Un célèbre jeu vidéo va mettre en scène des footballeurs ouvertement gays
Actualité

Un célèbre jeu vidéo va mettre en scène des footballeurs ouvertement gays


Alors que les terrains ne voient jouer aucun footballeur professionnel ouvertement gay, la nouvelle édition d’un jeu vidéo vendu à 10 millions d’exemplaires vient confronter les gameurs aux sorties de placard.

« On a en partie décidé de faire ça parce qu’il y a des footballeurs gays mais ces derniers refusent de faire leur coming out », résume à la BBC Miles Jacobson. L’homme à la tête des studios de développement Sports Interactive vient de présenter une innovation dont il est fier pour l’édition 2018 de Football Manager, un jeu sur ordinateur et console qui propose d’incarner un entraîneur de foot et de gérer, du terrain au vestiaire en passant par les finances, la vie d’un club. La base de données développée par Sega y est telle que certains recruteurs s’y plongent pour piocher leur nouvelle recrue; dix ans d’exploits sur la plateforme ont même conduit un jeune gameur Azéri au poste de manager du club FC Bakou. Mais alors que les autres jeux vidéos footballistiques s’étaient contentés de maillots arc-en-ciel pour donner de l’écho à la campagne Stonewall’s Rainbow Laces, Football Manager, jeu vidéo le plus vendu de sa gamme, sera le premier à mettre en scène des footballeurs ouvertement gays. La communication officielle n’en faisait pas mention jusqu’à ce qu’un gameur remarque cette nouveauté dans la version beta.

À LIRE AUSSI :

La Russie veut interdire le jeu vidéo FIFA 17 pour « propagande gay »

À bas les contentieux des agents ou la crainte d’être lâché par les sponsors. Dans le jeu vidéo, le coming out d’un joueur est même un jackpot pour l’entraîneur : il s’accompagnera d’une augmentation des revenus due à l’attention nouvelle de la communauté LGBT sur le club et à une augmentation des ventes de marchandises. « On a essayé de montrer aux gens que ce n’était pas une grosse affaire et que ça pouvait être une bonne chose », explique Miles Jacobson. Simplissime donc, le jeu vidéo prend malgré tout certaines précautions : les coming out ne concerneront aucun footballeur existant « car nous ne voulons pas outer des joueurs à tort », précise son concepteur, ni être poursuivis en justice. Ce seront donc les « newgens », ces joueurs fictifs que la société éditrice ajoute chaque année dans ses data, qui seront concernés.

Dépasser le réel

Bien qu’ils aient pris conseil auprès d’un organisme œuvrant pour l’inclusion dans le foot, Kick It Out, le jeu ne se prétend pas militant : les footballeurs qui proviennent des pays qui criminalisent l’homosexualité ne sortiront pas du placard dans Football Manager, « car sinon les répercussions pour le footballeur [fictif] seraient trop importantes à gérer dans le cadre du jeu s’il venait à revenir chez lui », continue Miles Jacobson pour Mirror, « or on préfère montrer les aspects positifs [du coming out] plutôt que négatifs ». Pour les autres, le directeur du jeu dit s’être inspiré des scénarios de coming out qu’il a pu observer dans d’autres disciplines, « où tout se poursuit normalement » selon lui, mais aussi de ses discussions avec Hugo Scheckter, agent de liaison pour le club Southampton, qui a fait son coming out l’an passé. Le ou la gameuse n’aura d’ailleurs pas la main sur cette révélation qui, rare dans le jeu, n’a jamais été observée dans la vie réelle : il ou elle recevra un message dans sa boîte mail de la part du service de presse lui indiquant qu’un footballeur a annoncé son homosexualité lors d’une interview.

footballeurs gays jeu vidéo Football Manager

L’information sera ensuite consignée dans les rapports des recruteurs mais les statistiques du footballeur resteront inchangées. « C’est la bonne chose de l’avoir inséré dans le jeu parce que c’est ce à quoi on va assister dans le futur », prédit Miles Jacobson.

À LIRE AUSSI :

Le patron du football anglais propose un coming-out collectif

Seul le footballeur Justin Fashanu avait fait une telle annonce en 1990, mais le sportif s’était suicidé huit ans plus tard après une tragique campagne homophobe conduite à son égard. D’autres ont sauté le pas une fois la retraite annoncée et les crampons raccrochées, comme l’Américain Robbie Rogers, l’Allemand Thomas Hitzlsperger ou le Français Olivier Royer. En France, selon une enquête réalisée par Paris Foot Gay en 2013, 43% des joueurs professionnels ont une image négative de l’homosexualité. Les récentes sorties timorées d’Antoine Griezmann ou de Paul Pogba sur la possible homosexualité d’un camarade de jeu pavent le long chemin à parcourir.

À LIRE ICI :

Paul Pogba devient ambassadeur pour un football plus tolérant envers les homos

« Nous ne pourrons pas changer l’esprit de quelqu’un qui est homophobe, admet d’ailleurs Miles Jacobson, et si une personne refuse d’acheter le jeu pour cette raison, sincèrement, je serai navré pour elle. Mais j’espère alors que d’autres lèveront les yeux au ciel et trouveront que ça ridicule. »

Les développeurs de Football Manager avaient déjà intégré, dans la précédente édition, plusieurs scénarii de Brexit avec chacun ses incidences sur les transferts des joueurs entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Un souci du détail qui ne dépasse pas les limites du patriarcat : toujours pas d’équipes féminines ni d’entraîneuses dans le jeu, malgré les promesses répétées de Sports Interactive.

L’édition 2018, coming out inclus, sera disponible le 10 novembre.

footballeurs gays jeu vidéo Football Manager

À LIRE AUSSI :

« Footballeur et homo », soutenez le film qui va ouvrir la cage

Couverture & corps d’article : crédit photo Football Manager

ads