Actualité

PMA pour toutes : au Congrès de Versailles, Richard Ferrand appelle à l'action


Le président du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale a défendu l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, ce lundi 9 juillet, au Congrès de Versailles.

Lundi 9 juillet, Emmanuel Macron convoquait les parlementaires au Congrès de Versailles pour y présenter son discours annuel de politique générale. Si les mots du président ont été vivement critiqués, d’autres ont particulièrement retenu notre attention : ceux de Richard Ferrand, député du Finistère et président du groupe LREM à l’Assemblée nationale.

« Il nous faudra sans tarder inscrire à notre agenda l’élargissement à l’accès à la procréation médicalement assistée », a défendu Richard Ferrand.

Dans son discours, le président de la majorité à l’Assemblée appelle à la justice et l’égalité. « Face aux défis, l’heure n’est plus au statut quo. Elle n’est plus à l’immobilisme, mais à l’action. » Richard Ferrand entend « décrisper des tensions inutiles » et « réconcilier les Français avec l’avenir et le progrès ». Visiblement, le Parlement souhaite renouveler les usages et les pratiques pour accompagner les évolutions sociétales. Il appelle notamment le président de la République à prendre ses responsabilités : « La politique n’est pas une affaire de posture, mais un engagement, au service de la nation, ancré dans le quotidien des françaises et des français, et fidèle aux promesses faites » . Une prise de position à la résonance particulière, au moment où Emmanuel Macron reste encore flou quant à l’avenir de l’ouverture de la PMA pour toutes.

Une promesse du président 

Emmanuel Macron l’avait pourtant promis. La Procréation médicalement assistée devra être ouverte à toutes les femmes, hétérosexuelles, lesbiennes et célibataires, sous son quinquennat. « Il n’y a pas de justification juridique pour que la PMA ne leur soit pas ouverte », avait-il alors écrit sur son site de campagne, en 2016. Pourtant, face à la vivacité des débats et au retour en force de La Manif pour tous, Emmanuel Macron déclarait ensuite vouloir attendre l’avis du Comité consultatif national d’éthique, « afin d’assurer dans la société un vrai débat, pacifié et argumenté ».

En attendant l’avis définitif du Comité consultatif national d’éthique, le Conseil d’État a rendu public, ce mercredi 11 juillet, son rapport en prévision de la révision des lois de bioéthique. Et l’assistance médicale à la procréation (AMP ou PMA) en est justement un sujet phare. Résultat ? Le Conseil d’Etat laisse la porte ouverte à l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, à laquelle il ne voit aucun obstacle juridique. Sans se prononcer toutefois ouvertement pour sa légalisation. « Le droit, y compris issu des engagements internationaux de la France, ne commande ni le statu quo ni l’évolution », affirme-t-il ainsi. Un entre-deux qui ne met clairement pas la pression au gouvernement.

 

Crédit photo : capture LCP.

ads