Photographie : il recrée les pubs des années 90 façon queer et body-positive
Culture

Photographie : il recrée les pubs des années 90 façon queer et body-positive


Ils s’appellent Lamar, Chris, Marquis et Jairo. Tarik Carroll, photographe, les a casté car, comme lui, ils ne se fondent pas dans le moule hétéro-blanc-musclé encensé par la fashion industry.

Tarik Carroll EveryMAN

Je suis tombé amoureux de la photographie de mode quand j’étais au lycée et que j’ai découvert le travail de David Lachapelle, le surréalisme de ses images… Pour moi, la photo de mode ça revient à être capable de raconter une histoire de la manière la plus abstraite qui soit, à travers l’imagerie.

Tarik Carroll a 29 ans et il vit à Brooklyn. Pendant huit années, il a écumé les shooting de mode pour les agences de mannequins et les marques, et a constaté que l’insécurité qu’il a ressenti tout jeune « parce que j’étais le plus grand gamin de la classe, que j’avais la voix la plus aiguë » était partagée par les hommes de toute morphologie, de toute origine et de tout parcours. Même par les éphèbes flashés devant son objectif et photoshopés en post-prod. « Tout le monde, dans une certaine mesure, a des problèmes avec son image corporelle, mais on a été programmé pour ne pas en parler« , nous explique-t-il. « Le [mouvement] body-positive ne se discute généralement pas entre hommes en grande partie parce que nos pères ou les figures masculines de nos vies nous ont enseigné que se sentir insuffisant ou afficher des émotions et une sensibilité nous amoindrissaient », déclarait-il auparavant à Buzzfeed.

Tarik Carroll EveryMAN Tarik Carroll EveryMAN

« Pendant des années j’ai cru que je participais à l’absence de diversité dans la mode, juste parce que j’arrivais avec la marée » nous dit-il. « En regardant les médias et les pubs de mon enfance, en adorant ce que je voyais mais en constatant que je n’y étais pas représenté, il m’est venu l’idée de recréer les instants fashion des années 90 et de les remanier dans une vision différente », confie-il encore à la NBC. « J’ai créé le projet EveryMAN pour avoir un véhicule qui me permette d’aider au changement » continue-t-il avec nous.

Tarik Carroll EveryMAN

Tarik Carroll EveryMAN

Ses photographies de Lamar, Chris, Marquis et Jairo forment la base du projet : défier la masculinité toxique en capturant des hommes de toute couleur de peau, orientation sexuelle et identité de genre. Des hommes qui comme lui se sont interrogés sur leur apparence, pour finalement l’accepter et la célébrer. Cette « conversation visuelle » de Tarik Carroll sur la pluralité des beautés masculines se déroulera aussi sous la forme d’un livre – qu’il voit déjà rempli d’images, de poèmes et d’essais personnel sur l’acceptation de soi – et d’un documentaire, prévus pour le mois d’avril 2018. Now let’s get in formation.

Tarik Carroll EveryMAN Tarik Carroll EveryMAN

Retrouvez le travail de Tarik Carroll sur son site officiel ou celui d’EveryMAN Project.

Photographies : © Tarik Carroll

À LIRE AUSSI :

« Il n’y aura jamais trop d’hommes posant devant un mur rose »

Photographie : Sept années de « vagabondage au masculin » par Sean Patrick Watters

Cette série photo célèbre l’alliance vibrante des identités queer et africaines

ads