Christiane TaubiraLe Refuge : "Un des jeunes piégés par Hanouna nous a appelé en pleurs"

Par Julie Baret le 23/05/2017
Cyril Hanouna TPMP canulars téléphoniques

Jeudi 18 mai, au lendemain de la Journée mondiale de lutte contre les LGBTphobie, Cyril Hanouna piégeait en direct plusieurs hommes répondant à sa fausse annonce "Jean José, bisexuel" publiée sur Vivastreet.

L'un d'eux, âgé d'une vingtaine d'années, a mis plusieurs heures à composer le numéro de la ligne d'urgence du Refuge, ouverte 7 jours sur 7 et 24h sur 24h. C'est Romain, un écoutant de 28 ans qui reçoit son appel vers 3 heures du matin.
"Il était en pleurs, et l'appel a duré plus d'1h30. C'était très difficile, même pour nous", raconte Nicolas Noguier, président et fondateur de l'association qui héberge et accompagne dans toute la France garçons et filles rejetés par leur famille parce qu'homosexuels, transgenres ou intersexes.
"D'après l'écoutant, il éprouvait un sentiment de honte, un sentiment de culpabilité. Il a eu peur que sa famille le reconnaisse et il risque maintenant d'être exclu de chez lui."
Ayant reconnu sa voix lors de son échange avec Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste, plusieurs membres de sa famille l'auraient en effet appelé ou contacté par message, non pas pour le soutenir mais pour le menacer, rapportait L'Express le 22 mai.

"Si Hanouna avait fait son sketch il y a une quinzaine d'années, il aurait pu me piéger moi"

Au-delà de la stigmatisation des gays que Cyril Hanouna alimente une fois de plus dans son émission, c'est surtout l'inconsciente mise en danger d'autrui que condamne aujourd'hui Nicolas Noguier :

Je me mets à la place de ces gens dont on a violé l'intimité et qui sont facilement identifiables pour leurs proches. Ces jeunes ont été piégés sur internet alors que beaucoup s'y rendent pour faire des rencontres car ils savent qu'ils sont protégés par l'anonymat, qu'ils peuvent annuler un rendez-vous... Si on sort dans des lieux de drague gays, c'est qu'on est quelque part assumé, mais parmi ceux et celles qui cherchent l'amour sur internet, il y a des gens qui ont plus de mal à s'accepter ou qui ont peur que leur entourage apprennent leur orientation sexuelle.
Si Cyril Hanouna avait fait son sketch il y a une quinzaine d'années, il aurait pu me piéger moi à une époque où je n'avais aucune envie qu'on sache que j'étais gay.

Le canular, qui survient quelque jours après que SOS homophobie a dévoilé les chiffres d'une violence contre les homos et les trans toujours plus dramatique, ne cesse depuis d'attirer l'ire de l'opinion publique sur son auteur qui s'est excusé hier soir dans TPMP. Signalements au CSA se comptent par milliers et s'ajoutent aux franches condamnations sur les réseaux sociaux, aux graffitis devant les locaux de l'institution, aux billets d'humeur des chroniqueurs, et désormais au retrait d'une quinzaine d'annonceurs parmi lesquels les mastodontes Chanel, Guerlain, Disneyland Paris, Decathlon, Orange, Petit Navire, Bosch, Flunch, Pringles, le groupe PSA Peugeot... L'émission Radio Baba du 18 mai disponible en replay a en outre été délestée de cette séquence.


"Nous avoir reçu sur son plateau ne l'exonère pas [Cyril Hanouna] d'avoir une attitude irréprochable vis-à-vis de la lutte contre l'homophobie", renchérit le président de l'association qui a la forte intention de porter plainte contre l'animateur vedette du groupe Canal+ "pour que ce qu'il a fait soit reconnu comme un acte homophobe." Selon l'avocat Mathieu Simonet pour L'Obs, il risquerait deux ans de prison.
 

Retrouvez TÊTU en kiosque :

« Make America Gay Again » : au sommaire du magazine TÊTU n°214