Movsar Eskarkhanov, forcé par le régime tchétchène de démentir son homosexualité à la télé
Actualité

Movsar Eskarkhanov, forcé par le régime tchétchène de démentir son homosexualité à la télé


Avec les révélations de Movsar Eskarkhanov, réfugié tchétchène manipulé, les preuves que le régime de Kadyrov cherche à dissimuler ses exactions envers les homosexuels s’accumulent.

C’est une histoire vertigineuse. Movsar Eskarkhanov est l’un des premiers gays tchétchènes à avoir témoigné à visage découvert après les révélations de Novaya Gazeta en avril 2017. Le magazine américain Time était allé à sa rencontre à Berlin, en septembre 2017, là où il avait trouvé refuge depuis 2013. Shooting photo et vidéo à l’appui, le long portrait que lui consacre le magazine fait état des exactions subies sous le régime de Ramzan Kadyrov mais aussi à Berlin où il était poursuivi et menacé par d’autres réfugiés tchétchènes. Movsar évoque très clairement son homosexualité dans ce portrait. Il explique qu’il souhaite témoigner à visage découvert pour rassurer ses congénères persécutés, et qu’il voudrait pouvoir dire ces mots « à la face de Poutine ».

 

Quelques semaines après, il disparaît

Quelques semaines après l’article à son sujet dans le Time, le jeune homme de 28 ans disparaît. L’Allemagne n’a pas accepté sa demande d’asile et il quitte le pays. Sa réapparition se fait dans les médias en novembre dernier… à la télé tchétchène, Grozny TV, un organe de propagande du dictateur Kadyrov. Un « journaliste » l’interviewe dans un parc et explique dans son introduction que Movsar est un « déséquilibré » qui veut « présenter ses excuses à la nation ». Amaigri, encapuchonné, le jeune homme explique qu’il a fait son coming out sous l’effet des médicaments anti-épilepsie et blâme le Time pour avoir écrit un article mensonger… Il présente aussi de longues excuses : « Je présente mes excuses à tous les résidents de la Tchétchénie, aux dirigeants de la Tchétchénie, aux Tchétchènes vivant en Caucase du Nord et en Europe ».

Dernières révélations confondantes

Le 27 décembre, Movsar est revenu sur son apparition télévisuelle auprès du média russe Kavkazsky Uzel, traduit par le Moscow Times : cet épisode médiatique était une manipulation voulue par le régime tchétchène, qui contrôle l’organe de presse Grozny TV. Effrayé par les menaces que le régime faisait peser sur sa famille, Movsar explique qu’il a en fait été « forcé » de témoigner à la télé tchétchène et de présenter ses excuses à la nation.

Cette histoire évoque celle du chanteur tchétchène Zelimkhan Bakaev qui avait prétendu « aller bien » et se trouver en Allemagne dans une vidéo diffusée par la télé tchétchène en septembre. Aujourd’hui, il est toujours impossible d’obtenir de ses nouvelles.

 

À LIRE AUSSI :

« J’ai rencontré ceux qui ont fui la Tchétchénie » par Elena Volochine

Disparition de Zelimkhan Bakaev : La mascarade des autorités tchétchènes ne tient pas debout

Cet homme est le premier gay à porter plainte contre les autorités tchétchènes à visage découvert

 

ads