Actualité

"Quotidien", "On n'est pas couché"... 17 séquences LGBTphobes épinglées (vidéos)


Des journalistes qui jugent leurs pairs sur des faits. Une télé qui se regarde en miroir, et qui se critique pour s’améliorer. Telle est la tâche que s’est confié l’Association des journalistes LGBT (AJL), après sa première enquête sur Touche pas à mon poste.

Un mois d’audience assidue à noter toutes les remarques désobligeantes, insultantes et carrément délictueuses qui nous glissent généralement sur la rétine. Aussitôt consommées, aussitôt oubliées. Mais pourtant bien ingérées dans les imaginaires collectifs. À travers les pixels, les ficelles d’un système qui décrédibilise homos, bis et trans, qui coupe la parole aux femmes et qui ridiculise celles qui haussent le ton. Régulièrement épinglé – plus assidûment depuis l’affaire du canular homophobe de Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste – mais jamais décortiqué dans son ensemble, comme une machine bien huilée, un rouleau compresseur qui utilise les minorités depuis les années 50.

À LIRE AUSSI :

Cyril Hanouna, cet « obsédé de l’homosexualité »

Sur un mois de visionnage équivalent à 100 heures de binge watching, elles se comptent par dizaines, les séquences problématiques recensées par 17 journalistes membres de l’AJL, qui ont consacré leur temps libre à éplucher la télé privée comme publique; au total 55, soit près d’une toutes les deux heures de télé. Cinq talk-show passés au crible et sélectionnés pour leur popularité : L’heure des pros sur CNews, On n’est pas couché de France 2, Salut les terriens – et Les terriens du dimanche – de Thierry Ardisson sur C8, et même la libertaire émission d’info-divertissement Quotidien ou le sérieux plateau de C Politique, inclus dans l’étude après l’assimilation, par Pascal Bruckner, d’homosexualité et de pédophilie.

« Le buzz sur le dos des minorités »

Pour parler à un public composé de journalistes mais aussi de téléspectateurs, l’AJL a choisi une maquette pop qui renvoie à la télévision ses propres images pour nous plonger dans les sombres heures du PAF pourtant diffusées dans les lumières du prime time.

Dans sa riche enquête adaptée au format web, des extraits marquants et circonstanciés, mais surtout un bilan « préoccupant » selon l’AJL : une télé qui fait le buzz sur le dos des minorités, des femmes, des personnes LGBT, qui se conforte dans le « politiquement incorrect » et qui peine à sortir d’une représentation sulfureuse des questions de genre et d’orientation sexuelle. « On a remarqué qu’on parle de la transidentité comme on parlait de l’homosexualité pendant les années 60, note par exemple la journaliste Clémence Allezard, co-présidente de l’association, en conférence de presse, et si on n’a pas remarqué de séquences lesbophobes, c’est parce qu’il n’y a tout simplement pas de lesbiennes sur les plateaux, ce qui relève aussi de la lesbophobie. »

L’AJL a également recensé les séquences relevant du racisme, du sexisme et des rigolades sur le harcèlement sexuel « car on ne pouvait pas avoir des ornières et ne pas relever les autres discriminations », expliquent ses adhérents. « Mais c’est aussi très lié », renchérit la journaliste Alice Coffin, car cette hiérarchisation des sexes qui repose sur la binarité hommes-femmes sert aussi le lit des LGBTphobies.

La responsabilité des journalistes

Des nuances toutefois entre ces talk-show. D’un Salut les terriens qui décroche la palme des blagues homophobes à une Heure des pros qui cumule les mauvais points, jusqu’à C Politique où la seule séquence problématique a été modérée par son présentateur Karim Rissouli. Voire le cas ambigu de Quotidien« on va rire de sexistes, d’homophobes, mais jamais les qualifier comme tels, analyse l’AJL. Donc on met à distance, mais est-ce qu’on dit de quoi ces séquences relèvent ? Pas vraiment, et c’est problématique. »

« On ne vient pas dire : telle émission est homophobe. On ne décerne pas des brevets. On veut alerter la responsabilité des journalistes », rappelle l’association à l’issue de sa conférence de presse. Ajoutant que selon elle, ces dérives viennent en grande partie de l’ignorance, l’AJL entend utiliser son étude pour solliciter les responsables des chaînes et le Conseil supérieur de l’audiovisuel et donner, à termes, des outils aux médias.

Une enquête à consulter ici : https://etude2017.ajlgbt.info/

***

Née des débats sur le mariage pour tous, l’association des journalistes LGBT a vu son nombre d’adhérents doubler en deux ans pour atteindre près d’une centaine de personnes aujourd’hui. L’association organisait le 29 juin dernier le tout premier Gala récompensant la visibilité LGBT en France, les Out d’Or 2017.

À LIRE AUSSI :

Découvrez le palmarès complet des Out d’or !

  • benji

    « le cas ambigu de Quotidien où « on va rire de sexistes, d’homophobes, mais jamais les qualifier comme tels »

    Quoi ?! Je rappelle à l’association de journalistes que dire que quelqu’un est homophobe avant qu’il n’ait été jugé et condamné pour ce motif relève de la DIFFAMATION. Combien de précédures en diffamation ont été gagnées par les presqu’homophobes ? En fait, c’est leur jeu favori.

  • fressis

    Mais quel ramassis de conneries, sérieusement, c’est quoi le but, se mettre à dos tous les gens qui défendent nos causes ? Dois-je rappeler que, pour le simple exemple, quotidien a fait la promotion d’urgence Tchétchénie ? Que dans l’une des vidéos mises en cause, c’est la réalisatrice d’un documentaire, bienveillant, sur la trans identité qui est « dénoncée » ? Ce sont ce genres de groupements qui entretiennent les idées comme quoi oui, les lgbtq seraient différents des hétéros, merde à la fin, c’est tout sauf une étude. Une étude ce sont des échantillons, des méthodes, des comparaisons de résultats, des statistiques, des résultats reproductibles, de l’éthique, … Là on a le droit à un étalage de vidéos avec un mot dessus, on peut tout dire avec ce genre de méthodes (ce sont d’ailleurs ce genre de méthodes qui ont rendu une étude sur les vaccins célèbre, et qui a malheureusement entretenu de fausses croyances pendant des années …)

  • Yunflo

    Je vais rejoindre mes deux prédécesseurs, franchement quotidien c’est bien la seule émission que je regarde sans me dire « merde ils vont encore parler de nous (les LGBT…) que va ton prendre encore dans la gueule… ». Non franchement la c’est plus L’AJL qui me mets mal à l’aise pour le coup, j’ai un peu l’impression qu’ils cherchent leurs nouveau Cyril Hannouna vue qu’apparemment il s’est calmé ou peut être que de moins en moins de monde le regarde…
    A force de vouloir « alerter » sur absolument tout sans le moindre distinction y a plus personne qui parlera de nous…

  • Jean Marc Planchenault

    C’est le commentaire que j’ai envoyé à l’AJL, hier, pas de réaction chez eux ? :
    « J’ai regardé en diagonale (après avoir vu une partie de votre direct dans la matinée) . Je suis un vieux PD, tarlouze (etc) et antiraciste affirmé et confirmé. Je voyais d’un bon oeil votre association (et espère continuer à le faire). L’impression (pas le temps pour entrer dans les détails) que je retire de ce visionnage est assez détestable. A voir du sexisme, du racisme, de l’homophobie partout et très souvent dans des détails chez des gens qui rigolent (pas forcément au dépens mais avec d’autres concernés) vous allez finir par devenir contre-productifs. Un peu d’auto-dérision SVP (ex: la blague du mec qui se branle sous la tente peut être considérée comme stupide, idiote, mais banalise plutôt l’homosexualité). Je ne voudrais pas non plus entrer dans la polémique sur « l’islamophobie » mais la critique de l’Islam (comme de toute religion) est un droit, le blasphème n’existe pas ici. Défendons les musulmans, en tant que citoyens, mais pas une religion sexiste, homophobe. Il y a eu déjà suffisamment de boulot avec les cathos de « la manif pour personne » ! Et ça risque de continuer avec trop de « bienveillance » pour ces idéologies. Cordialement. »

