La drôle de non-élection de Bruno,
Beaux Mecs

La drôle de non-élection de Bruno, "Mister Gay France" 2018


La France a un nouveau « Mister Gay ». Mais son élection nous a semblé bien mystérieuse car… aucun comité ne l’a élu. Nous avons cherché à faire plus ample connaissance avec notre nouvel ambassadeur.

Il existe dans le monde des centaines de concours dits de beauté, qui permettent à des femmes et des hommes de montrer leurs plastiques, de s’ouvrir des perspectives professionnelles et de vivre une « expérience humaine avant tout ». Rien qu’en France, il y a une dizaine de concours de Mister (Mister France, Mister National, Model Élégance France, Mister Sexy Men, etc.) Il existe, pour les gays, d’autres concours qui mettent en valeur la beauté bear (Mister Ours, ou Mister Ch’ti Nours à Lille), les amateurs de cuir (Mister Leather) ou encore de baskets (Mister Sneaker)… Le titre et la marque de Mister Gay appartient à TÊTU, mais le concours n’est plus actif depuis quelques années.

Alors même si la France ne manque pas de beautés masculines, Bruno Solari se présente dorénavant comme Mister Gay France. Il est âgé de 44 ans,  mesure 1,71m et porte du 38. Originaire du Vaucluse, il vit à Mazan et travaille dans le Sud de la France dans la viticulture et comme organisateur de concours de beauté. Les miss et les mister n’ont donc aucun secret pour lui. Il a été désigné par simple demande sur Facebook à l’organisateur de l’élection de Mister Gay World. Et voilà. Nous avons demandé au bernard-l’hermite des concours de Mister de nous raconter comment tout cela était arrivé :

J’ai rencontré Jordan Joly, Mister Gay France 2014, lors d’un gala de charité à Marseille. Il m’a donné le contact d’Igor, l’organisateur de l’élection Mister World. En Belgique, c’est une élection (comme dans presque tous les pays, ndlr). Mais en France, il n’y en avait plus depuis quelques années.

Bruno a alors contacté Igor par Facebook. Pas même un échange par téléphone n’aura été nécessaire :

On m’a demandé d’être le représentant français de Mister World 2018. J’ai été surpris, je ne suis pas bodybuildé, pas le stéréotype du mannequin, mais dans les gays, il y a aussi des gens moyens qui veulent jouer le jeu, on n’est pas tous des clichés. Alors je me suis dit : c’est un challenge ! Participer à une vraie compétition internationale, avec un costume national, c’est festif…

Ils m’ont demandé ce que je pouvais faire pour que la marque de Mister Gay World soit mise en avant en France. Alors comme je connais bien les concours de beauté, je vais pouvoir les valoriser sur mes événements et dans le milieu gay… Ce n’est pas une vraie élection, je suis d’accord, mais les gens qui veulent ma place n’ont qu’à le faire. Faut le prendre avec de l’humour aussi ! Y’a de la jalousie partout… Je ne pense pas gagner, je veux juste me défoncer sur le costume national et la façon de marcher, car je sais marcher.

Le monde des concours de beauté, Bruno connaît bien, car depuis 15 ans il participe en tant que candidat. Il a été élu – cette fois – Mister Grand Élégance PACA dans la catégorie « 39 à 50 ans » en 2015 et porté au titre suprême de Mister Grand Élégance France à la finale en 2016. Il a aussi été Mister Gentleman France 2017, mais n’a pas gagné le titre de Mister Gentleman Monde… Mais aussi en tant qu’organisateur avec son association BHF EVENT depuis 5 ans : il gère les concours de Miss Planète France et de Miss Élégance Dom-Tom France Beauty Pageant…

Être Mister Gay France, c’est l’opportunité de voir les responsables de l’agence de mannequins Ford, ce qui peut être bénéfique pour mes propres élections…  Au bout d’une année en tant que représentant français, si ça se passe bien avec les organisateurs de Mister Word, j’espère pouvoir monter une élection Mister Gay France, en payant une licence (Le titre et la marque de Mister Gay appartiennent à TÊTU, ndlr)

La grande rencontre avec les autres Mister nationaux aura lieu au mois de mai, mais on ne connait encore ni le lieu ni la date. Tous les représentants passeront une semaine ensemble avant l’élection mondiale qui assurera une aura planétaire au gagnant. En attendant, Bruno est convié à Cheval passion, le salon du cheval à Avignon. Mais compte aussi faire une sortie remarquée au prochain Festival de Cannes (pourquoi pas à la Queer Palm) avec son comité de concours de beauté :

Je sortirai avec mon écharpe de Mister Gay, bien sûr. On m’a demandé des apparitions aux élections de Mister Sportswear et Mister Fetish. Pourquoi pas, je représente toutes les composantes de la communauté ! Et puis j’irai aux Marches des fiertés aussi. Et je vais m’investir au niveau associatif, localement au Pôle LGBT Vaucluse en Avignon. J’étais déjà engagé au Refuge mais je ne souhaite pas renouveler pour des raisons d’éthique…

Il ne nous en dira pas plus… La seule chose que Bruno n’acceptera pas ? « Des photos de charme ! J’ai été élevé au moule Geneviève de Fontenay !» À ceux qui pourraient le critiquer sur sa démarche ou son physique, Bruno répond tout simplement : « Je sais que je ne vais pas gagner, mais ça me fait plaisir de participer à un concours international. Et puis il y aura d’autres élections, ceux qui ne sont pas contents n’ont qu’à postuler ! »

 

À LIRE AUSSI :

Découvrez les plus beaux candidats et le trio gagnant de Mister Gay World 2017

L’élection de Monsieur Fierté Ours 2017 a fait trembler Paris !

[Dossier] 15 photographes qui révèlent les beautés masculines

ads