Chants haineux dans les stades : trois associations saisissent le Conseil d’Etat contre la LFP

Trois associations assurent avoir saisi le Conseil d’Etat contre la Ligue de football professionnel (LFP) suite à des injures homophobes prononcée au Parc des Princes en mars dernier.

L’annonce est tombée le 17 juillet dernier. Dans un communiqué de presse, les associations Stop Homophobie, Mousse et Rouge Direct assurent avoir saisi le Conseil d’Etat contre la Ligue de football professionnel (LFP). En cause : des injures homophobes prononcées au Parc des Princes en mars dernier et que la Ligue n’aurait jamais sanctionnées.

A l’époque, la ministre des Sports Roxana Maracineanu avait jugé « inadmissibles » ces chants homophobes entendus lors d’un match PSG-OM, pendant lequel des supporters parisiens avaient assimilé les Marseillais à « des rats », des « pédés » ou des « enculés ».

« Le PSG bénéficierait-il d’une immunité ? »

« Après avoir mis en demeure la LFP de sanctionner le PSG pour ces chants homophobes, nous nous sommes vus opposer un refus par la LFP d’appliquer son propre règlement », peut-on lire dans le communiqué. « Elle a pourtant récemment prononcé des sanctions contre le club de Lens pour des faits similaires. Le PSG bénéficierait-il d’une immunité ? »

A LIRE AUSSI : Madonna, Antoine Griezmann… Demandez le sommaire du nouveau magazine TÊTU !

Et d’ajouter : « Cette décision administrative de refus de sanctionner le PSG fait aujourd’hui l’objet du recours pour excès de pouvoir devant le Conseil d’Etat. Les associations demandent à la Haute juridiction d’annuler la décision de la LFP et de lui enjoindre de prononcer une sanction contre le PSG. »

Pas de réponse de la LFP sur le match PSG-OM

Contacté par TÊTU, la LFP a botté en touche et ne nous a pas répondu sur le fond du sujet. A la place, nous avons reçu une longue déclaration dans laquelle est détaillé le « plan d’actions » mis en place par la LFP le 13 mai dernier. « Il allie des mesures de sensibilisation, d’éducation, de prévention mais aussi un travail pour mieux sanctionner les actes homophobes dans les stades. »

Et de rappeler que des « sanctions conséquentes ont été prises par la Commission de discipline lors de faits homophobes récemment signalés » : lors des matchs de Ligue 2 RC Lens-Valenciennes, le 12 avril dernier, et Grenoble Foot 38-RC Lens, le 20 avril.

A LIRE AUSSI : Clip, brassards arc-en-ciel… : 4 mesures contre l’homophobie dans le foot

Dans le communiqué de presse des associations, Etienne Deshoulieres avait déjà évoqué ces sanctions : « Le club de Lens a été sanctionné en raison de chants homophobes dans son stade. Le PSG doit également faire l’objet d’une telle sanction. C’est ce que nous demandons aujourd’hui au Conseil d’Etat . »

Crédit photo : Pixabay.

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail