TEST : Où vous situez-vous sur l’échelle du couple ouvert ?
Sexo/Psycho

TEST : Où vous situez-vous sur l’échelle du couple ouvert ?


Entre les notions d’exclusivité, d’infidélité régulière ou de tolérance à l’escapade, de couple libre, de trouple et de polyamour, il y a tout un arc-en-ciel de possibilités que chacun s’approprie. Et vous, où vous situez-vous parmi toutes ces notions ?

Pour certains, c’est totalement impensable tant la fidélité est une valeur cardinale de leurs relations. Pour d’autres, c’est l’inverse qui est inimaginable : rester avec la même personne, toute sa vie, ou du moins, ne pas « aller voir ailleurs ». Couple libre, ouvert, libertin ou polyamoureux : cela existe depuis toujours, chez les hétérosexuels, les bisexuels et les homosexuels. Ces-derniers ont la réputation d’être plus ouverts sur le sujet, et les origines historiques de cette ouverture sont évidentes en dehors de toute possibilité d’encadrer socialement le couple homo pendant des siècles.

Dans un sondage de 2016 réalisé sur 1 000 hommes gays en Angleterre, près de la moitié disent avoir vécu une relation ouverte ou non-monogame. 41% ont déclaré vivre actuellement ou avoir vécu une relation ouverte. Les trois quart des sondés trouvent cela « génial ». 75% de ces hommes ayant vécu dans une relation ouverte ont admis avoir instauré des règles. 21% les ont enfreintes au moins une fois (non-utilisation de préservatif, sexe avec des amis…). 55% déclarent avoir contracté une IST au cours de leur relation ouverte ; et 71% pensent l’avoir attrapée avec un partenaire occasionnel.

À LIRE AUSSI :

Sondage : ce que les gays pensent des « relations ouvertes »

Une relation ouverte, c’est l’inverse du couple exclusif

Malgré la libération des mœurs depuis les années 60 et la revendication du « couple libre » (à l’époque, c’était uniquement une expression employée pour parler du couple en dehors du mariage), on considère que chacun n’est censé ressentir d’amour ou de désir qu’au sein du couple, ou du moins, le faire croire à l’autre. L’exclusivité peut être dirigé vers soi-même (« je n’irais pas voir ailleurs tellement je suis amoureux ») ou vers l’autre (« je souffrirais de savoir que je ne suis pas tout pour lui.elle »), et évidemment les deux en même temps. Elle peut être sexuelle (pas de plaisir avec quelqu’un d’autre) ou affective uniquement (pas de sentiment ou relation ambiguë avec quelqu’un d’autre). Cette monogamie est donc déjà protéiforme. Elle peut donner lieu à une contractualisation par un Pacs ou un mariage mais, là encore, « les promesses n’engagent que ceux qui les font » et ne sont en rien une assurance sur l’amour au long terme…

Le test de TÊTU

En dehors du « couple fermé » (sans jugement de valeur), il existe une variété de types de « couples ouverts ». Où vous situez-vous ?

J’accepte qu’il.elle regarde des films pornographiques mais uniquement en ma présence : 1 point

J’accepte qu’il.elle regarde des films pornographiques seul : 1 point

J’accepte qu’il.elle regarde des garçons ou des filles dans la vie quotidienne : 1 point

J’accepte qu’il.elle regarde des garçons ou des filles dans la vie quotidienne mais uniquement en ma présence : 1 point

J’accepte qu’il.elle parle/drague des garçons ou des filles de façon exceptionnelle : 1 point

J’accepte qu’il.elle fasse des « plans » de manière virtuelle (webcam, applis…) : 2 points

J’accepte qu’il.elle parle/drague des garçons ou des filles dans la vie quotidienne : 2 points

J’accepte qu’il.elle embrasse des garçons ou des filles de façon exceptionnelle : 2 points

J’accepte qu’il.elle embrasse des garçons ou des filles de façon régulière : 3 points

J’accepte qu’il.elle ait des relations sexuelles avec des garçons ou des filles de façon exceptionnelle mais uniquement en ma présence : 2 points

J’accepte qu’il.elle ait des relations sexuelles avec des garçons ou des filles de façon exceptionnelle même sans moi : 5 points

J’accepte qu’il.elle ait des relations sexuelles avec des garçons ou des filles de façon régulière : 5 points

J’accepte qu’il.elle ait des relations amoureuses avec des garçons ou des filles en parallèle de notre relation : 10 points

 

Vous avez moins de 5 points : Le couple exclusif

Il n’intègre pas d’autres personnes dans son champs sexuel et sentimental, mais rien n’empêche de regarder de vraies personnes ou des vidéos, et même ensemble.

Vous avez de 5 à 10 points : Le couple libertin

Il vit tout ou partie de sa sexualité en la partageant : avec un troisième larron, un autre couple (on parle de côte-à-côtisme), ou en groupe : exhibitionnisme, voyeurisme, mélangisme, échangisme, etc. Mais les libertins conservent souvent l’exclusivité affective.

À LIRE AUSSI :

L’art du plan à 3 : les 10 questions à se poser avant de se lancer

Vous avez de 11 à 20 points : Le couple ouvert

Il ne s’impose pas l’exclusivité sexuelle mais se pose des limites : pas de relation extra-conjugale suivie, pas d’amour en dehors du couple, pas s’embrasser sur la bouche… La jalousie n’est pas absente mais ‘contenue’… À la différence des libertins, ils préfèrent vivre leur liberté sexuelle chacun de leur côté, en se faisant confiance. Certains se racontent tout, ou au contraire ne veulent rien savoir. Il est assez rare que les libertés ne soit pas réciproques, mais chaque couple s’invente et fixe ses propres limites.

Vous avez plus de 20 points : Le couple libre

Il ne s’impose l’exclusivité, ni sexuelle, ni affective. Ce qui reste, c’est l’envie de vivre une histoire ensemble, sans s’interdire d’autres histoires, sans se promettre des choses qu’on ne peut pas tenir, en toute honnêteté. Il reste beaucoup à partager, en dehors de l’amour et du sexe dans un couple… Tout est possible dans le couple libre. La réciprocité n’est pas une obligation : l’un peut être polygame, libertin pendant que l’autre est exclusif, en accord avec l’autre, c’est un choix personnel qui n’oblige l’autre en rien.

… Mais aussi le polyamour 

Dans la vie, on a plusieurs histoires d’amour. Les polyamoureux, elles et eux, en ont plusieurs, mais en même temps. Ils et elles se définissent en dehors du couple 1+1 en vivant des amours plurielles en accord avec tous les partenaires impliqués. Le polyamour c’est un peu l’amour en 3D, une expansion à l’infini des possibilités, qui peuvent changer en fonction des personnes et des périodes. Elles et ils peuvent même avoir des phases monogames et être très heureux comme ça. Certains mettent en avant l’origine latine du mot fidélité : fides, fidei, la confiance. Ils mettent en avant la fidélité à soi-même comme valeur cardinale : écouter son cœur et ses surprises, son corps et ses désirs, tout en étant honnête avec tous. La jalousie ne disparaît pas forcément toujours, si le conjoint est poly aussi, mais la jalousie est rationalisée, réfléchie, canalisée. Elle est acceptée dans le cadre de l’accord entre les partenaires.

 

À LIRE AUSSI :

Témoignage : Faire « couple ouvert » a sauvé notre relation

Courrier du coeur : « Mon mec veut aller voir ailleurs… Que faire ? »

ads