GrindrLes nouveaux emojis très osés de Grindr font polémique

Par Jérémy Patinier le 17/03/2017
qcm sexualité gay

Salve d’emojis – sexy, osée, funny - sur l’app de rencontre gay la plus connue. 500 nouveaux symboles à double-sens viennent enrichir nos conversations. Mais certains font des remous.

tetu-16-03-2017-grindr-emoji
BDSM, pilule de truvada (PreP) ou licorne, il n’y a plus aucun tabou dans les emojis sur Grindr. Il n’y en avait déjà pas beaucoup dans les conversations, voici que Grindr fait son coming-out absolu et assume être avant tout une application de rencontres éphémères, pas juste un « réseau social ». Des adultes consentants qui veulent aller droit au but, clairement, sans fausse pudeur.
Et en plus, on peut les utiliser partout, grâce à une app dédiée, Gaymoji by Grindr, dont les 100 premiers sont gratuits (3,99 dollars pour la versions complète).
tetu-16-03-2017-fetish-1489512040  tetu-16-03-2017-grindr-eggplant-1489511820
 

Mais certains méritent une explication de texte :

> Lit superposé ? Au-dessus ou en dessous ? Top ou bottom en anglais, et donc actif ou passif en français.
> Un mètre et une couronne veut dire « size queen », pour les garçons qui aiment les grosses courgettes.
> 4 : 20 ? C’est le symbole international pour la marijuana.
> « Bye Felicia ! » est une phrase issue d’un film culte des années 90, utilisée depuis pour remercier avec panache une personne un peu « relou ». Mais Grindr a mis une femme blanche alors que c’est une femme noire qui le dit dans le film… Certains y ont vu l'inutile réécriture d'un meme de la culture black.
> T ? D ? On parle clairement de drogues, ou de plan Chemsex, et le T a fait polémique dès le lancement de l'appli car il est le raccourci pour Tina, le petit nom passe-partout de la Meth (et D, pour la MDMA). Grindr a déjà annoncé qu'ils allaient supprimer le T, après avoir été accusé d’encourager l’usage de cette drogue très dangereuse.
> STFU : Shut the fuck up « ferme la ! »... Peut aussi être utilisé de façon plus soft comme "Mais tais-toi donc" après une proposition un peu indécente...
> Un abricot avec un téléphone : “it’s a booty call” comme le chantaient les All Saints, un appel à un sexfriend, comme ne le dit pas Jean-Pierre Foucault.
> Plan SM, menottes ou fessée, mais aussi plan « jeu vidéo » : dorénavant tout est possible en emoji, et surtout les sous-entendus  !
 
À LIRE AUSSI

10 trucs à ne plus dire sur les applis comme Grindr en 2017

Poppers : 10 choses à savoir avant d’abuser de la fiole magique