#Metoo : Les femmes et les hommes qui ont
Actualité

#Metoo : Les femmes et les hommes qui ont "brisé le silence", personnalités de l'année du Time


« Les briseur.euse.s de silence : les voix qui ont lancé le mouvement », peut-on lire en Une du magazine américain Time, qui décerne le prestigieux titre de personnalité de l’année 2017 aux femmes et aux hommes qui ont dénoncé des agressions sexuelles.

Ashley Judd, Alyssa Milano, Selma Blair, Rose McGowan, Taylor Swift, mais aussi des professeures d’université, des employées d’hôpitaux, des journalistes… Le magazine Time fait poser sur sa Une du 6 décembre 2017 plusieurs des femmes qui sont à l’origine du mouvement #metoo (suivi par #balancetonporc en France). Après le tournant atteint par l’affaire Harvey Weinstein, dont le harcèlement, les agressions et les viols ont été dénoncés par une centaine de femmes dont de nombreuses actrices internationales, des milliers d’anonymes ont utilisé les réseaux sociaux pour prendre la parole à leur tour et se révolter contre l’impunité qui préserve les prédateurs sexuels, en particulier lorsqu’ils sont riches et puissants.

« Les actions galvanisantes des femmes de notre couverture, avec celles de centaines d’autres, et beaucoup d’hommes également, ont déclenché un des changements les plus rapides de notre culture depuis les années 1960 », a argumenté Edward Felsenthal, le rédacteur en chef du Time, dans son édito.

Des gays aussi

Sur la couverture, une femme dont on ne voit pas le visage symbolise ces milliers d’anonymes qui ont emboîté le pas aux célébrités. Parmi elles figurent quelques hommes gays qui ont dénoncé les agressions sexuelles dont ils ont été victimes, encouragés notamment par l’acteur Anthony Rapp et le récit de son agression par l’acteur Kevin Spacey. S’il ne figure pas dans la galerie de portraits du Time, le réalisateur Blaise Godbe Lipman, 28 ans, a été photographié par le magazine. Il a porté plainte contre son ancien agent Tyler Grasham pour agression sexuelle. Le jeune homme explique combien il est difficile d’assumer cette prise de parole, « les hommes gays étant souvent hautement sexualisés dans les médias […] Il y a derrière tout ça comme un air de « Ne l’as-tu pas bien cherché ? »

En France, d’anciens assistants parlementaires du Front National ont balancé un député du parti sans le nommer, par crainte de représailles. Au Québec, l’empire et la carrière du très populaire animateur Eric Salvail se sont stoppés nets suite aux accusations d’une dizaine d’hommes.

Jouer la surprise

Le titre de « Personnalité de l’année » désigne depuis 1927 des femmes, des hommes, des mouvements qui ont marqué l’année écoulée, en bien ou en mal. Le Time choisit ainsi Donald Trump en 2016, Angela Merkel en 2015, le pape François en 2013.

Mais le magazine a régulièrement joué la surprise en désignant des groupes de personnes. Ainsi des « Combattants d’Ebola » en 2014, des « Lanceurs d’alerte » en 2002, des « Jeunes » en 1966, et plus surprenant de « Vous » en 2006, pour récompenser les internautes qui ont fait changer la face du monde. Le Time s’était déjà illustré par un choix présenté comme féministe en récompensant « Les Américaines » en 1975. On recense également des non-vivants comme « L’Ordinateur » en 1982.

Rappelons tout de même que jusqu’en 1998, le titre de presse remettait le titre d' »Homme de l’année », avant de lui préférer le nom plus inclusif de « Personnalité de l’année »… Les time changent.

 

À LIRE AUSSI :

Ellen Page balance les porcs homophobes et sexistes d’Hollywood

Kevin Spacey, le coming out malvenu après des accusations de harcèlement sur mineur

 

ads