Jeux olympiques d'hiver : trois athlètes ouvertement gays prêts à en découdre
Beaux Mecs

Jeux olympiques d'hiver : trois athlètes ouvertement gays prêts à en découdre


Avant les Gay Games qui auront lieu en août en France, s’ouvriront les Jeux olympiques d’hiver 2018, le 9 février, à Pyeongchang en Corée du Sud. Quelques athlètes gays ont attiré notre attention.

Les Jeux olympiques d’hiver c’est, tous les 4 ans, l’occasion de nous passionner pour quinze disciplines, du patinage artistique au ski acrobatique en passant par le short-track et skeleton pour les moins connus, et même la compétition officielle de luge ou l’inénarrable curling. Ces épreuves charrient avec elles toute une flopée de sportifs, parfois gays, dont on devinera sous les combinaisons anti-froid des plastiques affûtées.

Aux JO d’été à Rio en 2016, le nombre d’athlètes en compétition ouvertement gays, lesbiennes, bis, trans ou intersexes avait battu tous les records.

À LIRE ICI :

Rio 2016 : 5 athlètes hors du placard et hors du commun

Depuis 2014, il est formellement interdit par le Comité international olympique de discriminer les athlètes en fonction de leur orientation sexuelle. Une conséquence de la mobilisation contre les lois homophobes interdisant la « propagande » homosexuelle en Russie, en amont des Jeux olympiques de Sotchi. Mais la Russie et l’Égypte se battent toujours contre cet ajout de la mention de l’orientation sexuelle dans la Charte des JO, qu’ils n’ont d’ailleurs pas signée. Cela n’est pas étonnant au vu des atteintes régulières contre les personnes LGBT dans ces pays : censure, interdiction d’agiter un drapeau rainbow, arrestations, menaces, etc…

Les Jeux olympiques d’hiver sont traditionnellement plus petits que ceux d’été. En 2014 par exemple, seuls six athlètes ouvertement LGBT avaient concouru à Sotchi (voir ici l’histoire de la présence des LGBT dans les Jeux Olympiques). Il faut donc s’attendre à moins de visibilité en Corée du Sud, mais quelques sportifs gays ont déjà annoncé leur présence ! Et attiré notre attention !

 

Adam Rippon

Adam Rippon, 28 ans, consacré meilleur patineur américain en 2016, représentera son pays aux JO d’hiver en Corée du Sud avec ses compatriotes Nathan Chen et Vincent Zhou. Début janvier 2018, il disait aux journalistes de la radio NPR : « Il y a quelques semaines, on m’a demandé (…) comment c’était d’être un athlète gay dans le sport ? J’ai répondu, c’est exactement comme être un athlète hétéro, mais avec de meilleurs sourcils… » Celui qui a fait son coming out public en 2015 n’en finit pas de surprendre et de nous plaire : sur la glace quand il invente un saut ou dans les médias lorsqu’il s’attaque aux homophobes.

Voir son portrait ici :

#Spotted : Adam Rippon, out et engagé, futur champion olympique américain ?

 

Eric Radford

Eric Radford, né le 27 janvier 1985 à Winnipeg au Canada, sera accompagné sur la glace de sa partenaire Meagan Duhamel, avec qui il a gagné la médaille de bronze en patinage artistique en double aux championnats du monde 2013 et 2014. Mais ce n’est pas sa compagne : le canadien a fait son coming out en 2014. Son compagnon Luis est lui-même en route vers ses premiers Jeux à Pyeongchang, où il représentera l’Espagne en danse sur glace. Les deux athlètes sont fiancés depuis juin 2017. « Très honnêtement, je n’avais jamais imaginé que je pourrais être un jour en couple avec un autre patineur. J’ai toujours pensé que j’avais déjà bien assez de patinage dans ma vie ! Au final, c’est l’opposé : nous comprenons et acceptons l’un et l’autre le rythme de vie que nous menons », confiait Eric l’année dernière au magazine gay québécois Fugues.

 

Gus Kenworthy

Gus Kenworthy, né le 1ᵉʳ octobre 1991 à Londres, s’est qualifié pour les épreuves de ski acrobatique aux JO 2018, pour la délégation américaine. Il a déjà participé aux Jeux d’hiver de Sotchi et y a même remporté la médaille d’argent, mais cette année c’est la première fois qu’il concourra officiellement “out”. Il est aujourd’hui en couple avec Matthew Wilkas, vu dans les séries Ugly Betty et Looking notamment. Le skieur américain, qui avait eu le droit à la couverture du magazine Attitude pour son édition de mars 2016, est revenu sur son expérience de sportif gay « dans le placard » :

Je n’avais pas nécessairement peur d’être visé car personne ne savait que j’étais gay, mais je continuais de me sentir mal à l’aise en sachant comment la Russie, les Russes et leur gouvernement me considéreraient. J’étais allé en Russie un an plus tôt pour un entraînement avec mon copain et on ne nous a pas laissé nous enregistrer en couple pour la chambre d’hôtel. Ils étaient en mode : « Deux mecs ne peuvent pas partager le même lit ».

Il pose régulièrement pour les magazines de sport ou les magazines gays…

 

BONUS

Espérons que, malgré le froid, les porte-drapeaux seront aussi dévêtus que Pita Taufatofua – qui n’a pas fait de coming-out homo, ni hétéro d’ailleurs. Le représentant les îles Tonga, qui bataillait en Taekwondo, est devenu un phénomène médiatique à Rio en 2016, tant son sourire et son torse ont ébaubi la planète. Il participera à ces JO d’hiver, cette fois-ci dans la compétition de ski. On prédit qu’il sera certainement un peu moins huilé cette année en Corée… mais attendons de voir pour être sûrs…

 

À LIRE AUSSI :

La légende de l’athlétisme Colin Jackson fait son coming-out (vidéo)

Bear et ancien athlète olympique : la belle histoire d’amour de J.J. Sjödin

Qui est Billie Jean King, l’icône lesbienne interprétée par Emma Stone dans « Battle of the sexes » ?

Les Russes sont plus homophobes que jamais et les conséquences en sont lourdes

Une brève histoire gay des Jeux olympiques

ads