Oprah Winfrey, alliée des LGBT, à l'aube d'une candidature aux présidentielles américaines ?
Buzz/People

Oprah Winfrey, alliée des LGBT, à l'aube d'une candidature aux présidentielles américaines ?


« Oprah for president ? » Plusieurs voix s’accordent à dire que la présentatrice télé la plus famous and powerfull devrait briguer la présidence des États-Unis…

« A new day is on the horizon ! » Vêtue de noire, comme toutes les stars pour dénoncer les violences faites aux femmes, l’époustouflant discours d’Oprah Winfrey lui a valu une standing ovation lors de la 75e cérémonie des Golden Globes, dimanche 7 janvier. Première femme afro-américaine à recevoir le prestigieux prix Cecil B. DeMille pour son « incroyable contribution au monde du divertissement », la productrice-animatrice télé et aussi actrice encensée de 63 ans, première femme noire milliardaire a prédit l’arrivée d’une « nouvelle aube (…) où plus personne n’aura plus à dire #MeToo ».

(À voir en entier ici)

« Elle a mon vote ! » – Lady Gaga

Le soir-même, la performance est acclamée sur Twitter. Dans la vague, Lady Gaga tweete : « Oprah présidente ? Elle a mon vote ! ».

Depuis l’engouement suscité par son discours, les rumeurs qui présagent depuis des années une candidature d’Oprah reprennent des forces et la possibilité d’une « President Winfrey » en 2020 fait frétiller les émissions de télé outre-Atlantique. Deux proches amis d’Oprah Winfrey désirant garder l’anonymat ont affirmé à CNN que la star des talk-shows « réfléchissait activement » à se présenter, et ce depuis plusieurs mois. Déjà après l’élection de Donald Trump, Oprah Winfrey, faisait tomber les barrières entourant le plus haut poste des États-Unis, en déclarant : « Je pensais que je n’avais pas l’expérience, que je n’en connaissais pas assez. Et maintenant je me dit : Oh ! » avec un sourire.

Démocrate et alliée

Alors que plusieurs figures des médias et du militantisme LGBT applaudissent les spéculations de Lady Gaga, d’aucuns s’interrogent sur les dérives du système politique américain. « La présidence n’est ni de la télé-réalité ni du talk-show » met ainsi en garde l’essayiste Thomas Chatterton Williams dans une tribune du New York Times intitulée « Oprah, ne fais pas ça ». « Je ne crois pas qu’elle avait l’intention [de se prononcer], analyse la comédienne Meryl Streep pour le Washington Post. Mais maintenant, elle n’a plus le choix. » Le compagnon de l’intéressée, Stedman Graham, reste plus évasif lorsqu’il déclare au Los Angeles Times que « c’est aux gens de décider », avant d’ajouter : « Elle le ferait, absolument. »

Soutien de Barack Obama en 2008 et en 2012 puis d’Hillary Clinton en 2016, Oprah Winfrey est également une fière militante des droits LGBTQ – elle a débattu de la légalisation du mariage pour tous dans son émission dès 1991 (ci-dessous) ! – et une grande amie (et voisine) d’Ellen DeGeneres – elle incarnait la psy à qui elle fit son coming out dans sa série Ellen en 1997. On lui prête – malgré ses amours hétérosexuelles – depuis des années dans une relation secrète avec sa meilleure amie Gayle King ; rumeurs dont les deux femmes s’amusent régulièrement.

Si les intentions politiques d’Oprah Winfrey étaient réelles, elle pourrait donc se présenter aux élections internes au parti démocrate qui auront lieu l’année prochaine.

Ironiquement, Ivanka Trump, fille et conseillère du président Trump, a elle aussi chaleureusement salué les mots d’Oprah Winfrey sur Twitter : « Je viens de voir l’inspirant et stimulant discours d’Oprah [Winfrey] aux Golden Globes. Unissons-nous, femmes et hommes, pour dire que le temps est venu ! #Unis » Une déclaration qui n’a pas manqué de faire jaser les adversaires de Donald Trump, Alyssa Milano en tête : « Super ! Tu peux faire un généreux don au fond Time’s Up Legal Defense qui est là pour soutenir les détracteurs de ton père. » Ce dernier a assuré que si Oprah Winfrey se présenterait, ce à quoi il ne croit pas, il la battrait.

D’après nos confrères américains, d’autres célébrités du petit et du grand écran seraient pressenties à la course présidentielle américaine : Kanye West, Dwayne Johnson (The Rock)… Sans compter, dans un autre registre, une certaine Michelle Obama…

À LIRE AUSSI :

Aux États-Unis, le Minnesota crée un « Beyoncé Day »

Pink délivre un discours puissant à sa fille « qui se croit moche » car elle « ressemble à un garçon » (Vidéo)

Le meilleur photobomb anti-Trump nous vient d’un prof gay de Rhode Island

Couverture : Oprah Winfrey recevant la Médaille de la Liberté, plus haute distinction civile américaine, en novembre 2013. Photo officielle de la Maison blanche par Lawrence Jackson.

ads