Bilal Hassani deuxième de la finale de "Danse avec les stars"

Advertisement

Après une succession de performances admirables au fil de la saison, le couple formé par Bilal Hassani et Jordan Mouillerac s'est incliné face à Tayc et Fauve Hautot ce vendredi 26 novembre dans la finale 2021 de DALS.

Les fans de DALS ont voté. À l'issue d'une finale très disputée face aux couples Michou-Esla Bois et Tayc-Fauve Hautot, Bilal Hassani et son danseur Jordan Mouillerac ont terminé en deuxième position ce vendredi 26 novembre dans la finale 2021 de Danse avec les stars sur TF1. C'était la première fois dans l'histoire de l'émission en France qu'un couple de même genre concourait pour cette onzième saison. Aux États-Unis, il aura fallu attendre la trentième saison pour qu'un couple de même genre, celui formé par JoJo Siwa avec sa danseuse, participe à DALS. Finaliste, elle a également terminé à la deuxième place. Seul un duo same-sex a gagné l'émission dans le monde, c'était le comédien danois Jakob Fauerby et son partenaire Silas Holst au Danemark en 2019.

À lire aussi : "Danse avec les stars" : rencontre avec Jordan Mouillerac, le partenaire de Bilal Hassani

Bilal Hassani, personnalité TÊTU de l'année 2021

Depuis le 17 septembre, le chanteur âgé de seulement 22 ans, qui avait représenté la France à l'Eurovision il y a deux ans, n'a cessé d'épater le public de TF1 avec des chorégraphies toujours parfaitement exécutées, révélant une âme de danseur solaire que beaucoup ne lui soupçonnaient pas. Pas même le principal intéressé, d'ailleurs… "Deux jours avant le premier prime time, je disais à mes ami·es que je voulais abandonner, nous confie-t-il en interview dans le numéro de TÊTU actuellement en kiosques, dont il fait la couverture. Mais j'ai toujours été persévérant donc je savais que je ne lâcherais pas, que je continuerais jusqu'à ce que ce soit un minimum bien." Défi relevé haut la main.

De ses passages sur la piste de Danse avec les stars (le replay est par ici), on retiendra en particulier sa performance sur "L'effet de masse", chanson de Maëlle, qui lui a permis de délivrer un message puissant contre le harcèlement scolaire. Mais aussi la chorégraphie où Bilal Hassani s'est mis à nu, délesté de sa perruque, pour danser cette fois sur "Kid" d'Eddy de Pretto, texte parfaitement à propos sur la virilité toxique. Et enfin, bien sûr, sa toute première prestation sur "Courage to Change" de Sia, qu'il a reproduite en finale, bouclant une trajectoire symboliquement importante.

C'est d'ailleurs cette toute première chorégraphie qui avait achevé de décider la rédaction de TÊTU à célébrer Bilal Hassani comme personnalité de l'année 2021. D'aucuns, dont le chroniqueur de TPMP Matthieu Delormeau, ont pu affirmer l'idée qu'ils ne se sentaient pas représentés par un garçon portant robe et perruque. Mais si une jeune personne se reconnaît dans Bilal, probablement seule dans ce cas autour de la télévision familiale branchée sur TF1, c'est une victoire pour la communauté LGBTQI+. Bilal Hassani nous rappelle simplement qu'il n’y a pas une façon "normale" d’être un garçon, Mylène le chante depuis trente ans, il y en a mille et une, sans contrefaçon ; vous pouvez donc tomber le "masc", les bonhommes, la libération qu'il représente vaut aussi pour vous.

Alors bravo Bilal et, une fois encore : merci.

À lire aussi : Personnalité de l'année 2021 : merci Bilal Hassani

Crédit photo : Inès Ziouane pour TÊTU

Advertisement
têtu·

Recent Posts

Que faire en cas de symptôme de la variole du singe ? Les infos sur la conduite à tenir

L'évolution rapide du nombre de contaminations à la variole du singe (monkeypox), en particulier parmi…

6 heures ago

Festival d'Avignon : 10 spectacles queers à voir pendant l'édition 2022

Nous avons consciencieusement épluché le programme 2022 du Festival d’Avignon, versants "in" (du 7 au…

8 heures ago

Face à l’offensive néo-réactionnaire dans le monde, réaffirmer une diplomatie des droits humains

[Tribune] Député du groupe Renew au Parlement européen, où il est vice-président de l’intergroupe LGBTI,…

9 heures ago

"Les conditions de sa mort ont fait de Pasolini une icône gay"

Cette année 2022 marque le centenaire de la naissance de Pier Paolo Pasolini. En novembre…

13 heures ago

François Ozon : "Fassbinder a toujours évoqué l’homosexualité de façon radicale"

Dans Peter von Kant, François Ozon revisite Les Larmes amères de Petra von Kant de…

15 heures ago

Archie Alled-Martinez, le créateur queer qui (dés)habille l'été de Karl Lagerfeld

La marque éponyme de feu Karl Lagerfeld fait souffler un vent chaud sur le vestiaire…

2 jours ago