Actualité

"Couple ou pas couple" : l’émission-piège qui fait gagner de l'argent avec les clichés


David et Rémy, deux amis gays, sont « tombés dans le piège » de Couple ou pas couple. Depuis, ils sont vivement attaqués sur les réseaux sociaux. Il faut dire qu’ils ont enchaîné les clichés sur les homos… avant de contacter TÊTU pour s’expliquer.

On le sait tous, un coiffeur prend soin de lui, d’ailleurs, nous sommes tous coiffeurs n’est-ce pas ? Les « mecs stylés » ne sortent pas avec des drag-queens, et les noirs ne sortent pas « avec des filles qui ressemblent à des lesbiennes, c’est bien connu ». C’est en tout cas ce que l’on peut entendre dans l’émission Couple ou pas couple ? depuis son lancement sur C8, où deux candidat·e·s doivent tenter de retrouver des paires dans la vraie vie parmi plusieurs propositions.

Vous pouvez voir l’intégralité de l’émission ici : https://youtu.be/EzPrzMbTBOM

Pour David et Rémy, certains looks permettent de connaître les préférences sexuelles des participants. Ils se sont ainsi fié aux vêtements d’un jeune homme : « Nous connaissons l’orien­ta­tion sexuelle de Damien… Enfin on ne la connaît pas, mais on croit qu’il est gay », avaient-ils assuré, estimant que sa profession de coiffeur et le fait qu’il ne porte qu’ »une seule boucle d’oreille, ce qui ne se fait plus trop chez les hété­ros » ne laissait aucun doute. Face à ces remarques, le présentateur Jean-Luc Lemoine – découvrant le concept de son propre jeu – est intervenu pour recadrer les candidats : « Je suis votre raisonnement : si on est stylé, on est gay obligatoirement ! C’est le coup dur pour tous les hétérosexuels (…) Je ne peux pas vous laisser partir sur des stéréotypes pareils, je connais plein de coiffeurs qui ne sont pas du tout gays », a-t-il tenté d’expliquer aux candidats.

Diffusée fin décembre, l’émission a déchaîné les commentaires. Plus de 25 médias en ont parlé, qualifiant parfois David et Rémy d’homophobes. Le 29 décembre, des articles révèlent leur homosexualité et publient des extraits de leurs profils Facebook sur lesquels ils ne cachent rien. D’ailleurs, en cherchant bien, on les connaît un peu chez TÊTU : Rémy a été « Mister TÊTU » du temps où le concours existait et David travaille dans le business gay – mais il ne souhaite pas associer ses sociétés à cet épisode malencontreux.

« Affectés » par le buzz

David nous a contactés par mail :

Ce buzz nous affecte énormément à titre personnel et professionnel. Je travaille pour une société dédiée à la communauté gay et Rémy participe activement depuis des années à des événements pour soutenir la communauté gay, c’est très triste de voir comment on a montré de nous une image fausse. Pendant l’émission il y a eu du respect envers les participants mais avec de l’humour. Nous avons utilisé des clichés certes pour expliquer notre raisonnement, à aucun moment nous avons manqué de respect à Damien.

Joint par téléphone, Rémy n’en revient toujours pas de la « tempête médiatique » :

On nous dit de dire tout ce qui nous passe par la tête, de meubler, de faire le show. Le coiffeur a même été flatté, quand j’ai dit qu’il était stylé. Qui n’a pas cette image d’un coiffeur homosexuel ? Il faut aussi savoir accepter de rire de nous-mêmes si on veut l’acceptation. Je suis clairement gay dans l’émission : je parle de radar gay, je dis que Pierrick est beau, je dis que ce serait plus facile pour nous de trouver des garçons si on pouvait facilement les reconnaître… Ça me fait sourire tout ça car c’est ironique, je suis militant, j’ai monté une équipe de foot gay, une soirée gay pendant une feria au profit du Refuge, à qui on a reversé 2000€ trois jours avant l’émission, on a travaillé sur la visibilité de la communauté en milieu rural…

La chaîne C8, gênée par l’écho médiatique de son nouveau show (quelques mois après le canular homophobe de Cyril Hanouna) a supprimé le replay de son site. La production a appelé les candidats pour s’excuser des conséquences.