  • Kiwikiwi

    Franchement concernant quotidien c’est dégueulasse de la qualifier d’ambigue… On peut très bien faire appel à l’intelligence du telespectateur et donc ne pas avoir besoin de preciser qu’un sexiste est un sexiste, qu’un homophobe est homophobe.
    Nombreux sont d’ailleurs sujets qu’ils font où la défense des minorités est au coeur de la ligne éditoriale.
    Ils ont été.parmis les premiers en France à dénoncer les horreur en Tchétchénie, ils ont fait des reportages sur les transgenres aux Etats Unis sous l’administration Trump, ils reviennent régulièrement sur la Tchétchénie, un de leur humoriste est ouvertement gay (parrain également d’urgence Tchétchénie, au côté de Camille Cottin, cette même Camille Cottin qui était d’ailleurs invitée hier soir sur le plateau avec Oceanerosemarie…)
    Je passerai sur les nombreux invités culturels évoquant de près ou de loin l’homosexualité (Marvin, dont têtu parlait d’ailleurs également), le prix de l’acteur de l’année à « Sean » de 120bpm…
    Je me demande si la mission, louable et bienvenue à la base, de cette asso ne va pas finir par nous enfermer dans une position de victime permanente. A ne regarder la télévision qu’à travers le prisme de l’homophobie le risque est de voir de l’homophobie de partout.

    • Roman Gysse

      J’écris ce commentaire en réponse au vôtre, simplement parce que c’est le plus récent. Mais si vous regardez l’étude, vous voyez facilement que Quotidien est peu épinglé pour homophobie mais plutôt pour transphobie ou pour sexisme (majoritairement même). Et ce n’est pas généralisé, je suis d’accord. Mais je suis aussi d’accord pour dire que l’émission est ambiguë. Si vous regardez certains commentaires sur leur page Facebook, vous pouvez lire des choses comme « Franchement, je ne regarde plus d’autre journal télévisé depuis que Quotidien existe… », c’est déjà la responsabilité de Quotidien de faire en sorte que le public sache que c’est du divertissement et pas un journal télévisé. Mais ils tirent parti de cette ambiguïté pour ratisser un public plus large, c’est honnête de le dire quand on voit qu’en ligne l’émission se présente ainsi « Décryptage de l’actu avec les reportages de Martin Weill et les journalistes de la rédaction… » alors qu’ils ont un point de vue orienté et partial sur l’information en question. En tant qu’enseignant, je peux dire que ce n’est pas facile pour les jeunes (cible privilégiée de Quotidien) de discerner un fait et un propos objectif d’une opinion et d’une remarque subjective. A mon avis, c’est là qu’est le plus gros problème de Quotidien. Vouloir passer pour une émission ouverte, éthique et, passablement bien pensante, leur donne une plus grande responsabilité morale qu’à une émission dégueulasse comme celle d’Hanouna qui, lui, n’a clairement pas de morale.

      Alors, pour un public éduqué, les maladresses ou l’humour de Quotidien passent. Mais pour le public plus fragile/sensible qui fait aussi partie de la cible de l’émission, il y a tout de même des choses à améliorer…

      • Kiwikiwi

        C’est un peu contradictoire, vous dites que quotidien doit faire savoir qu’il s’agit d’un divertissement, puis vous la décrivez comme étant une émission de décryptage et d’information, du coup je ne comprend pas trop où vous voulez en venir…
        D’ailleurs l’émission à toujours été constitué d’une première partie centré sur l’actualité, d’une seconde plus détendue et axée divertissement.
        Il me semble que les nombreux reportage de Martin Weill justement sur les marches des femmes après l’élection de trump, sur les jeunes transgenres, contredisent les accusations de sexisme et transphobisme.
        De manière générale l’emission prend très souvent la défense des minorités opprimées, il y a eu une spéciale sur le harcelement…
        Après je me souviens aussi que quand j’étais jeune et qu’il y avait des choses à la télé que je ne comprenais pas, je demandais des explications à mes parents et/ou prof, en général j’en sortais grandi et je comprenais mieux après…

  • Lucien Dédé

    ben moi je trouve les gens qui regardent la télé se sentent toujours visés….moi ca ne me choque pas tant que c est pour rire.sinon ont ne ris plus de rien dans ce monde,merde….je suis entouré d hétéros qui font des blagues sur les gays,tout en sachant mon status,moi j aime et adore,je ne vais pas condamné chaque mots….gays,arabes etc etc arettez de vous sentir toujour visé….

ads