Actualité

VIDEO: "Pourquoi tu marches ?"


VIDÉO. La marche des fiertés LGBT de Paris se déroulera le 30 juin prochain. TÊTU a demandé à des anonymes, des militants associatifs et quelques personnalités ouvertement « out » du monde politique et de la culture, pourquoi ils se rendent à la marche des fiertés LGBT.

« Contre l’homophobie », « pour la PMA », « en mémoire des mort.e.s du sida », « parce qu’on est fièr.e.s, libres et solidaires »… Voilà autant de raisons de défiler lors de la prochaine marche des fiertés LGBT de Paris, le 30 juin prochain. Ils sont gays, lesbiennes, transgenres, bi ou queer, jeunes ou plus agés, célèbres ou anonymes mais ils ont tous un point commun : ils sont fier.e.s de défiler pour leurs droits ! TÊTU leur a demandé de partager leur mot d’ordre personnel. La raison qui les pousse chaque année à marcher pour les fiertés LGBT.

Car même si la communauté LGBTQI+ a remporté ces dernières années quelques victoires, parfois éclatantes comme celle du mariage pour tous en 2013, il reste encore des dizaines de raisons de marcher et de rester mobiliser : les discriminations, comme le rappelle cette année le mot d’ordre de l’Inter-LGBT. Mais aussi contre l’homophobie, la transphobie, la sérophobie, le sort des migrants homosexuels, pour l’autodétermination, la PMA, l’adoption par les couples de même sexe pourtant légale depuis 2013 mais si souvent bafouée dans les faits. Ou encore, pour défendre le simple droit de tenir son amour par la main dans la rue sans être importuné.e ou regarder de travers…

« Besoin de se sentir nombreux et soutenus »

Parmi cette foule d’anonymes, des militants de SOS Homophobie, de l’association Aides ou des Actupiennes. Mais aussi quelques personnalités politiques ou du monde du spectacle comme Alex Goude, l’avocate Caroline Mécary ou l’acteur de la série « Plus Belle La Vie » Jonas Ben Ahmed

Ainsi, pour le député AGIR Frank Riester: « marcher c’est envoyer ce message que ce n’est pas une honte d’être homosexuel. Ce n’est pas un problème. Il n’y a pas à en rougir. »

Jean-Luc Romero, conseiller régional d’Île-de-France et maire-adjoint du XIIe arrondissement de Paris, rappelle qu’« il faut marcher pour nous. Mais aussi marcher pour les autres. Y’a quand même plus de 70 pays dans le monde qui pénalisent l’homosexualité. Il ne faut pas l’oublier. Et en marchant ici dans notre pays, on marche aussi pour eux. »

L’adjoint à la Mairie de Paris Ian Brossat (PC) avoue qu’il a « mal vécu les mobilisations contre le mariage pour tous » et qu’il a « d’autant plus besoin de moments où on se sent nombreux et soutenus. »

La chanteuse Coeur de Pirate quant à elle revient sur son coming out expliquant avoir reçu plusieurs témoignages de la part d’autres personnes « ça a leur a permis d’ouvrir une conversation avec leur parents ou avec leur famille. C’est pour ça que je continuerai à marcher. »

Un nouveau TÊTU, plus innovant

Cette vidéo est à l’image du nouveau TÊTU que nous vous préparons et qui verra le jour dans quelques semaines. Tournée vers vous. Créée pour vous donner la parole.

Alors regardez la.

Voyez comme vous êtes belles et beaux. Voyez comme vous êtes fort.e.s. Déterminé.e.s. Tou.t.e.s plus radieux.ses les un.e.s que les autres. Uni.e.s contre les homophobes, les vieux schémas sexistes, les gouvernements hostiles mais aussi ceux qui trainent les pieds à nous offrir les droits que nous exigeons. Mais surtout, ne laissez jamais personne vous dites que vous êtes seul.e.s.

Si le message de cette vidéo vous touche, n’hésitez pas à la partager ! TÊTU est de retour. Faites passer le message !

Et en attendant de vous croiser nombreux.ses lors de la marche des fiertés LGBT de Paris, samedi prochain, dites-nous, vous aussi, pourquoi vous marchez ?

ads