Le festival de cinéma stéphanois Face à Face résiste malgré le désengagement de la Région
Culture

Le festival de cinéma stéphanois Face à Face résiste malgré le désengagement de la Région


Salle comble pour la soirée d’ouverture du festival Face à Face à Saint-Etienne, qui tente d’exister tant bien que mal malgré le désengagement de la région Auvergne-Rhône-Alpes présidée par Laurent Wauquiez.

Le Méliès était rempli pour l’avant-première de Seule la Terre, le film de Francis Lee sur une histoire d’amour entre deux fermiers dans la campagne anglaise (interview à retrouver prochainement sur tetu.com). Dominique Thévenot, le président du festival Face à Face qui fête sa treizième édition, compte beaucoup sur l’affluence du week-end pour un festival qui se veut « plus familial que les festivals LGBT des grandes villes » (Chéries-Chéris à Paris, par exemple). Il revient pour TÊTU sur l’histoire du festival :

Face à Face fut en 2005 la première association LGBT de Saint-Etienne. Elle a été fondée par des fous de cinéma et des militants de la cause LGBT. Chaque année, fin novembre, l’association organise pendant 5 jours un festival de films LGBT au Méliès, cinéma d’art et d’essai de Saint-Etienne et à la cinémathèque.

Mise à part la connotation militante, le comité de sélection privilégie des films indépendants et internationaux pouvant être matière à réflexion et a débats. L’accent est également mis sur la qualité des films autant par le sujet que par l’image et la mise en scène. Sont proposés des films rares, inédits et des avant-premières. Depuis 2011 une nuit du court métrage a lieu de 22 heures à 2 heures du matin, et l’entrée en est libre. Deux prix sont décernés par un jury de professionnels. Après les projections, des fêtes sont organisées dans différents bars de la ville. Au festival sont associés des lieux culturels de la Ville dont la Comédie de Saint-Etienne, scène nationale.

Plusieurs fois par an, des projections et des avant-premières sont organisées au Méliès et dans des villes du département. Il y a maintenant plusieurs associations LGBT à Saint-Etienne dont Le Triangle Rose (jeunes LGBT en difficulté) et les Démineurs. Cette dernière est composée avant tout d’étudiant.e.s mais s’ouvre de plus en plus et devient incontournable sur la scène alternative stéphanoise. Les Démineurs sont partenaires du festival Face à Face, en particulier sur la nuit du court-métrage.

 

L’édition 2017 propose 13 films dont cinq avant-premières et deux films inédits ainsi que 19 courts-métrages pour 16 nationalités. Vous retrouverez toute la programmation, qui va de Marvin ou La Belle éducation d’Anne Fontaine aux Garçons sauvages de Bertrand Mandico sur le site de Face à Face.

À LIRE AUSSI :

Laurent Wauquiez ampute le cinéma LGBT à Lyon, Grenoble et Saint-Etienne

Avec le désengagement de la Région, le festival a perdu environ 5 000 euros. Dominique Thévenot explique que cela oblige l’équipe à « restreindre toutes les dépenses, dans une petite ville avec un milieu LGBT qui se révèle et qui a besoin de visibilité ».

Les festivals Vues d’en face à Grenoble et Ecrans mixtes à Lyon ont connu le même sort. Actuel président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez est fortement pressenti pour devenir le président du parti Les Républicains dont l’élection aura lieu début décembre.

À LIRE AUSSI :

Anne Fontaine explique « Marvin », adaptation libre du livre d’Edouard Louis

« Diane a les épaules », une comédie solaire sur la GPA

La programmation sexy, militante et romantique du festival Chéries-Chéris, 23e édition

ads