Coupe du monde à Moscou : ils reproduisent un rainbow flag avec des maillots de foot
Actualité

Coupe du monde à Moscou : ils reproduisent un rainbow flag avec des maillots de foot


Dimanche 8 juillet, six activistes présents à Moscou à l’occasion de la Coupe du monde ont fièrement porté les maillots de foot de leurs nations respectives, de manière à reproduire le drapeau arc-en-ciel. Une belle façon de protester contre la politique anti-LGBT+ mise en place depuis plusieurs années en Russie.

Voilà une manière originale d’aborder fièrement les couleurs du rainbow flag dans un pays qui l’a interdit. À l’occasion de l’organisation de la Coupe du monde et du mois des fiertés, six activistes espagnols de la Federación estatal de lesbianas, gays, transexuales y bisexuales (Fédération nationale des lesbiennes, gay, transgenres et bisexuels) se sont fièrement promenés dans les rues de Moscou, ce 8 juillet, en arborant les maillots de leurs équipes respectives. Marta Márquez étaie en rouge pour l’Espagne, Eric Houter en orange pour les Pays-Bas, Eroi Pierozan Jr. en jaune pour le Brésil, Guillermo León en vert pour le Mexique, Vanesa Paola Ferrario  en bleu pour l’Argentine, et Mateo Fernández Gomez en violet pour la Colombie. Résultat : alignés, ces maillots de foot forment le drapeau arc-en-ciel.

Tous ont fait le déplacement pour l’occasion, dans ce pays où l’homophobie demeure très marquée. Leur projet est baptisé « The Hidden Flag » (Le drapeau caché). Un moyen de donner de la visibilité aux supporters et joueurs LGBT+ présents sur place : « Nous avons profité du fait que le pays accueille la Coupe du monde en même temps que le mois des fiertés, pour dénoncer le comportement russe et porter les couleurs du drapeau arc-en-ciel dans les rues de la Russie », explique le groupe sur son site internet.

 

Une loi interdisant la « propagande homosexuelle »

En 2013, le gouvernement russe avait voté une loi fédérale interdisant la soi-disante « propagande homosexuelle à l’encontre des mineurs ». En conséquence, toute personne arborant un rainbow flag dans un espace public dans lequel figurent des enfants peut être poursuivie. Lors de la Coupe du monde, les fans sont toutefois exceptionnellement autorisés à arborer des drapeaux arc-en-ciel pour mettre en lumière les droits des supporters LGBT. A condition de ne pas promouvoir les relations homosexuelles face à des mineurs, expliquait, en novembre dernierAlexei Smertin, ancien footballeur russe et ambassadeur de la Coupe du monde.

À LIRE AUSSI : Les Russes sont plus homophobes que jamais et les conséquences en sont lourdes

Une autorisation en demi-teinte que les activistes espagnols comptaient bien dénoncer. « Quand Gilbert Baker a conçu le drapeau arc-en-ciel en 1978, il l’a fait pour créer un symbole et une icône pour la communauté LGBT », déclarent-ils sur leur site. « Malheureusement, 40 ans plus tard, il existe toujours des pays dans lesquels l’homosexualité est punie, parfois même de peines de prison, et dans lesquels le drapeau est interdit. » À seulement quelques jours de la grande finale dans le plus grand stade moscovite, cette manifestation pacifiste haute en couleur ne pouvait pas mieux tomber.

 

Crédit photo : capture Thehiddenflag.org.

ads