facebook

Jack White défend deux femmes victimes de lesbophobie lors d’un de ses concerts

Deux femmes se sont vues interdire de s'embrasser lors d'un concert de Jack White, donné le 2 novembre dernier à Edmonton au Canada. L'artiste leur a depuis répondu.

C'est au moment où la salle vibrait au rythme du mythique morceau, Seven Nation Army, vendredi 2 novembre dernier, que deux femmes, présentes dans la foule, se sont embrassées. Mais une employée de la salle de concert est venue à leur rencontre pour leur dire d'arrêter et les a séparées.

« Ce n'est pas permis ici »

Alysson MacIvor, l'une des deux femmes, qui est aussi musicienne, a confié être choquée et profondément abasourdie par ce dont elle a été victime.

« Nous avons été immédiatement interrompues par une jeune ouvreuse de la salle. Elle m'a fait me déplacer sur le côté, loin de mon siège, agitant son doigt avec désapprobation en disant 'ce n'est pas permis ici'. (...) Je me suis sentie violée, envahie », a-t-elle expliqué.

L'ouvreuse les a par la suite informées qu'elles pouvaient parler au manager si elles n'étaient pas d'accord. Les deux jeunes femmes ont décidé de passer outre le temps de la chanson, avant d'aller voir le  responsable de la salle. Dans un long communiqué publié sur son compte Facebook, la musicienne a précisé que le personnel de la salle s'était excusé.

"Love interruption"

De son côté, Jack White a fermement condamné le comportement homophobe de l'employée de la salle. Il a notamment publié un texte vibrant, accompagné d'une photo d'un couple lesbien s'embrassant lors d'un concert des Beatles en 1964.

« Apprendre que deux femmes se sont vues interdire de s'embrasser lors de mon concert à Edmonton m'a vraiment déçu. Je leur ai dédicacé le morceau 'Love interruption' lors de mon concert à Calgary. Et j'ai encouragé tout le monde présent lors du concert à embrasser les personnes qui leur sont chères. »

Crédit photo : Kevin Winter/ Getty Images for iHeartMedia / AFP. 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail