Pour la première fois, le gouvernement chiffre et analyse la violence contre les LGBT
Actualité

Pour la première fois, le gouvernement chiffre et analyse la violence contre les LGBT


Cette année, le ministère de l’Intérieur ne s’est pas contenté des chiffres bruts envoyés à l’association Flag ! mais a produit un rapport détaillé des crimes et délits commis contre les lesbiennes, les bi, les gays, les personnes trans et intersexes dans l’Hexagone.

L’engagement pris sous l’administration Hollande a été respecté par le mandat Macron : lundi 2 octobre, le ministère de l’Intérieur a publié un bilan annuel des actes visant les personnes LGBT. Une case à cocher parmi les multiples mesures promises par le « plan de mobilisation contre la haine et les discriminations envers les personnes LGBT » en décembre 2016, lorsque la Délégation interministérielle dédiée à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ajoutait à son portefeuille celle des LGBTphobies (et devenait donc la DILCRAH).

Faute d’une communication officielle de l’État, l’association Flag ! rendait ces chiffres publics lors de son assemblée générale annuelle. Cette fois-ci, la source statistique du ministère de l’Intérieur a agrégé tous les crimes et délits commis en raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre réelle ou supposée (soit que la qualification pénale a été retenue lors de la déposition, soit que la plainte indiquait certains mot-clés) enregistrés par la police et la gendarmerie. En 2016, cela représente 1 084 infractions subies par 1 020 victimes. Soit environ trois victimes par jour.

Des jeunes et des hommes

« Ce qui est peut-être le plus préoccupant, c’est de voir qu’une large majorité d’entre elles est jeune », s’inquiète notamment Yohann Roszéwitch à la DILCRAH : un tiers des victimes a entre 15 et 24 ans (alors que cette tranche d’âge ne représente que 12% de la population). Plus d’une personne sur deux a même moins de 35 ans. « Or chez SOS homophobie [qui compile chaque années les appels reçus sur sa ligne d’écoute],  les témoignages de jeunes sont plus faibles, mais peut-être parce qu’ils n’osent pas en parler », tempère encore Yohann Roszéwitch.

violences anti-LGBT DILCRAH

Le rapport du ministère de l’Intérieur amplifie la part d’hommes parmi les victimes, déjà portée à 57% par SOS homophobie, et qui monte ici jusqu’à 70%.

Injures et violences sur la voie publique

Concernant le type d’infractions répertoriées, il s’agit principalement d’injures et de faits d’outrage (un tiers des infractions) mais aussi de violences, dans un cas sur cinq, et de menaces (un peu moins de 20%).

violences anti-LGBT DILCRAH

 

Paradoxalement, ces infractions ont davantage lieux sur la voie publique (un tiers des cas) et dans les habitations ou les lieux privés (un quart des cas) que dans les lieux ouverts au public (16%) ou les services publics (7%).

6 pôles de violence (et de plaintes)

Les agglomérations de Lille, Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille et Montepellier apparaissent comme les principaux foyers « car la population est plus nombreuses, mais aussi parce que les victimes osent davantage porter plainte que dans les milieux ruraux », analyse Yohann Roszéwitch. Seules 10% des plaintes ont ainsi été enregistrées dans des communautés rurales.

violences anti-LGBT DILCRAH

Selon les chiffres du ministère, 52% des victimes vivent dans de grandes agglomérations, mais ce sont surtout celles de région qui cumulent le plus de plaintes si l’on prend en compte le pourcentage de population qui y réside.

violences anti-LGBT DILCRAH

Mises côte à côte, les cartes du ministère de l’Intérieur et de SOS homophobie se répondent, et corroborent l’analyse.

violences anti-LGBT DILCRAH

« Il y a des recoupements à faire avec leurs chiffres », concède d’ailleurs Yohann Roszéwitch.

Et pour la suite ?

À l’avenir, la DILCRAH veut être attentive aux évolutions des plaintes d’années en années, tout en restant prudente sur leur interprétation : « Une hausse de plaintes n’est pas forcément synonyme d’une hausse de l’homophobie, cela peut aussi vouloir dire que les gens osent davantage témoigner. Il faut toujours nuancer les hausses et les baisses. »

Actuellement mobilisée sur l’appel à projet grâce auquel elle va soutenir 150 structures qui luttent contre la haine-LGBT (festivals, interventions en milieu scolaire, archives et monuments LGBT…), la DILCRAH s’attelle aussi aux Gay Games et à la production d’outils pédagogique de lutte contre les LGBTphobies, laquelle est inscrite dans les programmes d’Enseignement moral et civique à l’école. Car « quand on voit ces chiffres ou le bus anti-genre qui circule à Paris, on se dit qu’il y a encore du travail à faire. »

De son côté, l’association des policiers et gendarmes LGBT salue par communiqué une « première étape indispensable pour rendre compte auprès des pouvoirs publics, des institutions policières et judiciaires, de la presse et du public, de la réalité de l’homophobie et de la transphobie dans notre pays » mais attend des « réponses concrètes du ministère de l’Intérieur » vis-à-vis des institutions qu’elle représente et énonce la nécessité de voir ces chiffres enrichis par ceux de la Justice.

À LIRE AUSSI :

30 outils pour lutter contre l’homophobie, le sexisme et la transphobie dès le plus jeune âge

Quatre ans après la loi Taubira, la violence LGBTphobe repart à la hausse

Questionnaire : grâce à vos réponses, on pourra mieux lutter contre la biphobie

  • JaYz-58

    Il n’y a pas que la violence, il y a les moqueries homophobes, le harcèlement etc… C’est bien plus traitre et difficile à chiffrer au niveau des statistiques j’avoue.

    • Dylan Bézoteaux

      Tout à fait d’accord avec toi, on peut dire que cette carte n’est pas totalement représentative, on remarque que c’est autour des plus grandes villes qu’il y a le plus de violences faites envers les homosexuels ce qui est normal car elles brassent beaucoup plus de monde cependant on est pas moins homophobe dans le milieu rurale au contraire mais les personnes n’ont pas forcément le même âge et s’arrête souvent aux moqueries et au harcèlement qui est tout autant destructeur que la violence

ads