ryûq Qiddo, 25 ans, Paris

 

Fluogram (Candy et Eman)

Fluogram c’est un accès vers un monde plus cool, essentiellement à travers la lumière noire qui te place directement ailleurs. Grâce à elle, on réussit à écarter les barrières de genres et les barrières sociales. On retire les connotations pour faire découvrir un monde puéril, avant qu’on ne t’ait fait associer tel style à tel milieu ou a tel genre. Concrètement, c’est des soirées en lumière noire et fluo invisible avec des performances Drag, des danseurs slow-motion et des DJ qu’on adore, comme Sottoh ou flechette. C’est aussi des œuvres d’art lumineuses et les premiers lustres en lumière noire.

Paris, qui est une ville hyper cloisonnée, est incroyablement propice à une soirée ultra hétérogène, car tu peux faire rencontrer plein de personnes qui ne se fréquenteraient jamais et qui vont se découvrir. C’est le cœur de la Fluogram Party.

Nous habitons à Ibiza maintenant, nous y avons fait des soirées avec Cathy Guetta et Paris Hilton cet été. Tout l’hiver sera consacré à la production artistique et à préparer une Fluogram Party ici pour la saison prochaine.

Leur compte Instagram : instagram.com/fluogram

 

Klaus Wiekind

Klaus est une manière de prolonger mon travail de plasticien sur la violence, la libération et la sexualité queer sans les contraintes qu’une galerie imposerait, par exemple. Il est visuellement un peu dérangeant et clairement sexuel, mais compense avec beaucoup d’autodérision. Basically, il donne des lapdances en te parlant dépression et prévention.

Et à vrai dire, septembre va être chargé ! Le plus gros projet est bien évidemment la première édition de la Kindergarten, le 8 Septembre au Petit Bain, où Lulu, Amber et moi investissons la scène toute la nuit. Je travaille aussi parallèlement sur un projet vidéo/musique avec le groupe Die Brucke, et performerai avec la terrible Karma Von Lear pour Godzilla Overkill à la Queer Station #4, le 29 à la Station.

Son compte Instagram : instagram.com/klaus_wiekind

 

Messalina Mescalina

Bonchouraaanh ! On me dit transgressive, morte, laide et menteuse mais j’aime à penser que je suis une femme distinguée, indépendante, et cleptomane. J’essaie à tout prix d’être belle, mais je crois que je ne réponds pas à vos critères de beauté. J’aime cracher, fumer, jurer, je ne suis donc pas triste, ça va aller. Après tout la beauté on s’en branle, l’important c’est d’accepter son corps, et celui des autres.

Garçon Sauvage à Lyon couronne en beauté ce mois de septembre, le 30, et j’ai très très hâte d’être le samedi 23 septembre pour la Mini-Boum KIDS&QUEENS qui invite les familles, les adultes, les enfants à venir découvrir une façon safe de vivre ensemble. Au programme : des ateliers adaptés aux enfants, mais je n’en dis pas plus ! J’adore les enfants même si j’ai eu du mal à digérer le dernier ❤ Aurefoiraaanh

Son compte Instagram : instagram.com/messalinamescalina

À LIRE AUSSI :

Photos : Il s’y passe des choses, dans les coulisses des drag shows

 

URAMI

Janséniste

Une publication partagée par URAMI Paul-Alexandre Islas (@u.r.a.m.i) le


Mon personnage, c’est un délire narcissique et politique. Je veux inventer de nouvelles manières de lutter sans attendre les autres pour reprendre du pouvoir sur ma vie. J’essaie de crocheter nos imaginaires et de peupler le monde des rêves via un avatar poétique. Je crois qu’aujourd’hui, un fard à paupière porté avec fierté et nonchalance est un acte politique plus efficace que 100 personnes qui crient dans la rue. Je crois en la justice sociale via des vengeances personnelles. J’ai tellement d’amour à donner et tellement de haine à rendre.

En septembre je vais à Tel-Aviv avec mon mari, histoire de cultiver mes contradictions. Et sinon j’entame ma dernière année aux beaux arts à Cergy. Ma pratique est fondamentalement dissidente.

Son compte Instagram : instagram.com/u.r.a.m.i

 

Charly Voodoo

Picture of me by La Comédie Humaine ❤️ Costume design & makeup : Myself ! #tbt #charlyvoodoo #cabaretmadamearthur

Une publication partagée par ♠️ Charly Voodoo ♠️ (@charly.voodoo) le

Mon personnage n’est ni vraiment drag ni vraiment Burlesque pur, plutôt créature sans genre. Artiste performer de cabaret travesti, interlope. En septembre, je reprends le Cabaret Madame Arthur à Paris, je suis maitre de cérémonie du festival Burlesque de Bruxelles. Je performerai avec le chorégraphe Francois Chaignaud au théâtre des Bouffes du Nord le 23 septembre.
J’organise ma soirée Divan Japonais au Divan du monde le 19 octobre… Et mes projets perso : percer dans la musique de film car je suis surtout musicien pianiste  et compositeur !

Son compte Instagram : instagram.com/charly.voodoo

 

Enza Fragola

Enza c’est une folle furieuse, révoltée contre la réalité, une rêveuse extrême. Elle essaye d’incarner des personnages qui ne cadrent pas avec le quotidien par excès d’extravagance. Souvent c’est physique, par des costumes trop grands, trop larges, trop encombrants, quitte à se coincer dans le portique du métro. Il y a une part de défi sportif. Enza est aussi un peu une ex-croissance de mon syndrome de Peter Pan. Elle matérialise certains de mes rêves d’enfance : être cosmonaute, chevaucher un dinosaure… Je suis un peu ce garçon qui aimait les bijoux et les poupées, qui a été contrarié par les normes de la société et qui prend une grosse revanche. Le drag est une manifestation du féminisme, et il dérange encore notre société hétéronormée et patriarcale. Je me considère souvent comme un clown pour adulte, un bouffon du roi. On emporte les gens dans une terre inconnue. On les divertit loin de leur tracas. Et on en profite pour leur poser d’autres questions. C’est important d’essayer de joindre l’utile à l’agréable, le militantisme au divertissement.

Je relance « L’extravagenza » aux Souffleurs, le 30 septembre, c’est une scène ouverte pour les jeunes drags parisiennes.

Son compte Instagram : instagram.com/enzafragola

À LIRE AUSSI

Vidéos : Et si les drags dirigeaient la France ?

 

Renaud Duc & Crame de la House of Moda

House of Moda est une soirée club électro qui réveille la diva qui sommeille en chaque clubber. Elle aiment les garçons et les filles qui se lookent pour sortir, sachant qu’on est jamais trop extravagant-e.

En septembre, il y a la « House of Moda Fête foiraine », le 30, à la Java. Et une rencontre au sommet le 16 avec le crew Barbi(e)turix sous l’égide de Brain Magazine.

Son compte Instagram : instagram.com/houseofmodaparis

 

Photo de Mirage en une de l’article : (c) Jean Ranobrac

 

À LIRE AUSSI :

10 jeunes queers qui cassent les codes du genre sur Internet

ads