Sondage : Les Français·es n'ont jamais été aussi favorables à la PMA
Actualité

Sondage : Les Français·es n'ont jamais été aussi favorables à la PMA


L’actuel débat médiatique autour de la PMA pour toutes n’entaille pas l’adhésion des Français·es pour l’homoparentalité. Bien au contraire.

Ce n’est pas à l’Association des familles homoparentales (ADFH) qui en a cette fois-ci fait la demande, mais le site my-pharma.info. Pour connaître la positions des Français·es sur la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA) – qui lui est à tort accolée lors des débats – suite aux déclarations de Marlène Schiappa, ce site d’informations médicales a commandé à l’Ifop un nouveau sondage paru aujourd’hui : 64% des personnes interrogées sont favorables à l’ouverture de la PMA aux couples de femmes, ce qui correspond à une augmentation de 4 points en seulement trois mois, et 65% à son élargissement aux femmes célibataires.

À LIRE AUSSI :

Schiappa : « Rien ne nous empêche d’ouvrir la PMA »… mais pas avant 2018

Près de 2 Français·es sur 3, « c’est un record »

« On atteint un niveau record jamais égalé en termes d’acceptation de la PMA pour les lesbiennes », constate pour my-pharma François Kraus, directeur des études politiques à l’Ifop, qui salue un « regain d’adhésion sur le sujet ». Et pour cause : en 1990, seuls 24% des sondés se disaient favorables à la PMA pour les couples lesbiens. Mais le chiffre dépassait déjà la barre de la majorité absolue en 2004, où 51% des Français·es se déclaraient en faveur de ce droit. D’après le « Monsieur cul de l’Ifop », ces chiffres prouvent que l’« acceptation croissante du principe d’homoparentalité est une tendance de fond dans la société » depuis l’adoption du Pacs (1999) et de la loi Taubira (2013) ouvrant le mariage et l’adoption à tous.

sondage favorables à la pma

Facteur de l’adhésion politique

D’après le sondage, l’adhésion à la PMA pour toutes augmenterait à mesure qu’on déplace vers la gauche de l’échiquier politique (FN exclu) : alors que seuls 34% des Républicains disent oui à l’extension de la procréation médicalement assistée, ils sont 81% chez les sympathisants de la France insoumise; chez les frontistes, le débat est partagé à 50/50.

sondage favorables à la pma

Scénario similaire quant à la volonté de voir la PMA étendue toujours remboursée par la Sécurité sociale (comme c’est actuellement le cas, restreinte aux couples hétéros).

sondage favorables à la pma

Si une majorité de Français·es seraient donc favorable au remboursement de la PMA pour toutes, les résultats sont plus disparates quant aux procédures de don : 75% des sondés souhaitent autoriser aux couples de venir en banque de sperme avec un donneur choisi, mais une majorité souhaite maintenir la gratuité des dons (51%) et le consentement du/de la conjoint·e (56%).

sondage favorables à la pma

La GPA ? Oui pour les hétéros, non pour les homos

Le sondage commandé par my-pharma interroge également les Français.e.s sur leur adhésion à la GPA alors qu’elle n’est pas concernée par les débats actuels : 48% des Français·es se déclareraient personnellement favorable à l’autorisation du recours à une mère porteuse en France pour les couples homosexuels, contre 41% en 2014 et 44% en 2016 jusqu’en juin 2017.

sondage favorables à la pma

Concernant la légalisation de la GPA pour les couples hétéros cette fois-ci, l’acceptation dépasse la majorité et bat encore un record (61%) même s’il est moins significatif (+1 point par rapport à 2014). C’est donc bien « un risque d’opinion » qui surgit lorsqu’un couple d’hommes demande la GPA, et qui est absent concernant les hétéros. Mais « il faut noter qu’il y a des facteurs qui jouent beaucoup, spécifie François Kraus, les catégories les plus réticentes au principe de la GPA sont les personnes âgées, les personnes pratiquantes sur la question de la religion et les personnes de la droite de la droite. »

À LIRE AUSSI :

La GPA : rejetée par les politiques mais approuvée par les jeunes

Gare à l’inversion des courbes…

PMA et GPA, une acceptation qui ne cesse d’augmenter ? Il semblerait. Néanmoins, les antis ont déjà repris le dessus sur les pro-PMA, en pleine course vers davantage d’adhésion. En janvier 2013, période des débats sur l’égalité devant le mariage et âge d’or de la Manif pour tous, le taux d’adhésion à la PMA pour toutes était tombé à 47%.

Il n’est donc pas écarté que l’ouverture précoce du débat par l’annonce officielle – suivi d’un rétropédalage – de Marlène Schiappa, le 12 septembre, face à Jean-Jacques Bourdin, n’ait à terme des conséquences néfastes sur l’opinion. En témoigne les sorties malhonnêtes – ou mal informées – de Laurent Wauquiez, favori à la présidence des Républicains, et Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur. Ou encore l’édition de Charlie Hebdo à charge contre la PMA sur la seule parole d’un expert opposé à la question et du rédacteur en chef du journal.

À LIRE AUSSI :

Wauquiez, Collomb… Contre la PMA, les sorties nauséabondes reprennent

L’Association des journalistes LGBT (AJL), qui veille au bon traitement des sujets LGBT dans la presse, pointe déjà du doigt les irrégularités de certains professionnels des médias qui rappellent sombrement les années 2012-2013. Ces mêmes débats avaient justement fait naître l’association.

À LIRE AUSSI :

Les Out d’or, premier gala français pour récompenser la visibilité LGBT

Couverture : © Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons

Crédit illustrations : my-pharma

  • Nathanaël Meaurel

    Cela suffira t-il pour faire voter la loi ? MARRE !!!

ads