Queer Cannes, épisode 1 : des glaces et des avions de chasse

Advertisement

Notre chroniqueur cinéma et fondateur de la Queer Palm, Franck Finance-Madureira nous raconte de l'intérieur le festival de Cannes.

Après deux années de crise du Covid, le Festival de Cannes a repris du service en mode "full options" avec une ouverture en fanfare mardi soir. Le grand barnum du cinéma mondial renoue avec ses marques et un sens accru des priorités : une maîtresse de cérémonie parfaite (Virginie Efira), un président du jury engagé (Vincent Lindon), un hommage mérité (Forrest Withaker), le tout couronné par un duplex présidentiel depuis Kiev (Volodymyr Zelensky) n’arriveront jamais à la cheville, en termes d’excitation cannoise, des deux noms en tendance des conversations ici : Tom Cruise et Kylie Mynogue.

À lire aussi : [Exclu] Festival de Cannes 2022 : les films LGBTQI+ en lice pour la Queer Palm

Top Gun, le retour

Le premier fait son comeback avec le nouvel opus, plus de 35 ans après, de son plus gros succès. Mais, loin du "reboot" attendu, Top Gun Maverick, pop-corn movie simpliste et bruyant, ne fait ni plus ni moins que de suivre, à peu de choses près, la même trame que son prédécesseur avec une volonté presque affirmée de ne rien changer à une recette qui a fonctionné : un immense concours de quéquettes entre des spécialistes du tirage de manche extrême et des complexes d’Œdipe mal digérés.

En 1994, dans Sleep with me, Quentin Tarantino, acteur en roue libre, s’amusait dans une séquence devenue culte à démontrer que Top Gun était un film fondamentalement gay, ce que nombre de spectateurs avertis avaient lu, eux aussi, entre les lignes. Pour ce second volet en salles dès le 25 mai, les mêmes noteront le nom évocateur du bar du film (The Hard Deck !), le premier plan sur Cruise qui sort de son plac… pardon, de son hangar, et une partie de beach rugby (si si) qui, si elle fait le lien avec le match de volley très homo-érotique du film original, apparait aussi datée qu’une pub Abercrombie and Fitch. Passons sur la façon dont le film "cancel" le personnage interprété alors par Kelly McGillis pour le remplacer par Jennifer Connelly qui, elle au moins, a su conserver une silhouette instagrammable. 

Pour ce qui est de Kylie Minogue, c’est sur la plage Magnum qu’elle était attendue aux côtés de la DJ Peggy Gou pour évoquer le remix de son cultissime Can’t get you out of my head, avec en prime un showcase qui a fait s’affoler la Croisette. Tom Cruise, Kylie Minogue, le Festival de Cannes a toujours eu besoin de ces grandes stars qui font rêver les foules même si c’est pour parler de glaces et d’avions de chasse.

À lire aussi : Queer Cannes, épisode 2 : collages féministes et souvenir de Patrice Chéreau

Crédit photo : Cannes Film Festival / Jacky Godard / Photo12 via AFP

Advertisement
Franck Finance-Madureira

Recent Posts

Que faire en cas de symptôme de la variole du singe ? Les infos sur la conduite à tenir

L'évolution rapide du nombre de contaminations à la variole du singe (monkeypox), en particulier parmi…

5 heures ago

Festival d'Avignon : 10 spectacles queers à voir pendant l'édition 2022

Nous avons consciencieusement épluché le programme 2022 du Festival d’Avignon, versants "in" (du 7 au…

7 heures ago

Face à l’offensive néo-réactionnaire dans le monde, réaffirmer une diplomatie des droits humains

[Tribune] Député du groupe Renew au Parlement européen, où il est vice-président de l’intergroupe LGBTI,…

8 heures ago

"Les conditions de sa mort ont fait de Pasolini une icône gay"

Cette année 2022 marque le centenaire de la naissance de Pier Paolo Pasolini. En novembre…

11 heures ago

François Ozon : "Fassbinder a toujours évoqué l’homosexualité de façon radicale"

Dans Peter von Kant, François Ozon revisite Les Larmes amères de Petra von Kant de…

13 heures ago

Archie Alled-Martinez, le créateur queer qui (dés)habille l'été de Karl Lagerfeld

La marque éponyme de feu Karl Lagerfeld fait souffler un vent chaud sur le vestiaire…

1 jour ago