Feel good (archives)

"#LGBTube" : Le youtubeur SparkDise nous raconte son coming out (1/3)


Le 30 juin 2018, le youtubeur SparkDise, 18 ans, a annoncé fièrement en vidéo à ses 200 000 abonnés qu’il était bisexuel. Un coming-out haut-en-couleur qui a reçu de nombreux retours positifs. TÊTU inaugure avec lui une série de portraits dédiée aux youtubeurs LGBT+.

C’est avec un clip psychédélique, porté par des rythmes urbains et filmé au pied de la tour Eiffel, que Johann, un jeune youtubeur de 18 ans, plus connu sous le pseudonyme « SparkDise », a fait son coming-out bi sur les réseaux sociaux, le 30 juin dernier. Entouré de quatre amis, le jeune homme met en scène toutes les possibilités amoureuses : garçon avec garçon, fille avec fille, garçon avec fille. « Just be Proud » (« Soyez juste fier.e.s »). Voilà la phrase sur laquelle se termine ce court clip de 50 secondes.

Out depuis la fin 2017 auprès de son entourage et de sa famille, Johann tenait à marquer le coup avec un « projet artistique », qui a été posté à la fois sur Twitter, Instagram et YouTube où il a réuni respectivement 49 800, 80 600 et 223 472 abonnésa-t-il expliqué à TÊTU. Le youtubeur, connu pour ses vidéos sur la pop culture et les célébrités, a mis en ligne son coming-out le jour de la marche des fiertés parisienne, où il s’est rendu. C’était la première fois qu’il participait à une Pride :

« C’était dingue. Pendant la Pride, les réactions ont explosé. J’ai eu des milliers de commentaires avec beaucoup de personnes qui m’ont soutenu. J’ai finalement reçu peu de messages de haters. Sur Twitter, ça a explosé aussi. Beaucoup d’utilisateurs ne me connaissaient pas mais ont retweeté la vidéo… Ça a duré toute la semaine et ça continue encore. »

 

Le coming out du jeune youtubeur a été bien perçu par sa communauté de fans. Même si quelques haters n’ont pas pu s’empêcher d’exprimer leur homophobie : 

« Quand tu t’inscris sur les réseaux sociaux, tu signes ce que j’appelle un contrat qui inclut forcément de recevoir des réactions négatives. Je reçois régulièrement des ‘pédé’, ‘t’es gay’… La plupart du temps, ce sont des enfants qui envoient ça, il n’y a même pas leur tête en photo de profil… Les gens qui prennent le temps d’écrire de gros pavés, je supprime leurs commentaires. »

« De retour pour vous jouer de mauvais tours »

Mais Johann fait face aux trolls depuis longtemps. Le jeune homme, originaire de la région parisienne, a crée son compte YouTube en 2013 et poste des vidéos sur la plateforme depuis 2015. il avait 15 ans à peine .

Si dans ses premiers montages, le ton est un peu hésitant, les influences de la pop culture et du journalisme people sont clairement déjà présentes. Au fur et à mesure des années, le style s’affirme, les cheveux se décolorent et les gimmicks apparaissent, comme cette catchphrase : « Sparkdise de retour, pour vous jouer de mauvais tours ».

Fan d’Ariana Grande, de Rihanna et de Justin Bieber, Johann a voulu lancer sa chaîne YouTube car il « adore la pop culture depuis tout petit » un sujet selon lui pas « assez abordé en France ». « Pour moi, c’était aussi une échappatoire au parcours plus classique qui m’attendait dans la suite de mes études. Je ne veux pas finir derrière un bureau ! », rigole-t-il.

Un coming-out en douceur

Des amitiés, importantes, se créent également sur les réseaux sociaux, comme avec l’autre youtubeur (et chanteur) Bilal Hassani qui l’a poussé à faire son coming-out médiatique. L’ancien candidat de « The Voice Kids » raconte à TÊTU :

« Je connais Johann depuis deux ans maintenant. Je sentais qu’il y avait un blocage dans son image publique. Il n’osait pas vraiment montrer toute sa personnalité, alors je lui ai suggéré de faire un coming-out médiatique, sans le forcer, bien entendu. Je suis super fier de lui car c’est un acte courageux. » 

Aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, les Youtubeurs LGBT+ forment une véritable scène. Certains, comme Tyler Oakley, Davey Wavey ou Matthew Mitcham, sont devenus aussi riches que célèbres en vloggant sur leur vie, leur passion pour le maquillage ou la sexualité. En France, ils ne sont qu’une poignée à être ouvertement queers. Et malgré les promesses de YouTube, les YouTubeurs ouvertement LGBT+ rencontrent souvent des difficultés à monétiser leurs contenus via le réseau social surtout lorsqu’ils évoquent des sujets « gays ». S’ajoute à cela, une pudeur toute française à évoquer publiquement son orientation sexuelle.

A LIRE AUSSI : YouTube s’excuse de discriminer la communauté LGBT mais les youtubeurs attendent « des actes »

Avec ses amis virtuels, s’affirmer en tant que personne bisexuelle s’est fait « naturellement », confie « SparkDise » car c’est un milieu « avec une autre mentalité ». Au par contre lycée, c’était une autre histoire : « J’avais plus peur. Tu ne sais pas comment les gens peuvent réagir. Finalement, ça s’est très bien passé. J’avais même une bonne alchimie avec certains garçons de ma classe qui n’étaient pas forcément des personnes avec qui je pensais devenir ami ».

Inspiré par des célébrités queer comme Troye Sivan ou Miley Cyrus, il a également fait son coming-out auprès de sa famille à la fin de l’année 2017. Il se souvient, un soir, leur avoir offert une rose bleue avant de leur annoncer sa bisexualité :

« Je leur ai tout dit. Ils n’étaient pas forcément surpris ou déçus. Ils étaient contents pour moi. Ensuite, mes tantes, oncles et grands parents l’ont appris et ça s’est tout aussi bien passé. Ils m’acceptent comme je suis. Mes grands-parents m’ont dit ‘tu resteras toujours notre petit fils’. Mes cousins m’ont aussi envoyé des messages, notamment à la sortie de ma vidéo ! »

Être lui « à 100% »

« SparkDise » estime faire partie d’une « nouvelle génération qui a l’immense chance de pouvoir vivre dans une société avec une autre mentalité. » Et le jeune homme de saluer :« Les anciennes générations ont beaucoup galéré pour pouvoir nous offrir ce privilège de faire notre coming-out sans rencontrer trop de problèmes ». Même s’il aimerait « arriver à un monde où on n’aurait plus besoin de faire son coming-out ».

En affirmant sa bisexualité, le jeune homme promet désormais d’être lui « à 100% » et de proposer des vidéos plus personnelles et divertissantes. « Je ne vais pas forcément faire des vidéos éducatives sur les thématiques LGBT, mais mes vidéos vont rester LGBT-friendly », explique-t-il.

Depuis l’année dernière, et l’obtention de son bac ES, Johann mise désormais tout sur les réseaux sociaux. Il a ainsi mis ses études entre parenthèses « pour pouvoir consacrer toute son énergie » à ses projets sur le net.« Je vis plus du placement de produits dans mes vidéos que leurs audiences » avoue-t-il a TÊTU. Que la force soit avec lui. 

Crédit photo : capture d’écran YouTube.

ads