Actualité

"Call me by your name", "Une Femme fantastique" : deux films aux héros LGBT nommés aux Oscars


L’Académie des arts et des sciences du cinéma a désigné les nommés pour la 90e cérémonie des Oscars. Parmi les films qui mettent en scène des héros LGBT, Call me by your name est nommé 4 fois, et Une Femme fantastique pourrait gagner le prix de meilleur film étranger.

Qui succédera à Moonlight le 4 mars prochain ? En 2017, le long-métrage de Barry Jenkins emportait de justesse le prix du Meilleur film, au nez et à la barbe du bulldozer La La Land de Damien Chazelle et ses 14 nominations. La victoire de Moonlight, qui met en scène un héros noir, issu d’un quartier pauvre de Miami et bouleversé par son homosexualité, avait été saluée comme un choix audacieux et engagé face à La La Land et sa romance divertissante entre les séduisants Emma Stone et Ryan Gosling.

À LIRE AUSSI :

Barry Jenkins, réalisateur de « Moonlight » : « Mon héros est pauvre, noir, gay… C’est ma vie »

Pour qu’un film au héros gay l’emporte cette année, la configuration est deux fois moins favorable : alors que Moonlight était nommé huit fois, Call me by your name n’est représenté « que » quatre fois : Meilleur film, Meilleur acteur (Timothée Chalamet), Meilleur scénario adapté et Meilleure chanson originale (la très calme et mélancolique « Mystery of love » de Sufjan Stevens, à écouter ci-dessous). Par ailleurs, il est reparti bredouille des Golden Globes qui se tenaient début janvier…

Les trois films les plus représentés cette année sont La Forme de l’eau de Guillermo del Toro, Dunkerque de Christopher Nolan et 3 Billboards de Martin McDonagh, avec respectivement 13, 8 et 7 nominations.

Une héroïne trans pour le Meilleur film étranger ?

Une Femme fantastique, cinquième long-métrage du réalisateur chilien Sebastián Lelio, dont nous vous parlions avec un grand enthousiasme lors de sa sortie en salle à l’été 2017, concourt au titre de Meilleur film en langue étrangère. Il dresse le portrait d’une femme trans qui vient de perdre son compagnon, rejetée par la belle-famille qui ne veut pas l’associer à son deuil.

À LIRE AUSSI :

Une actrice trans incarne « Une femme fantastique » bouleversante

Une manière de se consoler de l’absence des Initiés, le film du Sud-Africain John Trengove, qui faisait partie de la liste des présélectionnes et dont TÊTU était partenaire lors de sa sortie en France en avril 2017.

120 Battements par minute, lui, ne faisait pas partie de la présélection, alors même qu’il aurait pu concourir dans une autre catégorie que celle du film en langue étrangère, étant sorti en salles aux États-Unis. Mais on ne se fait pas trop de souci sur sa présence aux Césars le 2 mars prochain, en France, où il pourrait tout rafler. Réponse le 31 janvier !

Mis à jour le 26 janvier 2018 :

Le premier réalisateur trans nommé aux Oscars

Avec son film Strong Island, en compétition pour le prix du Meilleur documentaire, Yance Ford devient le premier réalisateur trans à concourir aux Oscars. Son film, produit par Netflix, raconte le meurtre de son frère, jeune enseignant noir de 24 ans, par un mécanicien blanc de 19 ans, en 1992. Il a mis dix ans à le réaliser.

« Les vies des personnes noires sont faciles à prendre aux Etats-Unis parce que nous ne voulons pas nous demander pourquoi les gens ont si peur des personnes noires et métisses, pour commencer », a déclaré Yance Ford au Guardian.

Regardez l’émouvante bande-annonce ci-dessous et le documentaire sur Netflix.

A noter que Netflix France genre encore le réalisateur au féminin dans la présentation du film…

 

À LIRE AUSSI :

« Moonlight » et son héros pauvre, noir et gay, sacré meilleur film aux Oscars

« Les Initiés », l’amour et la violence en Afrique du Sud

ads