artisteBaile funk et samba douce : 10 artistes queer qui secouent la pop brésilienne

Par Jérémy Patinier le 08/12/2017
brésil,pop brésilienne,artistes queer

La culture pop, ce miroir de la jeunesse et des classes populaires. Au Brésil, le baile funk, né dans les favelas de Rio et inspiré du style Miami Bass (hip-hop des années 80/90), ainsi que la samba moderne viennent bouleverser les normes dans de nouvelles incarnations.

La période des Marche des fiertés vient de secouer le Brésil, malgré la vague conservatrice qui l’a privé de subventions municipales comme à Rio (une première en 22 éditions). Des regroupements toujours plus utiles, donc, dans un contexte particulièrement violent : les thérapies de conversion sont de nouveau autorisées en 2017 et les chiffres de meurtres de personnes transgenres dans le pays sont effrayants (171 par an)… Le pays est écartelé : d’un côté, des évangélistes toujours plus puissants, élus au Parlement, et une crise de représentation dans le gouvernement du putschiste Temer (tous riches et blancs, dans un pays pauvre et métissé), accusé de corruption massive. De l’autre, une nouvelle génération, plus ouverte et plus queer, qui  vient secouer la société.

Liniker

Liniker e os Caramelow est un groupe formé en 2015 à Sao Paulo. Il propose un mélange de soul et de MPB (Musique Populaire Brésilienne), c'est-à-dire une « Soul Tropicale ».

FacebookInstagram

Jaloo

Jaloo, c’est un peu comme si Grimes s'était perdue dans la jungle amazonienne et commencerait à jouer avec son synthé. Ielle se revendique comme une personne non-binaire, c'est-à-dire d’une identité de genre ni masculine ni féminine (ou alors les deux à la fois). L@ jeune brésilien·ne nous apporte une musique électronique pleine de lumière, simple mais trempée dans les rythmes du Sud. Ielle y ajoute un mélange de pop et de tecnobrega (musique brésilienne venant du nord du pays, et plus précisément de Belém). Sa douce voix presque chuchotée saute de l'anglais au portugais.
FacebookInstagram | SoundCloud Twitter

Johnny Hooker

Il est apprécié des LGBT pour ses jeux de rôle entre le masculin et le féminin, jamais très loin de son inséparable eye-liner… Rendu célèbre par la telenovela Geração Brasil de la chaîne Globo, la plus grande télévision du pays, il a depuis collectionné les succès et les récompenses. Venu de l'underground, il est maintenant connu du grand public.
FacebookInstagram | SoundCloud | Twitter

Pabllo Vittar

C’est LA sensation pop au Brésil, qui a secoué la récente Pride de Rio de Janeiro, sur la plage de Copacabana. Âgé de 22 ans, Phabullo Rodrigues da Silva est une drag-queen superstar. Ou plutôt un chanteur qui a choisi de performer en tant que drag, depuis ses 18 ans. En 2015, elle acquiert une notoriété nationale avec la sortie du clip "Open Bar", une relecture de la chanson du major Lazer, "Lean On" (plus d'un million de vues en moins d'un mois). En janvier 2016, Vittar est embauchée par TV Globo dans la très populaire émission Amor & Sexo. Un an plus tard, début 2017, Pabllo sort son premier album studio et devient la drag queen la plus suivie sur les réseaux sociaux, dépassant même le célèbre RuPaul !
Son titre "Sua Cara", en duo avec Anitta (la Jenifer du pays, mais sans aucune comparaison possible tant son succès est décuplé par la taille du Brésil) et Mazor Lazer, totalise 286 millions de vues à ce jour…

FacebookInstagram

Mc Xuxu

Funkeira, travestie et féministe, c’est un phénomène sur internet, avec son clip "Um beijo", adressé aux travesties du pays (cette catégorie de personnes est très reconnue et défendue dans le pays, à côté des transgenres et des transexuel·les, on dit d’ailleurs LGBTTTQ). Elle lutte à son niveau contre la Tphobie, dans un pays qui recense le plus de violence envers les personnes trans et travesties, encore plus quand elles sont noires.
Facebook | Instagram | SoundCloud 


À LIRE AUSSI

TDoR : 325 personnes trans et non-binaires tuées depuis un an dans le monde

Lia Clark

Lia Clark, née à Santos, sur la côte de São Paulo, suit les traces de Pabllo Vittar…  Son premier single, "Trava Trava", puis "Chifrudo" ont déjà fait sensation !
FacebookInstagram 

Gloria Groove

Paulistana, née à Sao Paulo, a grandi dans une famille de musiciens et a déjà tenté une carrière d'une manière, disons, plus conventionnelle. Mais c’est l’art du drag qui l’a rendue célèbre, avec "Dona", son premier single prometteur.
FacebookInstagram | SoundCloud | Twitter

As bahias e a cozinha mineira

Assucena et Raquel Virginia sont deux chanteuses trans. Leurs chansons abordent le féminisme, le machisme et la transphobie. Dans un pays de plus en plus sensibles à ces thématiques, elles connaissent un succès grandissant.
FacebookInstagram | SoundCloud

Caio Prado

Dans la chanson "Non recommandé", Caio Prado chante :

La plaque de censure sur mon visage dit "non recommandé pour la société". L'étiquette de confort sur mon corps dit : "pas recommandé pour la société". Pervers, mal-aimé, mauvais garçon, faites très attention ! Mauvaise influence, mauvaise apparence, garçon indécent, pédé.

FacebookInstagram | SoundCloud 

Rico Dalasam

C’est le seul rappeur ouvertement gay sur la scène musicale brésilienne. Et comme si cela ne suffisait pas, Rico Dalasam est aussi militant que bon pour les rimes. Sa chanson "Accept-C" est un hymne à la tolérance. Ses vêtements sont également une invitation à repenser le genre.
FacebookInstagram | SoundCloud | Twitter


À LIRE AUSSI

Drag, Club-kids, DJ : À la rencontre de 10 artistes français qui agitent la nuit LGBTQ