PMA : François de Rugy appelle à une proposition de loi de la majorité en 2018
Actualité

PMA : François de Rugy appelle à une proposition de loi de la majorité en 2018


Le président de l’Assemblée nationale François de Rugy s’est prononcé, ce jeudi 12 juillet dans « Bourdin Direct » sur BFMTV et RMC, en faveur d’une proposition de loi des députés de la majorité ouvrant la PMA à toutes les femmes. Il a ajouté que celle-ci devrait être « inscrite à l’ordre du jour avant la fin de l’année » afin d’être « adoptée rapidement ».

La promesse du candidat Macron va-t-elle enfin être tenue ? Le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, de passage sur RMC et BFMTV ce jeudi 12 juillet, a affirmé souhaiter que, sur le sujet de la PMA, « le Parlement puisse prendre l’initiative, et notamment les députés de la majorité qui se sont engagés sur ce sujet, avant les élections [législatives] ».

« Je pense que ce serait sain que les députés puissent déposer une proposition de loi […] et que cette proposition de loi puisse être inscrite à l’autre du jour avant la fin de l’année afin qu’elle soit adoptée rapidement », a-t-il ajouté. François de Rugy a souligné qu’il s’agit d’un engagement pris par les députés LREM lors des élections législatives de juin 2017, en plus d’être « un engagement du président de la République ». 

Il a également avancé que « le gouvernement a plutôt envisagé de mettre ce sujet dans les lois dites de bioéthique […] déjà très vastes », or à ses yeux « la question de la PMA est une question en soi », qui mérite donc une loi.

Des prises de position pro-PMA dans la majorité

Lundi 9 juillet, c’est Richard Ferrand, le président du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale, qui a défendu l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, au Congrès de Versailles. Il a affirmé qu’il « faudra sans tarder inscrire à notre agenda l’élargissement à l’accès à la procréation médicalement assistée » et que « face aux défis, l’heure n’est plus au statut quo. Elle n’est plus à l’immobilisme, mais à l’action ».

Les choses vont-elles s’accélérer en ce qui concerne la PMA ? Le mercredi 11 juillet, le Conseil d’Etat a rendu son « éclairage juridique » au gouvernement, montrant « qu’en termes de cohérence du droit français (la mesure) ne poserait pas de problème insurmontable. Mais il faut évidemment modifier la loi et ça c’est la responsabilité du Parlement ». A bon entendeur.

(Avec AFP)

Crédit photo : Wikimedia Commons/Bruno Perroud.

ads