Je ne pense pas avoir fait développer l’homophobie, je lutte contre l’homophobie. Avant l’émission javais prévu de lancer des piques sur les hétéros, d’ailleurs les gens dans le public réagissent sur les hétéros, pas sur les gays, poursuit Rémy.

Ce mardi 2 janvier, deux candidates ont également véhiculé des clichés, sur les noirs cette fois. Joëlle et Evelyne, de l’Es­sonne, se sont demandé si une certaine Mathilde n’était pas en couple avec un certain Hermann : « Moi je verrais bien Hermann avec Mathilde, parce qu’elle est blonde », a lancé Evelyne. Un brin surpris, Jean-Luc Lemoine lui demande « quel est le rapport ». La retraitée lui déroule alors une analyse pour le moins surprenante : « Mes deux belles-sœurs sont blondes et sont mariées avec un homme de couleur. Donc je pense que les hommes de couleur adorent les blondes. » Plus généraliste, on ne voit pas… Le jeu permet donc de gagner de l’argent avec les clichés, au petit doigt mouillé, sur les histoires d’amour, les orientations sexuelles et les attirances.

La télé, est-ce vraiment « que de la télé » ?

Invité de l’émission de Sonia Devillers sur France Inter ce 5 janvier, Jean-Luc Lemoine a pris la défense des deux candidats et de son émission, déplorant un climat délétère pour l’humour en France : « On peut se moquer de la commu­nauté à condi­tion d’en faire partie. Avec cet épisode, on s’aperçoit que même si vous faites partie de la commu­nauté, vous ne pouvez plusLeur faire des procès et les brûler sur la place publique, j’ai trouvé ça d’une violen­ce… »

Lemoine pose bien la question : peut-on être gay et ex-« Mister TÊTU » à l’instar de Rémy, comme le présentateur l’a rappelé pour prendre sa défense au micro de L’Instant M, et véhiculer des clichés sur les homosexuels ? Jouer sur les clichés, nous le faisons dans le cercle privé, mais cela devient problématique quand ils sont reproduits sur une chaîne de télévision. C’est le piège de cette émission, mais aussi de nombreuses autres émissions où pour faire de l’audience, il s’agit d’épater la galerie. On peut penser que montrer autant d’homos dans une émission aidera à la visibilité qui nous manque tant par ailleurs, mais réduire les couples à « des gens qui vont bien ensemble », c’est passer à côté de la vraie vie, et donc de ce que nous sommes. C’est d’ailleurs ça la télé : ce n’est pas la vraie vie.

Sur son Facebook, Rémy écrit qu’« aujourd’hui on peut plus rien dire ou faire. Demandez à Griezman ou Tex. MDR ». Pas sûr que faire le parallèle avec un blackface – pratique raciste connue depuis le 19e siècle – et une blague sur les femmes battues ne le sorte de l’œil du mini-cyclone médiatico-gay. Il nous explique :

J’ai vécu l’humour des années 80, Les Inconnus faisaient des antillais feignasses, mais aujourd’hui ça serait impossible. Je pense que Griezmann ne voulait pas faire de mal, les gens ne veulent pas faire le mal. Bien sûr que je ne soutiens pas le blackface ou les blagues sur les femmes battues.

Ne plus pouvoir reproduire à l’infini des clichés et des caricatures sur les minorités qui ont déjà assez à combattre dans la vraie vie : un mal pour notre bien ?

 

À LIRE AUSSI :

« Nous devons dire Stop à l’humour homophobe ou transphobe »

« Quotidien », « On n’est pas couché »… 17 séquences LGBTphobes épinglées (vidéos)

« Homophobie intégrée » : pourquoi les gays parfois sont homophobes ?

 

ads